iconeChoisir un fond d'écran

Citadelle

uploads/2012/12/fond-du-site-v33.jpg

Trou noir

uploads/2013/05/Trou-Noir.jpg

Astéroïdes

uploads/2013/05/Astéroïdes.jpg

Miranda & Tali

uploads/2013/11/Miranda-vs-Tali.jpg

Mass Effect Andromeda

gallery/wallpapers-mass-effect-andromede/mass-effect-andromeda-cover-game-informer-wallpaper-02.jpg
Cerberus – les secrets du réseau

Cerberus – les secrets du réseau

20/10/2012
0 commentaires

Dans la saga Mass Effect, les ennemis de l’ombre sont parfois les plus dangereux. Tandis que les Moissonneurs mettent à feu et à sang la galaxie, d’autres antagonistes travaillent également dans l’ombre. Cerberus, le réseau terroriste dirigé par l’Homme Trouble en est la parfaite synthèse. En agissant en secret, les agents de terrain ne dessinent qu’une fine esquisse de l’importance des activités de leur organisation. Ce faisant, lorsque le joueur est amené à suivre l’histoire complète de la série, il peut ne peut que difficilement se rendre compte de la masse énorme d’actions réalisées par Cerberus au cours de la courte période de 3 ans durant laquelle il incarne le Commandant.

Pourtant, bien que ses entreprises soient bien moins spectaculaires que l’attaque des Geths avec Saren et Sovereign ou encore l’invasion des Moissonneurs, l’Homme Trouble pèse énormément dans le déroulement des évènements qui se produisent dans la Voie Lactée. Armé de la plus grande des patiences et d’une intelligence hors norme, ce simple être humain réussit à accomplir ce que d’autres n’auraient même pas entamé.

Ce dossier a pour but de mettre en valeur la véritable importance de l’Homme Trouble et Cerberus, trop souvent aperçus comme une simple faction ennemie supplémentaire à combattre. Ces quelques lignes argumentatives tentent de retrouver la place majeure que joue l’organisation pro-humaine dans le relief des évènements connus de 2183 à 2186 et tendent aussi à prouver l’impact de l’Homme Trouble sur le Background global de Mass Effect.

Vous retrouvez donc dans le cœur de cet écrit un bref récapitulatif de la naissance de l’Homme Trouble et Cerberus , une ligne du temps exhaustive des activités connues du réseau et ce, de 2157 à 2186 ainsi qu’une analyse détaillée de l’Homme Trouble en ce qui concerne sa personnalité, son rapport aux autres, son image, son destin, etc.

« Le pouvoir est par nature, criminel»

Marquis de Sade.

I. La naissance du Cerbère

 

L’organisation pro-humaine ‘Cerberus’ voit le jour suite à la vision humano-centriste d’une personne inconnue, au sortir de la guerre du Premier Contact de 2157. Depuis la découverte du relais cosmodésique Charon en 2149, l’Humanité explore la galaxie grâce à ce système de transport. Cependant, elle ouvre également tous les relais inactifs qui passent sous ses yeux. Les autres espèces du Conseil savent qu’il est dangereux d’agir de la sorte; le fantôme de la guerre Rachni et de la révolution Krogane étant encore douloureusement présent dans les esprits.

 C’est par hasard qu’une patrouille turienne surprend une flotte humaine sur le point d’activer un relais auparavant éteint. L’urgence de la situation impose aux extra-terrestres de tirer sans prévenir sur les vaisseaux de l’Alliance afin de stopper leur manœuvre. La puissance de feu turienne, bien plus avancée que la  jeune race humaine, écrase sans difficulté toute la flotte. L’unique survivant du massacre revient péniblement sur Shanxi, l’une des toutes premières colonies humaines en dehors du système Hélios, suivi de près par le détachement de Turiens à l’origine des coups de feu. Ceux-ci se débarrassent facilement des forces armées postées sur la planète et en prennent possession. Shanxi devient la première et dernière colonie humaine conquise par une race extra-terrestre. Le Général Williams – le grand père de Ashley Williams – baisse les armes afin de sauver les quelques vies qui peuvent encore l’être. Les Turiens pensent alors avoir déjà gagné une guerre facile mais ils se font surprendre par la Deuxième flotte de l’Alliance, commandée par l’Amiral Kastanie Drescher.  Une guerre sans merci semble devoir éclater et, les humains, bien que téméraires, sont encore beaucoup trop inexpérimentés pour affronter les Aigles de guerre turiens. C’est à ce moment que le conseil intervient afin de prendre sous son aile l’Humanité et faire cesser toute hostilité. La planète Shanxi est rendue aux humains et ceux-ci sont initiés  aux us et coutume des peuples civilisés de la galaxie. Mais, en parallèle à cette guerre, se déroulent des évènements qui vont transformer le visage de la galaxie, bien des années plus tard.

Sur Shanxi, un groupuscule de trois mercenaires affiliés à l’Alliance combat les Turiens pour reprendre la colonie. Aucun uniforme ne permet de les différencier de simples civils, ce qui leur permet d’agir en toute discrétion. Ce trio se compose de Ben Hislop, Eva Coré et Jack Harper. Durant le conflit, ils parviennent à capturer le Général Désolas Arterius, le frère du tristement célèbre Saren. Ils découvrent, outre l’utilisation du Datapad, des informations concernant la véritable présence des Turiens sur Shanxi. Les mouvements de leurs troupes indiquent clairement que les extra-terrestres sont à la recherche de quelque chose d’important. Peut-être une arme militaire  secrète ? L’équipe se rend donc aux coordonnées d’un camp turien avec le Général Désolas, récemment fait prisonnier.  Là, ils découvrent un vaisseau turien ayant visiblement atterri dans l’urgence. Ce vaisseau est entouré d’une équipe de turiens qui se voient dans l’obligation de se rendre lorsqu’ils apprennent la capture de Désolas. Les mercenaires de l’Alliance découvrent que l’objet des recherches ennemies se situe cinq kilomètres plus loin, dans le cœur d’une caverne qui émet une étrange lueur bleutée. A l’intérieur, Jack Harper et son compagnon d’arme Ben Hislop découvrent un artéfact étrange, visiblement déplacé à l’aide de chaînes massives. Il semble être fait de deux lames d’alliage entrelacées autour d’une balise émettant d’étranges pulsations.

En une fraction de seconde, ils se font attaquer par d’étranges êtres vêtus de capes noires et quasiment insensibles aux armes à feu conventionnelles. Une fois leurs ennemis à terre, les deux mercenaires découvrent leur visage et sont frappés de stupeur face à l’étrange découverte de Turiens étrangement défigurés, le visage strié de cicatrices bleues. Leur corps, quant à lui, semble avoir évolué de façon exceptionnel : plus massif, plus grand, plus puissant. Etrangement, leur esprit semble être assujetti à l’artéfact et sa protection comme s’il s’agissait du prix à payer pour obtenir cette force colossale. Ben Hislop cherche à comprendre comment l’artéfact fonctionne et s’approche lentement de son funeste destin. A quelques centimètres, il reçoit une décharge fulgurante qui le fait hurler de douleur tandis que les mêmes cicatrices que celles des Turiens se dessinent sur son visage. Le sang de Jack Harper ne fait qu’un tour et il tente de sauver son ami en le plaquant à terre. Ce faisant, Jack reçoit, en partie, la décharge énergétique inconnue. Ses yeux virent au bleu et prennent un aspect étrange, presque cybernétique à mesure que sa conscience s’estompe, sujette à des visions de fin du monde pour le moins étranges.

« Votre temps est presque arrivé à son terme. C’est ainsi que vont les choses. C’est inévitable. Vous ne pouvez le combattre, vous ne pouvez l’éviter. Vous avez seulement deux options : vous cacher ou accepter votre sort. Nous sommes votre destinée ».

Depuis lors, Jack n’a plus jamais été le même. Son esprit est sans cesse attiré vers le monolithe, peu importe sa place dans la galaxie : il sent sa présence.

Ses aventures l’entrainent à la recherche de l’artéfact nommé ‘Monolithe Arca’. Il apprend qu’il s’agit d’un monolithe ancien que Désolas Arterius souhaite utiliser pour créer une armée puissante et écraser les forces galactiques sous la domination de son peuple. Il veut faire revivre une vieille légende turienne, les Titans de Palaven (une race de super-turiens disparue), entretenue par un ancien culte : les prêtres de Valluvian.

