iconeChoisir un fond d'écran

Critique du roman Mass Effect Andromeda : Initiation

21/11/2017
15 commentaires

Le moins que l’on puisse dire, c’est que le voyage vers la galaxie d’Andromède aura été difficile… Pour les colons de l’Initiative Andromède bien entendu, mais aussi pour Bioware et les plus grands fans de la saga : après un épisode Mass Effect Andromeda qui divise et a pu décevoir, et un premier roman lui aussi en demi-teinte, il devenait alors de plus en plus difficile de croire en l’avenir dans cette dangereuse galaxie.

Plusieurs mois plus tard, le second roman Mass Effect Andromeda : Initiation, voit le jour. Et l’heure du bilan sonne donc à son tour : va-t-on suivre ce chemin semé d’embûches depuis que nous sommes arrivés dans Andromède, ou va-t-on enfin sentir un vent de fraicheur et d’enthousiasme ? Nous allons tenter d’y répondre en limitant autant que possible les révélations (spoilers) sur le contenu du livre.


Synopsis et contexte général

Le lieutenant Cora Harper a rejoint l’Alliance afin de développer ses capacités biotiques. Dépêchée dans une unité commando asari, les Filles de Talein, elle a peaufiné ses pouvoirs jusqu’à devenir une chasseresse redoutable.

De retour sur Terre, Cora est devenue une étrangère parmi les Humains. Elle s’engage dans l’Initiative Andromeda en tant qu’adjointe d’Alec Ryder. L’objectif : lancer dans l’inconnu 100 000 volontaires pour un voyage de six cents ans… Mais une technologie essentielle au projet, et très dangereuse, a été dérobée. La première mission de Cora consiste à la récupérer avant qu’elle soit utilisée contre l’Initiative. En cas d’échec, le vaisseau Andromeda pourrait ne jamais parvenir à bon port.

Premier constat de ce synopsis : les évènements se déroulent avant le départ des arches vers Andromède, donc chronologiquement encore avant les évènements du roman La Révolte du Nexus. Nous restons donc dans la Voie Lactée exclusivement, mais avec des protagonistes introduits seulement dans Mass Effect Andromeda. Ce détail a toute son importance : là où le jeu Mass Effect Andromeda et le roman La Révolte du Nexus prenaient place exclusivement dans la galaxie d’Andromède avec seulement des références aux éléments de la Trilogie Shepard et de la Voie Lactée, ce roman-ci fait vraiment office de passerelle entre les deux galaxies, brisant cette barrière que nous rencontrons jusqu’à présent.

C’est un véritable retour aux sources mettant en scène de nombreux éléments bien connus de la saga, qui en sont venus à nous manquer : des personnages connus (notamment une journaliste que le poing de Shepard connait très bien), des lieux connus tels qu’Illium ou encore la présence de différentes races absentes de l’épisode Andromeda comme des Quariens. Et de manière générale, on retrouve une parfaite cohérence avec l’univers de Mass Effect avec de nombreux petits clins d’œils que les plus assidus ne manqueront pas de remarquer tant ils sont subtils. Ces éléments permettent de nous retrouver rapidement dans un contexte dans lequel nous sommes à l’aise et rend la lecture très confortable.

Illium, exemple de lieu de passage pour Cora Harper


Déroulement de la lecture

La première chose qui frappe lorsqu’on a le roman en main, c’est sa taille : il fait seulement 372 pages, contre 571 pour la Révolte du Nexus, soit une taille d’environ un tiers de moins que ce dernier. Cela dit, lorsque certains chapitres entiers de la Révolte du Nexus pouvaient décrire dans ses moindres détails une conversation d’à peine quelques minutes entre deux personnages, il devient alors facile d’agrandir la taille du livre. Rien de tout ça pour Initiation : si les descriptions des lieux, des évènements même les plus rapides (lors de phases de combat notamment) ou de certains dialogues restent suffisamment précis et permettent une bonne immersion, on est pas dans le superflu ou le remplissage (même sans être inintéressant). On a beaucoup moins la sensation d’être figé, que rien n’avance, car les évènements du livre ne se résument pas à de longs discours politiques, mais alternent intelligemment entre les phases d’action et de dialogue par exemple. On retrouve assez subtilement ce que l’on vit dans un jeu Mass Effect : les phases de combat sur le terrain et de retour dans le vaisseau auprès de nos coéquipiers…