L’aventure de Jack s’achève avec la destruction de l’artéfact, grâce à la coopération de Saren Arterius. Celui-ci se rend compte que son propre frère n’est plus maître de lui-même car il transforme le peuple de Palaven, contre sa volonté, en ces fameux Titans. Saren, avec l’appui de l’armée turienne, organise une frappe orbitale du temple de Palaven dans lequel ces actes odieux se déroulent. Malheureusement, au cours de l’échauffourée qui précède la destruction du temple, Saren entre lui aussi en contact avec l’artéfact. Il s’étonne cependant de ne pas avoir eu d’effets secondaires sur son propre corps ou son esprit. Du moins, le croit-il.

Au cours de cette périlleuse entreprise,  Jack Harper perd son collègue et ami, Ben Hislop, transformé en monstre précurseur des zombies Moissonneurs et dévoué à la protection du monolithe. Ben se sacrifie en se précipitant sur l’artéfact avec Désolas. Il semble également que Eva Coré perde la vie, succombant à ses trop nombreuses blessures. Toujours est-il que le traumatisme induit par la perte de personnes proches, la mise en contact avec un artéfact extra-terrestre prédisant la fin du monde et un premier contact désastreux avec les Turiens auront grandement modifié la perception de JackHarper.

 

Ses nombreuses réflexions sur l’avenir de la race humaine au milieu de l’immensité de la galaxie lui font prendre conscience que l’Humanité est en danger. Face à la puissance des autres espèces, la Terre doit faire ses preuves. Les Hommes ont besoin d’apprendre et maitriser des technologies nouvelles. Le rapport de force doit s’inverser afin de préserver les intérêts humains et ce, peu importe le prix.  Face à l’immobilisme des politiques de l’Alliance et leur volonté de plaire aux autres espèces du Conseil, il décide de prendre les choses en main. Le peu de moyens dont il dispose à l’époque ne lui permet que de rédiger un simple manifeste pro-humain massivement diffusé sur l’extranet et dans lequel il expose sa thèse. L’Humanité a besoin d’un gardien, d’un Cerbère fantasmé, veillant à la sécurité du système Hélios par la surveillance continue du relais Charon. La nature du réseau formé par Jack et l’ampleur des opérations entreprises seront, plus tard, qualifiées de « terroristes » par l’Alliance et le Conseil. Jack Harper devient, en 2157, « un homme aussi trouble d’esprit que d’identité » et forme le gigantesque réseau indépendant ‘Cerberus’.

Moins de trente ans plus tard, le lien évident entre le monolithe Arca et l’endoctrinement des Moissonneurs devient plus évident. Les actions menées par son organisation se font de plus en plus étranges et tendent à aider les Moissonneurs, en particulier au cours de l’année 2186, point culminant de l’invasion massive de la Voie Lactée par les forces ennemies.

Mais qui donc, alors, tenait vraiment la laisse du Cerbère de l’humanité ?

 


 

II. L’expansion du réseau

 

La force de Cerberus réside dans la grande faculté du réseau à s’adapter au moment présent. En effet, le suivi des activités de Cerberus depuis sa création démontre que l’Homme Trouble oriente les recherches scientifiques et les actions politiques officielles et officieuses de ses agents à des moments opportuns durant plusieurs décennies. Bien avant ses études sur les communications Moissonneurs, il instrumente méthodiquement ses agents pour étendre son réseau d’information, sa capacité financière, sa puissance militaire et modifier subtilement le climat politique partout dans la galaxie et, en particulier au sein de l’Alliance et du Conseil. Tout est minutieusement orchestré, année après année et tout s’enchaine à la perfection, signature indubitable du talent de l’Homme Trouble.

« Rome ne s’est pas faite en un jour »

 

     2.1) Le nerf de la guerre : informations et financements.

  • Année 2157 : Parution du manifeste de Cerberus sur l’extranet. Propagation des idéologies de l’Homme Trouble.
  • Année 2160 : Début de la construction du complexe Teltin sur Pragia avec les premiers fonds obtenus.
  • Année 2161 : Rachat de CDR Holdings et Terra Nova Commonwealth Bank, premières sources financières majeures pour Cerberus.
  • Année 2162 : Infiltration d’agents dans le Global Times, la Tribune galactique et la Société Galactique de Diffusion naissante en vue d’augmenter les ressources en informations ainsi que la rapidité de propagation de celles-ci au sein du réseau. Volonté de se spécialiser dans l’information extrasolaire.
  • Année 2163 : Lancement du projet PASSE-PARTOUT consistant en la fabrication de cartes d’identité et médicales de membres du Conseil. Début de l’infiltration de la communauté galactique.
  • Année 2164 :  Vera Safin, candidate, favorite au poste de Premier ministre de l’Alliance est discréditée par la Tribune galactique. L’information selon laquelle la Tribune galactique aurait joué un rôle dans les élections est étouffée par la Société Galactique de Diffusion naissante.

    2.2) Le Cerbère prend les  armes

Année 2165 :

  • Tentative avortée de vol d’anti-matière sur le SSV GENEVA. L’unique survivant prétend travailler pour « Cerberus », nom inconnu à l’époque. Suite à l’échec cuisant de sa première opération, l’Homme Trouble augmente le recrutement mais le rend beaucoup plus sélectif.
  • Enlèvement de Jennifer sur Eden Prime lors de l’hospitalisation de sa mère en maternité grâce à la complicité d’un agent-médecin infiltré dans la colonie humaine. Jennifer est un nouveau-né présentant un potentiel biotique supérieur à celui des autres. Encore plus d’enfants disposés à la biotique sont enlevés à l’hôpital ou par les esclavagistes butariens sur d’autres colonies afin de les revendre à Cerberus.

Année 2166 : Achat de Haribon Military Industries sur Terra Nova. Un contrat d’armement pour les forces coloniales de Terra Nova est négocié et des armes sans numéro de série sont fournies aux pirates butariens des systèmes Terminus. Haribon Military Industries représente un double enjeu pour Cerberus puisque le réseau a la possibilité de créer ses propres armes pour les agents de terrain et  de vendre le reste à des tiers. La vente d’armes aux pirates butariens a sans doute été étudiée pour renforcer l’insécurité et augmenter les conflits dans les colonies humaines afin de rallier plus de gens à la cause.

Année 2167 : Infiltration dans la Force Maritime Globale sur Trident.

Année 2168 :

  • Augmentation du capital financier de l’Homme Trouble par l’acquisition du trafic de drogue sur Trident, après l’assassinat des 22 galariens à la tête du marché.
  • La fondation ‘Voie Lactée’ voit le jour.

Les dix premières années, depuis la création du pamphlet de 2157 à l’origine de la création de Cerberus, sont propices à l’Homme Trouble qui met en place un réseau d’information en s’appropriant certains médias stratégiques. Ces mêmes médias lui serviront plus tard à influencer des choix politiques, à propager ses idées et à étouffer l’information gênante. Dans le même temps, il acquière des capitaux par le rachat de holdings et de banques (probablement grâce à l’aide de partisans aisés)  afin de financer ses autres projets futurs. Sur le terrain, ses agents, toujours plus nombreux, infiltrent progressivement les sphères du Conseil et de la Citadelle. Toutefois, les progrès les plus marquants sont réalisés sur les colonies humaines, comme Trident, Eden Prime et Terra Nova, parfois très éloignées de l’espace concilien et donc moins bien surveillées. L’Homme Trouble a conscience que Cerberus est encore fragile et se concentre en conséquence sur la périphérie de la galaxie, plutôt que son centre de commandement. Les têtes du Cerbère n’ont pas encore aiguisé toutes leurs dents.

 

     2.3) Début de l’expérimentation sur la biotique

La fin de la décennie est marquée par une nouvelle orientation scientifique prévue de longue date par l’Homme Trouble, lors de la construction du complexe Teltin, dix ans plus tôt. Disposant maintenant de moyens financiers presque illimités et d’armes pour ses agents, il peut débuter ses études sur le sujet scientifique de l’époque : la biotique. Elle présente un intérêt majeur pour Cerberus puisque certaines espèces extra-terrestres comme les Asaris sont plus douées que les humains dans ce domaine, synonymes de danger pour la Terre.

L’Homme Trouble met donc en route un immense projet dans lequel il poursuit deux buts : augmenter les capacités biotiques latentes de l’humanité et tenter de trouver un dispositif permettant de canaliser la biotique des autres espèces. Certains vont même jusqu’à prétendre que Cerberus aurait volontairement  détruit des vaisseaux de Eldfell Ashland Energy au dessus de certaines villes afin d’essaimer des particules d’élément zéro et créer ainsi plus de nouveau-nés biotiques.

Année 2168 : Rachat de New Dawn Pharmaceuticals et lancement du projet CAMISOLE dans ces locaux.

Année 2169 : Les récentes études de Cerberus dans le cadre de CAMISOLE  aboutissent à la production d’une nouvelle arme biologique : l’Omega-enkaphaline. Celle-ci inhibe les pouvoirs biotiques à raison de 2.5 mg de produit par tranche de 25 kg de poids. La dose maximale à  utiliser durant les opérations furtives est de 7.5 mg, seuil au-delà duquel le produit devient détectable au niveau du goût. Les champs biotiques sont bloqués pendant 3 à 5 jours standards (basés sur le calendrier de la Citadelle) et des dommages collatéraux irréversibles sont possibles chez le sujet.

Année 2170 : La nano-chirurgie effectuée sur Jennifer, le Sujet 0, la rend insensible à l’oméga-enkaphaline. Une étude annexe est en cours afin d’utiliser le procédé sur les agents du réseau et les immuniser ainsi au produit concerné.

     2.4) Entrée dans le monde politique

Année 2171 : Assassinat du Pape Clément XVI grâce à un rosaire piégé à l’acétate de sodium et au diméthylsufoxyde provoquant un infarctus. Clément XVI est remplacé par Léo XIV dont les idéologies se rapprochent plus de celles de Cerberus. Par ses actions, il favorise la militarisation humaine et soutient la thèse de la nécessité du génophage dans le décours de la rébellion krogane. On constate, dans les mois qui suivent, un rapprochement humano-turien (pour rappel, ce sont les Turiens qui ont combattu les Krogans) qui donne l’opportunité aux agents de l’Homme Trouble d’étudier la technologie militaire de Palaven. Cette étude débouche, quelques années plus tard sur la création de la première frégate furtive de l’Alliance : le Normandy SR1.

Année 2173 : Inez Simmons quitte la tête du parti politique pro-humain ‘Terra Firma’. Son successeur potentiel, Claude Menneau, est assassiné et remplacé discrètement par Charles Saracino, ouvert aux tentatives de corruptions des agents. Le Parti ‘Terra Firma’ est connu pour sa volonté d’augmenter les taxes sur les produits extra-terrestres, d’interdire l’apprentissage des autres langues galactiques dans les écoles humaines et souhaite imposer un jour férié en mémoire de la fin de la guerre du Premier Contact.

Année 2174 : Un membre du parlement de l’Alliance, Artyom Gavrikov est, lui aussi, assassiné. Les élections se déroulent dans l’urgence, ce qui favorise l’infiltration de Cerberus dans les hautes sphères. Le candidat soutenu par l’Homme Trouble ne parvient pas à se faire élire mais le nouveau membre du parlement se laisse corrompre facilement.

Année 2175 :

  • Cerberus entre en contact avec Michael Moser Lang, chef d’une milice privée sur Trident. L’Homme Trouble l’aide à gagner de grosses sommes de crédits en bourse et, en contrepartie, Lang investi une partie du capital gagné dans l’achat d’armes fabriquées par le réseau terroriste.
  • Une arrivée massive d’humains sur la scène politique de Trident entraine la modification du nom de la capitale en ‘New Cousteau’, aux sonorités plus terriennes.

 Année 2176 :

  • La surveillance rapprochée de monsieur Lang n’est plus nécessaire. Ses milices privées assassinent froidement Enrique Aguilar et Ying Xiong ce qui favorise l’élection du vice-président Belknap, disposé à ouvrir de nouvelles niches fiscales dont peuvent profiter les sociétés de Cerberus.
  • Recrutement de l’officier N7 de l’Alliance emprisonné pour meurtre, Kai Leng, après son évasion perpétrée par les agents du réseau.

Année 2177 : Une offre publique d’achat est lancée sur Light Shadow Pictures, société créatrice du programme ‘RealityPlus’ donnant la possibilité de réaliser des vidéos photo-réalistes. Probable utilisation de cette technologie dans les communications internes entre l’Homme Trouble et ses subalternes.

Au terme de 20 ans de travail, l’Homme Trouble parvient enfin à faire croître les trois têtes de son Cerbère. L’organisation est maintenant implantée sur les trois secteurs clés qui lui permettent d’assurer la longévité de ses opérations en toute quiétude.

  • La branche politique, avec l’infiltration des hautes sphères de l’Alliance et du Conseil, de certains gouvernements des colonies humaines,  du parti radical ‘Terra Firma’ et la corruption de beaucoup de hauts fonctionnaires sur plusieurs planètes.
  • La branche militaire via l’achat de Haribon Military Industries fournissant en arme les agents de Cerberus et ses contrats d’armement pour les pirates butariens ainsi que certaines milices privées.
  • La branche scientifique, qui tendra à se développer davantage au cours des années qui vont suivre, grâce au complexe Teltin et l’achat de New Dawn Pharmaceuticals.

La boucle étant bouclée et le réseau Cerberus devenu désormais indépendant, il est temps pour l’Homme Trouble de lancer des opérations de grandes envergures.

Pour poursuivre votre lecture, remontez au début de l’article puis ouvrez le second onglet. Remonter en haut.

      2.5) Cerberus contre la galaxie

Année 2181 :

  • Attaque massive à l’Oméga-enkaphaline sur la matriarche Tilia Eraza qui prône la supériorité des biotiques face aux non-biotiques. Considérée comme un danger pour l’humanité, étant donné le haut potentiel biotique des Asaris par rapport à l’Humanité.
  • Construction d’avant-postes militaires sur Binthu

Année 2182 :

  • Sabotage du MSV ANIXARA en y ajoutant un catalyseur à hydrogène métallique métastable par injection à retardement. Dans l’explosion, Raherix Ursivus, un haut gradé turien disparait.
  • Début de l’enquête au sujet de l’organisation terroriste « Cerberus » sur l’initiative de l’Amiral Kahoku. L’Homme Trouble agit pendant 25 ans (2157-2182) dans le silence le plus complet.

Année 2183 :

  • Détournement d’un Dévoreur sur une colonie d’Akuzé. L’unique survivant, le Caporal Toombs, est capturé. Des expériences traumatisantes sont réalisées sur lui.
  • Le Commandant Shepard, interpellé par l’Amiral Kahoku, commence à enquêter sur Cerberus après la disparition subite d’un groupe de marines dans le secteur Artémis Tau, lui aussi entièrement détruit par un faux signal de détresse l’ayant amené près du territoire d’un Dévoreur.
  • Le Courtier de l’Ombre procure des informations sur Cerberus à l’Amiral Kahoku en échange d’un feed-back des données obtenues durant les opérations de l’Alliance contre l’organisation de l’Homme Trouble.
  • L’Amiral Kahoku devient une menace et est traqué par les agents du réseau.
  • Expérimentations Rachnis sur la planète Binthu et création de clones rachnis viables dans le cadre des recherches sur la création de super-soldats. Après dissémination accidentelle d’œufs sur Nepmos et Altahe et la destruction du dépôt de stockage du système Gorgone par le Commandant Shepard, le projet est jugé de trop petite envergure pour les desseins futurs de l’Homme Trouble.
  • Expériences diverses sur les esclaves du Thorien et les zombies créés par les Geths.
  • Récupération des programmes de l’Intelligence Virtuelle rebelle de Séléné pour une éventuelle amélioration et intégration à la technologie de pointe de Cerberus.
  • Assassinat de l’Amiral Kahoku. Son corps est découvert dans le complexe de recherches rachnis basé sur la planète Binthu.
  • Destruction par le Commandant Shepard d’une des bases opératives principales de Cerberus, localisée sur la planète Nepheron.
  • Récupération de pièces d’équipements et technologies Moissonneurs sur les restes de Sovereign en vue d’analyses ultérieures.
  • Mort du Commandant Shepard au cours d’une attaque sur le Normandy SR1.
  • La fuite du Sujet 0 et la destruction du complexe de Teltin, il y a plus ou moins 10 ans, oblige l’Homme Trouble à revoir sa manière d’aborder les études sur la biotique humaine. Il fait entrer Gillian Grayson dans le projet Ascension de l’académie Grissom de l’Alliance. Le projet autour de la petite fille est encadré par deux agents infiltrés, Paul Grayson qui se fait passer pour son père et le docteur Jiro Toshiwa, en charge de l’étude. Ce dernier injecte régulièrement en intra-cervical des doses d’un produit expérimental visant à décupler les aptitudes biotiques de l’enfant. Le projet s’étale sur plusieurs années et débouche sur l’activation de pouvoirs biotiques exceptionnels chez Gillian, alors âgée de 12 ans. Le projet est cependant percé à jour en 2183 par l’officier de l’Alliance Kahlee Sanders. L’agent Jiro est arrêté et Paul Grayson déserte l’organisation pour protéger sa fille adoptive.
  • Pel, un agent de Cerberus, tue l’équipage du Cyanid, vaisseau éclaireur de l’Idenna et torture le pilote, Hilo’Jaa vas Idenna pour obtenir la phrase codée permettant de leurrer les patrouilles de la Flotte.
  • Infiltration de la Flotte quarienne grâce au traitre quarien Golo’Mekk vas Usela. Une attaque éclair est lancée sur le vaisseau civil Idenna afin de récupérer le sujet Gillian Grayson. Paul Grayson, dont le but est de récupérer sa fille, se fait arrêter sur l’Idenna après avoir tué Golo et sauvé l’officier Sanders. Il parvient néanmoins à s’échapper.
  • Paul Grayson devient une menace et est accusé de traitrise contre Cerberus. Une enquête est lancée pour le pister. Le meilleur agent de l’Homme Trouble, Kai Leng, est en charge de l’opération. Les recherches se font discrètes car Paul menace de diffuser des informations confidentielles sur l’emplacement des infrastructures de Cerberus.
  • Coopération avec Liara T’Soni et l’agent secret Feron, travaillant pour le Courtier de l’Ombre dans le but de récupérer le corps du Commandant Shepard, convoité par les Récolteurs. Le corps est récupéré et Liara consent à le donner à Cerberus qui, compte tenu de ses moyens, peut le faire revivre. L’agent Miranda Lawson prend la tête de ce qui va devenir la cellule Lazare.