Fait plutôt inattendu : Le roman prend une tournure générale assez proche du policier. Déjà, le synopsis se montre peu précis sur la nature des éléments dérobés à l’Initiative et cela restera le cas au début du roman, mêlé à d’autres éléments qui poseront un certain nombre de questions. Cet aspect suscitera votre curiosité lors de la lecture, une volonté de vouloir trouver les réponses aux différentes questions. Évidemment ce n’est pas exclusivement un roman policier : comme expliqué précédemment, les phases de révélations seront précédées de plusieurs phases d’action ou d’infiltration naturellement liées à la mission de Cora et de plusieurs phases de dialogues. L’ensemble se montre efficace, diversifié et plutôt bien dosé.

Autre comparaison avec La Révolte du Nexus : dans ce dernier, on sait d’avance dans les grandes lignes comment finira le roman (la révolte en elle-même), ce que l’on ignore ce sont les raisons qui y mènent et c’est l’objet même de sa lecture. Ici, l’effet de surprise est étonnamment bien orchestré. On ignore ce que le roman est censé nous apporter, sur quoi il va porter et surtout vers quoi on abouti. Sans donner les réponses à ces questions dans cette critique qui gâcheraient la lecture, le thème principal se dessine au fil de la lecture, mais sans forcément soupçonner son ampleur que l’on découvre au fur et à mesure de l’enquête menée par Cora.

A la fin du roman, la boucle est presque bouclée : l’enquête semble arriver à son terme, les zones d’ombres s’éclaircissent, mais le chapitre final fini par nous donner le vertige. D’abord à travers de nouvelles révélations majeures, mais aussi (et surtout) par un lien direct avec l’aboutissement d’une des quêtes secondaires de Mass Effect Andromeda qui a laissé les joueurs sur leur fin à travers des questions laissées sans réponses. Le roman n’apporte toujours pas ces réponses, mais cette précision confirme la volonté de Bioware de laisser planer un mystère et prouve une fois de plus que les choses ne sont pas faites au hasard : l’aventure Mass Effect Andromeda semble bien plus solide qu’elle n’en a l’air…

Un dernier mot sur la traduction : comme le précédent roman, aucun élément ne semble avoir été négligé car aucune erreur n’a été relevée lors de notre lecture, que ce soit sur des noms de lieux ou de races, rien ne viendra entraver la lecture.


Le casting

Venons-en aux personnages eux-mêmes, à commencer par l’héroïne en couverture du roman : le lieutenant Cora Harper. Inutile de revenir sur son histoire, les joueurs de Mass Effect Andromeda ne la connaissent que trop bien. Dans ce roman, elle est fidèle à l’image que nous nous faisons d’elle lors de ses conversations avec notre Pionnier. C’est probablement le premier point négatif à mentionner : la personnalité de Cora ne nous surprend jamais.

Son passé avec son commando asari l’a profondément marquée et c’est la source de sa personnalité et de sa très grande force. Le roman ne fait que préciser certains aspects de son entraînement et de son attitude dans les situations difficiles, mais rien de bien nouveau n’est à mentionner de ce côté-ci.

Seconde personnalité majeure du roman : Alec Ryder. Là encore, il n’y a pas de grosses surprises à son sujet quant à sa personnalité ou ses objectifs qui lui tiennent à cœur : les différentes manières de le connaître dans Mass Effect Andromeda à travers ses actes passés suffisent à cerner le personnage.

Froid, peu sociable, mais dévoué à sa mission et extrêmement compétant, indispensable même pour l’Initiative. Cela dit, étant donné son rôle très secondaire dans le jeu et du peu de détails connus à son sujet, il devient légèrement plus intéressant que Cora d’en apprendre un peu plus sur l’ancien soldat N7.

Finalement, la Révolte du Nexus se montrait plus intéressant de ce côté : ce dernier nous a permit d’en apprendre plus sur les dirigeants du Nexus et les décisions difficiles qu’ils ont dû prendre dans des situations dans lesquelles on aurait préféré éviter de se trouver, ce qui permettait soit de revoir notre opinion à leur sujet par rapport à notre expérience dans Mass Effect Andromeda, soit de les détester encore d’avantage. Dans Initiation, votre jugement vis-à-vis de Cora ou d’Alec a peu de chances de changer après la lecture du roman, mais il apparait assez clairement que ce n’est pas le but du roman.