 

     2.6) Cerberus, l’épée à double tranchant de l’Humanité 

Année 2184 :

  • Construction d’un laboratoire dans un coin reculé de l’espace afin d’y accueillir l’infrastructure du projet Lazare.
  • Les travaux de la cellule Lazare et la construction du Normandy SR2 dans une usine secrète du secteur Voyager consume la majeure partie des ressources accumulées mais l’Homme Trouble classe ce projet comme prioritaire.
  • L’Homme Trouble s’inquiète de l’inactivité des membres de l’Alliance et du Conseil face à la menace Moissonneur. Il ne croit pas que les Geths soient la véritable menace.
  • Programme IDA en cours. L’Intelligence Défensive Automatisée est un algorithme de guerre Moissonneur découvert sur le cadavre de Sovereign et couplé au programme modifié de l’IV rebelle de Séléné. Création d’une Intelligence Artificielle pleinement consciente mais largement bridée par Cerberus, qui interdit tout contact physique entre l’IA et sa bluebox quantique. Les informations concernant Cerberus sont scellées. Intégration d’IDA au Normandy. A cette époque, IDA ne peut pas contrôler le vaisseau, en dehors des systèmes de guerre, avec accord des humains à son bord.

Année 2185 :

  • Le Commandant Shepard est revenu à la vie grâce à la nano-chirurgie et aux implants cybernétiques de Cerberus. La demande de l’agent Lawson consistant à implanter une puce de contrôle chez Shepard est refusée par L’Homme Trouble. Il souhaite conserver un Shepard identique à l’original, bénéficiant des mêmes capacités physiques et intellectuelles, sans aucune bride pouvant modifier son comportement.
  • Recrutement d’agents de Cerberus qualifiés et aptes à devenir membres de l’équipage du Normandy. Des visages familiers comme ceux du Docteur Chakwas et le pilote de frégate Jeff « Joker » Moreau sont indispensables à l’intégration complète de Shepard au sein de la cellule. Les agents Kenneth Donnely, Gabriella Daniels, Jacob Taylor, et Kelly Chambers sont recrutés. L’agent Lawson assure l’intermède entre l’Homme Trouble et les activités à bord du Normandy.
  • Le projet Fakir, dirigé par les Docteurs Oloy et Cayce aboutit à la fabrication d’un véhicule militaire tout-terrain amélioré par rapport au Mako des forces de l’Alliance. Le véhicule expérimental est baptisé M44-Hammerhead. Les docteurs en charge du projet étudient également d’anciennes ruines prothéennes sur les planètes Karumto et Kopis. Projet réduit à néant suite au décès des deux têtes pensantes au cours des opérations.
  • Le chef du projet Suprématie sur la planète Aïte, le Docteur Gavin Archer appel à l’aide quand le fruit de ses expériences provoque un véritable carnage. Le projet Suprématie a pour but d’étudier les communications geths et d’interfacer un hybride humain/IV avec un consensus geth. Cerberus dispose de la carcasse d’un vaisseau geth et de plusieurs plateformes physiques inactives pour les tests préliminaires. Le sujet d’expérimentation n’est autre qu’un jeune autiste humain, David Archer, frère du Docteur Gavin Archer. C’est le candidat idéal car il a la particularité d’être un génie des mathématiques, capable, malgré son handicap, de communiquer avec les Geths ‘numériquement’. Ce faisant, le Docteur Archer espère que les synthétiques prendront David, la malheureuse victime, pour un dieu, tout comme ils l’ont fait pour Sovereign, deux ans plus tôt. Le but, comme toujours, est de contrôler une technologie nouvelle et de disposer d’une armée de Geths à la solde de Cerberus. Cependant, l’IV prend le pas sur l’Homme, l’esprit de David ne pouvant supporter la complexité des voix du consensus. Il se rebelle, pirate les plateformes geths, tue tous les chercheurs et tente de s’échapper de la planète en se téléchargeant par un réseau satellite au travers de l’espace mais échoue grâce à l’intervention du Commandant Shepard. Le projet est stoppé net et l’Homme Trouble dit ne pas avoir été mis au courant de la nature des recherches.
  • De nombreuses missions sont menées par la cellule Lazare, à bord du Normandy pour, officiellement, protéger les colonies humaines attaquées par les Récolteurs. Dans ce cadre : défense de la colonie de Freedom’s Progress et Horizon.
  • Infiltration du croiseur des Récolteurs qui est à l’origine des attaques de Freedom’s Progress et Horizon et prétendument abattu par des vaisseaux turiens. L’Homme Trouble ment à Shepard en imitant la signature des communications turiennes afin que le Commandant croie à cette version. En vérité, il s’agit d’un piège tendu par les Récolteurs. L’Homme Trouble cherche à percer le secret du voyage cosmodésique à travers le relais Omega-4. Premier contact officiel entre l’Homme Trouble et la technologie Moissonneur/Récolteur de modification génétique.
  • Récupération d’un identifiant Moissonneur pour relais cosmodésique qui permet d’activer des coordonnées de vol viables garantissant l’accès au centre galactique et à la base des Récolteurs. Cet identifiant est récupéré au sein de la carcasse d’un Moissonneur détruit il a 37 millions d’années et stabilisé sur l’orbite de la planète Mnémosyne. Des scientifiques de Cerberus déjà sur place et dirigés par le Docteur Chandana sont tous endoctrinés et probablement transformés en zombies, abominations et engeances.
  • Les Récolteurs attaquent par surprise le Normandy SR2. Toute la cellule Lazare, en dehors de l’agent Lawson et Joker, est enlevée. IDA est affranchie des verrouillages réseau de Cerberus pour sauver la frégate et commence désormais à développer une personnalité.
  • Assaut sur la base des Récolteurs et appropriation de la technologie Moissonneur de modification génétique utilisée sur les humains et les prothéens.
  • Récupération des pièces du proto-moissonneur humain et utilisation de la tête et du cœur dans le quartier général furtif Cronos pour, respectivement, augmenter la vitesse de calcul des ordinateurs de la base et fournir de l’énergie en masse.
  • Désertion du Commandant Shepard et échec de la tentative de désactivation des systèmes du Normandy SR2, entièrement commandé et protégé par IDA.
  • Les fonds injectés dans le projet Lazare sont récupérés grâce aux données scientifiques récoltées au sujet de la nano-chirurgie et le procédé d’implantation cybernétique.
  • Démarrage du projet EVE visant le développement d’une IA disciplinée et obéissante.
  • Début des études génétiques basées sur la technologie Moissonneur/Récolteurs. Créations de bases et laboratoires de Cerberus dans le centre galactique, à la périphérie de la base des Récolteurs. Augmentation des voyages cosmodésiques autour du relais Omega-4. Utilisation discrète et sporadique des quais d’Oméga pour s’approvisionner en matériel génétique.

Depuis les années 2180, les actions de Cerberus deviennent frénétiques au point d’attirer l’attention d’un Amiral de l’Alliance un peu trop curieux. Les évènements auxquels sont associés le Commandant Shepard et son équipe, marquent un tournant majeur dans l’orientation scientifique de l’organisation de l’Homme Trouble. L’activité geth met en évidence la possible utilisation des plateformes mobiles synthétiques comme unités d’assaut jetables. L’Homme Trouble entame les recherches peu après la disparition de Saren, ne se doutant pas, à l’époque, que ce dernier était contrôlé par quelque chose de plus grand encore.

Heureusement pour lui, son réseau d’informateurs fait filtrer une rumeur selon laquelle le prétendu vaisseau amiral de Saren était un être synthétique doué de conscience et qui avait planifié lui-même l’attaque de la Citadelle. Les équipes infiltrées dans la Citadelle récoltent quelques pièces du défunt Sovereign et les expédient dans des laboratoires de Cerberus. Pris de doute, l’Homme Trouble ne croit pas vraiment en la version officielle que veut faire passer le Conseil concernant les Geths. C’est à ce moment là qu’il commence à s’intéresser aux Moissonneurs. S’ensuivent alors les évènements connus de ‘Mass Effect 2’. Cependant, au-delà des actes de bravoure du Commandant, se trament en coulisse des changements importants. L’Homme Trouble développe tout au long des années 2183-2185, une obsession pour la technologie et ce, depuis l’apparition de Sovereign. Il la voit désormais comme le point névralgique de la suprématie humaine sur les autres races. Les Moissonneurs, le summum de l’évolution, sont la clé de tout le travail qu’il a accompli pendant 30 ans. Ses premiers projets de super-soldats avec les études rachnis, sa tentative avortée de contrôler les Geths, le développement de la biotique humaine … tout se voit condensé dans un seul nom, une seule espèce suprême : les Moissonneurs.

 

 

     2.7) Cerberus, collaborateur malgré lui.

Année 2186 :

  • Randall Ezno, un agent de Cerberus, découvre la vérité sur la nature de Cerberus et détruit un centre de recherche de l’Homme Trouble. Date précise inconnue.
  • Assassinat de Liselle, fille de Aria T’Loak et capture de Paul Grayson sur Omega par Kai Leng.
  • Transmission des données secrètes de Cerberus par Paul Grayson pour Kahlee Sanders, juste avant son enlèvement.
  • Etudes expérimentales en cours sur le sujet Grayson. Les opérations sont dirigées par le docteur Nuri. Première tentative de transformation en zombie par une équipe de chercheurs de Cerberus. Mise en évidence de nanites Moissonneurs auto-répliquants se fixant sur l’adrénaline. Augmentation de la vitesse de transformation induite par le stress, la peur et l’abaissement des barrières mentales grâce au sable rouge, une drogue dont Grayson était dépendant. L’opération est un succès.
  • Attaque éclair de 2 bases d’entrainement et 4 laboratoires de Cerberus suite à une attaque coordonnée par l’armée turienne sur l’initiative de l’Amiral Anderson et Kahlee Sanders afin de retrouver Paul Grayson. Les installations de Cerberus sont réparties dans les systèmes Terminus, la Travée de l’Attique et l’espace sous l’autorité de l’Alliance. Les agents infiltrés au sein de l’Alliance sont arrêtés et la plupart des sociétés-écrans du réseau sont saisies. L’Homme Trouble n’en a que faire, il touche au but et n’a plus besoin des mêmes montants financiers qu’au début de Cerberus. Malheureusement pour lui, les Turiens retrouvent le laboratoire secret dans lequel il est exceptionnellement présent pour superviser les études sur Grayson. Il parvient à s’enfuir de justesse avec l’aide du Lieutenant Kai Leng. Paul Grayson s’enfuit du laboratoire, aidé par les Moissonneurs qui le contrôlent. Son corps est devenu un mélange d’humain et de synthétique, à l’image des zombies Moissonneurs.
  • Collaboration avec Aria T’Loak afin de piéger Grayson sur Oméga.
  • Mort de Paul Grayson au sein de l’académie Grissom. Kai Leng perd l’usage de ses jambes suite aux tirs de l’Amiral Anderson.
  • Adaptation de la technologie d’amplification physique des Moissonneurs sur les unités militaires de Cerberus. Certains sujets se plaignent d’entendre des ‘voix’ mais l’information est passée sous silence. Cette étape ne constitue qu’un début et l’Homme Trouble est prêt à laisser momentanément ses hommes sous un léger contrôle Moissonneur.

  • Commencement de l’initiative ‘fantôme’. Le premier humain à tester les implants est le Lieutenant Kai Leng, qui retrouve l’usage de ses jambes.
  • Création artificielle d’une nouvelle race Moissonneurs : les Adjudants dans les laboratoires cachés dans le centre galactique. Dissémination volontaire des Adjudants dans Omega.
  • Cerberus s’empare d’Omega, feignant de vouloir aider la Reine Pirate à reconquérir son trône. Utilisation de l’infrastructure d’Oméga pour juguler l’activité des systèmes Terminus et faciliter les recherches scientifiques au-delà du relais Omega-4. Le Général Oleg Petrovsky et le colonel Raymond Ashe sont aux commandes de l’intervention militaire dans la base.

  • L’Homme Trouble s’injecte des nanites Moissonneurs pour amplifier ses capacités cognitives. Le seul agent de Cerberus non modifié est l’agent Jana, l’assistante de l’Homme Trouble, utilisé comme dernier rempart de sécurité au cas où les Moissonneurs prendraient le contrôle de toute l’organisation.
  • Les Moissonneurs lancent leur invasion à l’échelle galactique.
  • L’Homme Trouble entame la construction du Sanctuaire.
  • Cerberus s’attaque au vaisseau du Courtier de l’Ombre sur Hagalaz. La plupart des informations sont sauvegardées et déplacées ailleurs par le Courtier. Le vaisseau est détruit afin de leurrer et prendre par surprise les assaillants.
  • Cerberus cherche à s’emparer de données prothéennes localisées sur Mars. La nouvelle intelligence artificielle EVE, infiltrée sous le nom de Eva Coré, ouvre les portes donnant directement sur l’atmosphère mortelle de Mars. Tous les chercheurs meurent instantanément. Les agents de terrain débarquent pour sécuriser la base. EVE est mise hors d’état de nuire par le Commandant Shepard.
  • Destruction par le Commandant Shepard d’une base militaire secrète de Cerberus sur Sanctum. Des expériences sur la technologie Moissonneur y sont menées.
  • L’Homme Trouble fait infiltrer discrètement des hommes armés sur Eden Prime et enlève quelques colons pour ses recherches futures. La colonie s’en rend compte et tente de repousser l’ennemi, ce qui attire l’attention de l’Alliance. Dans le même temps, des recherches sont menées pour s’approprier la relique prothéenne récemment excavée. Il s’agit d’un module de survie prothéen encore fonctionnel.
  • IDA se télécharge en partie dans la plateforme mobile EVE. Possibilité de contrôle du corps synthétique si celui-ci reste à portée d’émission du Normandy SR2.
  • Cerberus lance un assaut rapide sur l’Académie Grissom. Les étudiants prometteurs sont des recrues de choix pour le futur de l’organisation. L’enseigne Prangley et l’étudiante Rodriguez sont deux acquisitions prioritaires.
  • Reprise d’Omega par Aria T’Loak lors d’un assaut accompagné par le Commandant. Le sort du Général Petrovsky est mis entre les mains d’Aria et Shepard.
  • Attaque aérienne et terrestre massive d’une base galarienne secrète sur Sur’Kesh et tentative d’assassinat de la femelle krogane immunisée au génophage. Il n’y pas vraiment d’explication concernant cet assaut. La réponse la plus évidente semble être que l’Homme Trouble ait été mis au courant de l’existence d’un remède au génophage et qu’il ne souhaite pas le voir aboutir étant donné la dangerosité de l’espèce krogane.
  • Attaque sur Benning et tentative d’enlèvement des civils. La plupart sont tués par balle en cas de résistance. Assassinat du fils du représentant humain à la Citadelle, Dominique Osoba. L’Amiral Hackett commence à se poser des questions sur le changement d’attitude de Cerberus depuis l’invasion des Moissonneurs.
  • Cerberus s’empare des gigantesques canons de défense sol-espace d’une ancienne base krogane sur Tuchanka.
  • Les agents de Cerberus tentent d’empêcher le désamorçage d’une bombe nucléaire d’origine turienne sur le sol de Tuchanka et datant de la rébellion krogane. Cerberus souhaite probablement maintenir le chaos et la haine entre les différentes races afin que l’humanité en ressorte grandie.
  • Collaboration avec le Conseiller Udina et tentative de prise de pouvoir sur la Citadelle. L’opération est dirigée par le Lieutenant Kai Leng qui essaie d’assassiner les membres du Conseil pendant que le gros des forces armées occupe les quais d’embarquement et neutralise le SSC.