Non, car c’est un autre personnage central, que nous n’évoquerons pas d’avantage dans cette critique qui retiendra d’avantage votre attention…


Apport du roman pour l’univers et le jeu

Maintenant, est-ce qu’après la lecture du roman notre vision des choses changera dans Mass Effect Andromeda ? Finalement, peut-être encore moins que la Révolte du Nexus. Si on pouvait très vite faire le lien entre les choses que nous avons découvertes dans ce roman et les différentes informations disséminées dans le jeu en rapport avec la Révolte (et il y en a pas mal) pour se reconstituer une trame quasi-complète des évènements, il n’en est pas de même pour Initiation : presque aucun évènement survenu lors de l’enquête de Cora et Alec n’est mentionné dans le jeu. A quelques exceptions près, rien dans le jeu ne laissait entrevoir ce qu’a vécu la guerrière biotique avant son départ pour Andromède, et ce, en dépit de son importance pourtant significative.

Indépendamment du jeu lui-même, le roman présente pourtant bien un intérêt pour l’univers Mass Effect, mais pas là où on aurait pu l’attendre. Si les deux personnages principaux n’ont pas brillé sur ce point, c’est bien ce même autre personnage central mentionné précédemment qui nous ouvre les yeux et apporte un véritable plus sur un sujet en particulier : ce même thème principal du roman, presque central dans l’univers Mass Effect. Et avec la fin du roman qui enfonce d’avantage le clou en se liant à une intrigue de Mass Effect Andromeda, on savoure la prise de conscience de l’importance de la chose et des répercutions qu’elle pourrait avoir pour l’avenir…

Nous restons volontairement très évasifs sur ce sujet pour vous laisser le découvrir par vous-même, mais l’intérêt du roman étant centré là-dessus, nous devons bien le mentionner.


Conclusion

Agréablement surprenant, voilà comment résumer le plus succinctement possible Mass Effect Andromeda : Initiation après sa lecture. C’est un bon spin-off tourné vers une thématique phare dans l’univers de Mass Effect en adoptant un côté policier qui alterne entre différentes phases de combats ou de conversations. Il fait preuve d’une parfaite cohérence avec l’univers en se mêlant avec la plus grande aisance aussi bien dans la Voie Lactée que dans Andromède. Bien que les personnages principaux se montrent peu surprenants et que la majorité des évènements qu’ils y vivent sont ignorés dans Mass Effect Andromeda, ce détachement n’entrave en rien la lecture. C’est ainsi qu’il faut voir ce roman : si son contenu  lui est réservé, les questions qu’il pose arrivent quand même à toucher l’essence même de Mass Effect et augurent de grandes choses pour l’avenir.

On ne peut que souhaiter à Bioware de continuer sur cette lancée, car le studio sera de toute façon très attendu au tournant pour le prochain roman, porté sur la tant convoitée 5ème arche à rejoindre Andromède : l’arche Quarienne.

 

On a aimé :

  • Le retour dans la Voie Lactée, qui brise la barrière avec Andromède
  • La parfaite cohérence avec l’univers, quelle que soit la galaxie
  • La diversité des évènements tout au long de la lecture
  • Le côté policier et les effets de surprise que cela implique
  • La thématique abordée tout au long du roman

On a moins aimé :

  • Peu d’apport vis à vis de Mass Effect Andromeda, les événements y étant détachés
  • Pas de surprise concernant les personnages principaux

 

Le roman est disponible sur Amazon.fr (vous contribuez au financement du site en commandant via ce lien)

Administrateur adjoint et développeur du site, Mass Effect Universe mêle ma passion des jeux et de ce magnifique univers avec mon métier de développeur informatique.

Commentaires

Ah ben voila qui donne vraiment envie et qui fait plaisir a lire.  ^-^

Je le commence ce soir, donc je viendrais dire ce que j'en ai pensé dans quelques jours.  :)
Super ! Ça augure du bon pour la suite d'Andromeda et de Mass Effect en général jspère !
J'ai commencé à le lire, et pour le moment, je le trouve pas mal. Je verrais bien si je suis frustré ou non à la fin :))

Edit : Maintenant que j'ai finis de le lire, mon avis global est plutôt bon tant sur l'univers que sur certains personnages.  :)
Bonjours à tous. Pour ma part, J'ai trouvé ce roman assez catastrophique, d'autant qu'il mettait cette fois en scène deux personnages majeurs d'Andromeda. J'irai de ma petite critique perso prochainement.
Personnellement, j’ai beaucoup apprécié ce roman.
Je l’ai "dévoré" d’une seule traite. Je rejoins les avis du "Phenix" au sujet des forces de ce roman ; en revanche, je ne retrouve pas les deux "faiblesses" mentionnées sans doute par nécessité. De mon point de vue, les deux principaux protagonistes pourraient bien être interprétés comme de simples outils ou des "instruments" indispensables certes, mais servant des propos, des enjeux et de mystérieux acteurs supérieurs ...