 

  • Collaboration et chantage sur la personne de Din Korlack, ambassadeur Volus à la Citadelle afin de faciliter l’attaque d’une colonie turienne du nom d’Aephus.
  • L’Alliance s’empare d’une base de chasseurs de Cerberus sur Noveria.
  • Des déserteurs de Cerberus se cachent dans une base top-secrète sur Gellix. Leur chef, le Docteur Brynn Cole tente de coordonner une évacuation rapide mais l’Homme Trouble les retrouve bien avant. L’équipe est constituée de 43 scientifiques et d’un nombre importants d’assistants et leur famille. Leur étude portait sur un système d’amplification génétique et d’implants visant à développer un système de communication basé sur celui des Moissonneurs, selon le Docteur Horace. Le Docteur Archer, du projet Suprématie, se trouve également dans l’équipe.
  • Le Lieutenant Kai Leng assassine froidement les chercheurs asaris du temple de la déesse Athamé, sur Thessia. Il en profite pour subtiliser les données de la balise prothéenne cachée dans la statue de la déesse et obtient l’IV prothéenne nommée Vendetta. Juste avant, l’IV affirme que des prothéens étaient endoctrinés de la même manière que les agents de Cerberus. A l’époque, les prothéens endoctrinés proclamaient qu’il fallait contrôler les Moissonneurs plutôt que les détruire, tout comme l’Homme Trouble dans ce cycle. Le système de sécurité de Vendetta se déclenche à l’approche de Kai Leng : « présence endoctrinée détectée […] »
  • Kai Leng s’enfuit sur la colonie humaine de la planète Horizon. Un dispositif de traçage permet à l’officier Traynor de remonter jusqu’à lui.
  • Cerberus s’empare des systèmes de communication de l’Alliance sur Ontarom. La technicienne Grace Sato en informe l’Alliance.

Le Sanctuaire, supposé être un refuge pour les personnes en détresse, se révèle être un énième laboratoire secret de Cerberus. C’est le point névralgique de toutes les opérations de l’Homme Trouble puisqu’il y peaufine le moyen de contrôler les Moissonneurs. Les personnes attirées par la fausse sécurité du Sanctuaire sont triés en fonction de leur matériel génétique. Là, ils subissent des transformations semblables à celle qu’a endurée le défunt Grayson. Une fois les réfugiés transformés en zombis, l’équipe de recherche, dirigée par Henry Lawson, le père de Miranda, tente de remplir deux objectifs. Le premier consiste à contrôler pleinement les zombis par le biais d’un signal, codé spécialement pour Cerberus. Le second, quant à lui, est de remonter jusqu’à la source des communications Moissonneurs reçues par les zombis afin de localiser l’origine de ce signal et maitriser la capacité de contrôle propre aux envahisseurs.

Un système de brouillage empêche les communications des civils d’émettre vers l’espace pour ne pas prendre le risque d’alerter les autorités. 60 % des adultes et 85 % des enfants sont sélectionnés pour le projet. Ceux qui sont considérés comme des déchets sont tout simplement détruits. Le projet du Sanctuaire est le pas de trop de l’Homme Trouble. Les Moissonneurs le voient désormais comme une menace et attaquent sans pitié ses installations. Ils ne peuvent pas prendre le risque de voir un humain contrôler pleinement leur technologie. Il semble donc que l’endoctrinement de l’Homme Trouble ne soit pas complet, probablement grâce à sa grande force de caractère et son intelligence hors du commun.

  • L’Homme Trouble apprend la nature exacte du Catalyseur.
  • Le Commandant Shepard découvre la localisation précise du Quartier Général de Cerberus grâce à un émetteur placé sur Kai Leng par Miranda Lawson.
  • La station spatiale mobile ‘Cronos’, le cœur des opérations de Cerberus, est assiégée par les forces de l’Alliance. Localisée dans la nébuleuse de la Tête de cheval, en orbite autour de l’étoile mourante Anadius, elle est le théatre du décès de Kai Leng suite à son combat contre Shepard.
  • L’Homme Trouble s’enfuit jusqu’à la Citadelle. Son souhait est d’utiliser le Catalyseur pour enfin être en mesure de contrôler les envahisseurs. Cependant, il agit en réalité pour le compte des Moissonneurs, à son insu. Il les prévient de l’existence du Creuset et de son lien avec le Catalyseur. Il aide les Moissonneurs à refermer la Citadelle sur elle-même et à la déplacer jusqu’au système Hélios.
  • L’Homme Trouble acquiert la faculté de contrôler le corps des autres organiques mais pas leur esprit. Faculté d’origine inconnue. Possible intervention des Moissonneurs sur le corps de l’Homme Trouble ? Le corps de l’Homme Trouble est déformé par les nanites Moissonneurs, en particulier dans la région cervico-faciale.
  • Décès de l’Homme Trouble au niveau des sous-sols de la tour du Conseil, dans l’antichambre du Catalyseur.


 

III. L’Homme Trouble

 

La volonté de suprématie humaine du chef de Cerberus n’est jamais réellement explicitée dans la série Mass Effect. Cependant, les romans et les comics apportent quelques éléments de réponse à l’intrigue. L’élément déclencheur, en dehors des horreurs perpétrées sur des humains pendant la Guerre du Premier Contact, est sans nul doute la mort tragique des deux compagnons d’arme de Jack Harper, le futur Homme Trouble. Peu loquace et peu émotif, Jack ne dévoile jamais vraiment ses sentiments, en particulier lorsqu’il commence à monter ses opérations criminelles. Pourtant, il n’en demeure pas moins un humain comme les autres et malgré tout son savoir-faire, de petits détails le trahissent. Ainsi, l’une de ses plus grandes société-écrans, un fabriquant de vaisseaux de ligne, se nomme ‘Cord-Hislop Aérospace’ et le nom que choisi l’Homme Trouble pour l’IA furtive du projet EVE est Eva Coré. Ces deux noms font  écho à Ben Hislop et Eva Coré, tous deux morts en 2157. Ce traumatisme est sans nul doute une des causes principales du changement d’attitude de Jack Harper. Son cas est étrangement similaire à celui de Saren, qui a perdu son frère Désolas en le tuant de ses mains par devoir envers Palaven, attisant sa haine contre les Humains.

L’Homme Trouble est devenu, avec le temps, un homme de pouvoir armé de la plus puissante des sciences : les mots.  Ses grands talents de leadership et sa verve aisée  ont permis de rallier énormément de partisans à sa cause pro-humaine. Dans le contexte de la Guerre du Premier Contact et des débuts difficiles avec les Butariens pour le partage de certaines colonies, un profond racisme s’installe chez certains humains. Le public-cible de l’Homme Trouble est constitué, dans sa majeure partie, de personne ayant été lésées, d’une manière ou d’une autre, au profit d’une espèce galactique étrangère : les colons subissant des attaques de pirates butariens ou des Berserkers krogans ; voire même de riches investisseurs floués par des lois favorisant les espèces du triumvirat du Conseil. D’autres cas, plus rares, proviennent des forces armées officielles comme Jacob Taylor, Donnelly et Daniels, fatigués de la paperasse administrative et du peu d’actions entreprises pour sauver des vies. L’immobilisme des forces armées humaines, unies sous la bannière de l’Alliance, donne naissance à un sentiment d’injustice, d’impunité qui exacerbe la sensibilité des foules. Enfin, vient s’ajouter l’échec de l’Humanité sur le plan politique, avec la non-acceptation des parlementaires terriens au sein du Conseil et le refus de la candidature du premier spectre humain, David Anderson à cause d’un rapport négatif écrit par un Turien du nom de Saren. L’Histoire nous apprendra plus tard que le refus d’accepter l’Humanité au Conseil était causé par la naissance récente d’un réseau criminel terroriste pro-humain appelé « Cerberus ».

En plus des mots, le chef du réseau dispose d’une autre arme : l’image. Son charisme et son assurance sont porteurs d’espoir pour les plus démunis, les moins puissants que lui ou les plus désespérés. Il souhaite se donner en permanence une image de domination et de toute puissance face à ses interlocuteurs en ayant le dernier mot, par exemple, lors des discussions avec le commandant Shepard sur les méthodes de Cerberus ou avec Aria T’Loak sur Omega pour la négociation de la capture de Grayson. Dans le même ordre d’idée, son bureau situé sur la station Cronos a lui aussi été pensé pour refléter ce mirage de puissance. L’Homme Trouble se place habilement en face d’une baie vitrée gigantesque donnant sur une étoile mourante, comme si il était lui même la cause de cette mort. Mieux encore, la taille gigantesque de l’astre lui confère une aura de toute-puissance presque surhumaine, comme s’il était, en quelque sorte, un dieu, intouchable, au-delà du monde. Les panneaux holographiques diffusent les images du vide spatial tout autour, plaçant l’Homme Trouble au milieu de nulle part et renforçant davantage ce sentiment.

 

Malheureusement, cette façade cache une vérité bien moins reluisante. L’Homme Trouble est un manipulateur et un menteur pragmatique. Il déforme imperceptiblement la vérité pour que les personnes sous son autorité agissent comme il l’entend. Il ment à Shepard lorsqu’il l’emmène sur le vaisseau récolteur en falsifiant les codes de transmissions de vaisseaux turiens, il trompe le Commandant sur le cadavre du Moissonneur de Mnémosyne, se doutant bien de l’arrivée imminente des Récolteurs et il masque ses véritables intentions quant à la base des Récolteurs et sa technologie. La liste est longue mais il ressort de ces faits que l’Homme Trouble est une personne fourbe, indigne de confiance. Il voit son entourage comme des outils servant sa cause et rien de plus. Peut-on encore le croire lorsqu’il dit ne pas être au courant des expériences horribles menées dans le complexe Teltin sur le Sujet 0 ou sur Aïté, dans le cadre du projet Suprématie ?

IDA nous en apprend un peu plus sur la personnalité de son ancien patron lorsqu’elle devient une IA pleinement émancipée et que les interdictions aux archives secrètes de Cerberus sont levées. L’image d’omniscience et d’omnipotence du réseau tombe à l’eau quand les structures de l’organisation sont dévoilées au grand jour. En 2185, Cerberus compte 150 agents répartis en 3 cellules principales, dont la cellule Lazare supervisée par l’agent Lawson. Le chiffre d’affaire annuel, bien que remarquable, se compte en milliards de crédits. On est bien loin, donc, des « fonds illimités » de Cerberus, ce qui implique une gestion rigoureuse et centralisée en la personne de l’Homme Trouble. D’ailleurs, il ne se permet qu’un maximum de 12 opérations en même temps afin d’en garder le contrôle en toute circonstance. Cerberus est une organisation modeste entourée de tellement de secrets que l’Homme Trouble ne peut se payer le luxe de déléguer des compétences trop importantes à d’autres personnes. Il prendrait alors le risque de trop se dévoiler et de compromettre sa véritable identité. Car, si personne n’a pu remonter jusqu’à lui, c’est tout simplement parce qu’il a pleinement mis de côté son ancienne vie, endossant son rôle d’Homme Trouble au quotidien et qu’il n’intervient jamais directement sur le terrain. L’histoire lui donne raison puisque, la seule fois où il se trouve au cœur des opérations (le laboratoire secret de Cerberus, pendant les études sur Paul Grayson), sa vie est mise en danger par une attaque surprise des Turiens.

 La gestion de son entreprise, colossale lorsqu’on la ramène sur les épaules d’un seul homme, lui prend tout son temps. Cette farouche envie d’aller de l’avant, ce sentiment d’être investi d’une mission, son implication totale pour cette cause qu’il croit juste masquent ce qu’il a été et ne permettent plus à Jack Harper de refaire surface.

Mais, Jack Harper était-il vraiment lui-même avant de devenir l’Homme Trouble ? C’est là toute la question. Le premier contact, en 2157 avec la technologie de reconnaissance et d’analyse Moissonneur nommée ‘Monolithe Arca’ avait transformé en monstre similaire aux zombies son ami Ben Hislop. Jack, quant à lui avait subi une légère modification lui attribuant l’aspect robotique et la couleur azure de ses yeux. Or, après plusieurs recherches dans le domaine des technologies de contrôle des Moissonneurs, il est clairement démontré qu’un changement dans l’aspect corporel d’un individu est un signe concret d’endoctrinement. L’Homme Trouble est-il un pantin à la solde des Moissonneurs ? Pas entièrement, du moins c’est ce que tendent à prouver les éléments issus des années 2183 à 2186.

Les actions de Cerberus conservent globalement une certaine cohérence sur la durée. Le développement du réseau terroriste suit, jusqu’en 2185, une ligne directrice ayant pour but la suprématie humaine. Bien que certains centres d’intérêts conduisent à la mort d’humains, les pertes demeurent faibles compte tenu du vaste éventail d’activité du réseau. L’Homme Trouble considère ces pertes comme acceptables par rapport aux bénéfices potentiels pour l’Humanité. C’est le cas, par exemple, dans le complexe Teltin, durant les années d’études sur la biotique ou lors de certains assassinats politiques ciblés. Le dérapage se produit au moment où le Commandant Shepard met involontairement la technologie Récolteurs/Moissonneur entre les mains de L’Homme Trouble. Cette découverte devient l’élément déclencheur d’un véritable génocide galactique aboutissant à la création artificielle de Moissonneurs sur le complexe du Sanctuaire de la planète Horizon. Alors que l’Homme Trouble protégeait les colonies et semblait véritablement habité par la flamme du devoir envers sa propre espèce dans Mass Effect 2, le voici maintenant dépeint comme un sadique qui capture aux yeux de tous des colons, ment sur la nature du Sanctuaire, mène des recherches abominables, transforme ses propres troupes en leur implantant des nanites Moissonneurs et qui, au final, prévient les Moissonneurs de la construction du Creuset. L’Amiral Hackett lui-même trouve le comportement de Cerberus étrange et en parle à Shepard via l’ansible de communication sur le Normandy : « […] abattre des civils, ça ne leur ressemble pas. »

Tout comme Saren, 3 ans auparavant, l’Homme Trouble voit son jugement et sa logique altérés subtilement par les Moissonneurs. Au travers de la chimère du contrôle absolu dont il rêve, il pense être capable de comprendre le fonctionnement des Moissonneurs, inverser le processus de transformation en zombie, maitriser leurs communications et donc, par extension, les contrôler tous, pour le bien de l’Humanité.  Cette notion d’altruisme déformée par le spectre du pragmatisme est la clé de voute de l’endoctrinement des envahisseurs. Leur force est de faire croire à leurs pantins qu’ils agissent pour le bien de leur cause alors que la réalité est toute différente. L’Homme Trouble, par le biais de ses expériences n’a fait que renforcer la présence des Moissonneur dans la galaxie en créant des zombies et en divisant les forces alliées à cause de ses opérations terroristes et ce, en particulier pour l’année 2186.

La question de l’endoctrinement sur l’Homme Trouble n’en est plus vraiment une puisqu’il avoue lui-même dans son discours final qu’il ne peut plus agir par lui-même (grâce aux options de dialogues de conciliation). Le Commandant le met au défi de contrôler les Moissonneurs lorsqu’il est piégé au cœur de la Citadelle. L’Homme Trouble ne peut répondre que par un misérable : « Je ne peux pas, Commandant », ce qui contraste fortement avec son assurance d’antan. Les séquelles physiques aperçues dans les zones du cou et du visage  et la nouvelle capacité de contrôle physique sur les organiques pointent, elle aussi, avec certitude la marque de l’endoctrinement des Moissonneurs.  La véritable énigme est de connaitre le degré d’endoctrinement sur la personne de l’Homme Trouble. L’attaque du Sanctuaire par les forces Moissonneurs est révélatrice d’un contrôle incomplet sur le chef de Cerberus. En effet, les expériences menées par Henry Lawson étaient en train d’aboutir. Le fait que les Moissonneurs puissent considérer comme menaçantes des recherches menées par une de leurs marionnettes permet de douter de leur pleine mainmise sur l’Homme Trouble.

Que restait-il de Jack Harper dans l’Homme Trouble et que restait-il de l’Homme Trouble au milieu des nanites Moissonneurs ? Il emporte les réponses avec lui, lors de son décès en 2186, dans les sous-sols de la Citadelle.


Conclusion

Un rapide coup d’œil à la liste impressionnante des actions de Cerberus et l’Homme Trouble au sein de la galaxie ne laisse pas de doute possible quant au poids, relativement important du réseau terroriste dans la ligne du temps de Mass Effect. Pourtant, en dresser un bilan se révèle être une mission difficile. Avec toutes les cartes désormais en main, peut-on finalement dire que l’Homme Trouble est fondamentalement mauvais ou fondamentalement bon ? La réponse ne peut qu’être précaire.

L’Homme Trouble, bien que pragmatique à l’extrême, n’en demeure pas moins un homme ordinaire avec des sentiments. Bien qu’on ne puisse pas clairement prouver sa sincérité lors des relations qu’il entretient avec d’autres personnes, on ne peut nier qu’il aime sincèrement la Terre. Plus que de l’amour, il s’agit d’une obsession dévorante qui le ronge pendant des années. Cette volonté de protéger ses semblables provient plausiblement de la perte brutale de ses deux amis, Ben Hislop et Eva Coré, lors du premier contact extra-terrestre avec les Turiens. Son échec de 2157 le marque profondément et il se bat pour que cela n’arrive plus jamais pour personne.

Dans le même ordre d’idée, les agents qui composent le réseau Cerberus sont eux aussi, pour la plupart, des gens tout à fait normaux, sympathiques et désireux de soutenir une cause juste à leurs yeux. Certains d’entre eux vont même jusqu’à déserter l’organisation lorsqu’ils ouvrent les yeux sur ce qu’elle est devenue. Le Dr Cole, le Lieutenant Taylor, l’agent Lawson, Donnelly et Daniels, le Dr Archer et tant d’autres sont autant de visages et d’histoires qui se rencontrent, qui font des erreurs mais qui, au final, se repentent. La notion de bien et de mal, ô combien subjective est ici un aspect primordial du débat. La faction de Cerberus, présentée comme un simple ennemi à combattre n’en demeure pas moins composée d’êtres humains qui font fausse route mais qui ne pensent pas un seul instant faire ‘le mal’. Kaidan Alenko, pris de doute après avoir pris beaucoup de vies au combat, se confie au Commandant Shepard : «  […] C’était des gens bien, Shepard ? »

Le  véritable débat autour de Cerberus et de son chef, c’est celui du bien et du mal. Les différences de point de vue et les méthodes employées permettent de classifier, selon la sensibilité de chacun, les actes d’une personne. L’Homme Trouble ne cherche qu’à protéger son espèce et sa planète : la Terre. Mais, ce faisant, il perd de vue que cette même planète est composée d’êtres humains que lui-même utilise comme de simples objets d’études, des pions servant ses desseins. Son erreur a été de voir trop grand. La Terre, qu’il considère presque comme une personne à part entière devient sa propre perte lorsqu’il commence à exploiter la technologie Moissonneurs et sacrifie par milliers ses compatriotes.

Toutefois, l’étrange changement de comportement de l’Homme Trouble à l’Horizon de 2186 laisse la place à une libre interprétation de l’endoctrinement sur sa personne. Bien que prompt à sacrifier quelques vie pour le bien collectif, l’Homme Trouble n’est jamais dépeint comme un criminel de guerre capable de réaliser un génocide à si grande échelle. On peut dès lors mettre en relation son probable endoctrinement depuis 2157 avec les étranges études massivement mortelles menées en 2185/2186. Ses entreprises, autrefois réalisées avec finesse et le moins de pertes possibles, deviennent presque machiavéliques et dépourvues de toute trace de compassion pour son propre peuple. N’est-ce pas, pourtant, le même Homme qui refuse d’implanter une puce de contrôle dans le cerveau de Shepard ? N’est-ce pas le même homme qui reconnait la valeur des personnes qui travaillent pour lui ? Est-ce qu’on peut détester réellement l’Homme Trouble alors qu’il a probablement été manipulé par les Moissonneurs depuis le début ?

L’histoire de Jack Harper est une de celles où le vrai et le faux sont intimement mêlés, où toute notion précise de bien, de mal, d’amour et de haine sont inextricables les unes des autres. L’histoire de Cerberus raconte  comment quelqu’un peut aimer jusqu’à en mourir lui-même, au sens littéral comme au figuré.

L’histoire de Jack Harper nous apprend tout simplement qu’il y a un Homme Trouble en chacun de nous.


 

Sources

  • Mass Effect Wikia
  • Mass Effect Wiki
  • The art of the Mass Effect Universe
  • Mass Effect: Redemption
  • Mass Effect : Evolution
  • Mass Effect : Invasion
  • Mass Effect Ascension
  • Mass effect : Rétorsion
  • Base de données du Courtier de L’Ombre, vaisseau furtif de la planète Hagalaz, Mass Effect 2™

 

Annexes

Jack Harper

Joueur de Skyball
Habitude tabagique.
Boissons préférées : Bourbon terrien et Rouge Thessien.
Costume Giuli Vorn en lin. 5 poches intérieures. Protection contre les armes à feu de petit calibre
Liaisons avec Sani Shelani, Brooke Karrigan, Vela Vicious, Staci et Stephi Strong, Matriarche Trellani.
Messages envoyés sur la Citadelle, Illium, Oméga, la Terre, Horizon, Eden Prime, Thessia, Palaven, Tuchanka, la Flotte Nomade.

 

 

 

 

Kai Leng

Engagé dans l’Alliance en 2172 à l’âge présumé de 16 ans (faux papiers)
Insertion dans la patrouille de reconnaissance dans les systèmes terminus en 2172.
Insertion dans la patrouille de reconnaissance du système Exodus en 2173. Réprimandé pour avoir conservé les plaques militaires d’officiers ennemis abattus.
Participe au raid d’Entiyon et est recommandé pour la médaille de la Valeur de l’Alliance en 2174.
Reconnaissance tactique dans le nid du Milan en 2175. Est accepté dans l’Académie de combat interplanétaire de l’Alliance.
Kai Leng réussit la formation et obtient le grade N7 en 2176. Quelques temps plus tard, il est emprisonné pour meurtre. Evasion rendue possible grâce à des agents de Cerberus. Travaille désormais pour l’Homme Trouble. Représente un danger mortel.
Reçoit des implants de type ‘Fantôme’ suite à la perte de l’usage de ses jambes en 2185.

 

Le soldat d’assaut

Unités d’assaut frontal
Suivi d’un programme de préparation physique et psychologique intensif
Exécutent des tirs de barrages pour permettre aux autres unités tactiques de se placer sur le terrain
Fourniture : M25 – Frelon


 

 

 

Le Gardien

Unité d’agression des flancs ennemis
Porte un bouclier en polycristal composite extrêmement lourd
Exosquelette hydraulique présent dans l’armure
Programme de cartographie environnemental intégré
Fourniture : M358 – Serre

 

 

 

 

 

 

Le Centurion/Stratège

Officiers supérieurs de Cerberus
Dirigent les opérations, coordonnent les attaques
Fourniture : M96 – Mattock, modifié [ajout d’un lance-grenade fumigène]

 

 

 

 

 

 

La Némésis

Tireur d’élite de Cerberus
Dispose d’un implant limitant le recul de fusil de précision lourd comme le M98 – Veuve.
Système d’analyse environnemental
Autodestruction en cas de décès
Fourniture : M13 – Raptor

 

 

 

 

L’ingénieur de combat

Unité de soutient
Equipé d’une armure légère pour faciliter les déplacements
Installation de tourelles défensives et chargé des réparations
Fourniture : M5 – Phalanx

 

 

 

 

 

L’Argousin de Cerberus

Unité de combat rapproché favorisant le corps à corps
Utilisation de fouets pour des attaques à moyenne portée dévastatrices
Lourdement blindé
Fourniture : M25 – Frelon

 

 

Le Fantôme

Unité d’infiltration et d’assassinat
Manœuvres évasives en cas de danger
Dispose d’un générateur de barrière biotique et d’un camouflage tactique
Fourniture : épée monomolleculaire, module de tir à  munitions phasiques dans la paume de la main

 

 

 

 

L’ATLAS

Version améliorée et pilotable du mécha d’assaut blindé YMIR
Contient un noyau d’élément zéro pour les largages terrestres depuis les vaisseaux de transport
Blindage en matériel composite multi-cristallin fabriqué par Cerberus et similaire à du saphir de synthèse
Mitrailleuse anti-personnel et lance-roquette intégrés.