La reprise en main de la franchise Mass Effect par Casey Hudson et Mac Walters se fait très nettement sentir.
Je trouve ce point extrêmement prometteur pour l’avenir de notre univers favori et un retour à sa qualité originelle. Tourner la page aux maladresses et à l’excès de langage fleuri, propres au premier opus littéraire et vidéo afin de renouer avec la Subtilité et l’Élégance est très appréciable pour ma part ... retrouver la "patte artistique" qui a posé les bases de cet univers et a fait le succès de la trilogie Shepard procure possiblement aux grands amateurs un immense plaisir, car nous renouons avec l’expérience immersive originelle.

Le titre, "Initiation", est sobre, court, évocateur ... un titre ho combien MassEffectien.
Il démontre bien cette volonté d’un retour aux sources et de rester dans la lignée des trois premiers romans de Drew.
Aussi, "Introduction" aurait peut-être été plus pertinent et cohérent pour intituler le roman précédent portant sur le Nexus à la place de "spoiler" totalement le roman.


L’arc scénaristique d’ "Initiation" est palpitant et les implications que suggère l’issue de l’enquête sont intrigantes, passionnantes et particulièrement évocatrices ... Elles pourraient fort probablement avoir des conséquences quantiques ...  Ce lourd testament Voielactien promet un héritage compliqué en guise de renouveau dans Andromeda ... pour le meilleur comme pour le pire ... le mieux étant l'ennemi du bien ... seules la nature de l'âme des héritiers bien malgré eux (probablement le futur joueur) et leur moralité ainsi que leurs choix, détermineront l’avenir des espèces voielactiennes dans Héléus et possiblement d'Androméda …
 
Une fois de plus, BioWare et Mass Effect sensibilisent leurs publics aux grands principes universels de moralité et d’humilité qui ne semble pas être le fort du génial scientifique et agent N7 ; son caractère que nous réalisons au travers de notre héroïne Cora ébauche quelques points à travailler et à compléter ... défis transmis à sa descendance directe.
Bonjours à tous. Pour ma part, J'ai trouvé ce roman assez catastrophique, d'autant qu'il mettait cette fois en scène deux personnages majeurs d'Andromeda. J'irai de ma petite critique perso prochainement.

Je l’ai bien apprécié et je conseille de le lire.

Par catastrophique, je pense saisir ce que tu veux dire, mais ici on ne peut pas trop développer le sujet au risque de devoiler le livre.
En effet, on realise que la conclusion de l’essai est catastrophique pour la suite et je suis bien d’accord sur ce terme dans ce contexte.
Alec et Cora sont des personnages clés certes mais secondaires, à mon œil lumineux, indispensables pour mettre en avant le veritable protagoniste de jeu MEA.

Voilà pour moi.
Par catastrophique, je pense saisir ce que tu veux dire, mais ici on ne peut pas trop développer le sujet au risque de devoiler le livre.
En effet, on realise que la conclusion de l’essai est catastrophique pour la suite et je suis bien d’accord sur ce terme dans ce contexte.
Alec et Cora sont des personnages clés certes mais secondaires, à mon œil lumineux, indispensables pour mettre en avant le veritable protagoniste de jeu MEA.

En quoi considères-tu que la conclusion est catastrophique pour la suite ?

Spoiler
Tu peux simplement répondre avec un spoiler pour les gens qui n'ont pas lu le livre.



En quoi considères-tu que la conclusion est catastrophique pour la suite ?

Pour la viabilité de la transmission de la valeur ajoutée intangible et pourtant factuelle et bien réelle, le véritable héros du jeu MEA.

Me semble-t-il, vous devriez vous tourner en premier vers celui qui a employé en premier ce terme, Damianus, puis vers Ylos, qui semble avoir compris la même chose, avec des sous-entendus très qu'explicites : Testament Voielactien / Héritage compliqué / le mieux est l’ennemie du bien / et sa dernière phrase ; ça a failli crever mon œil.
 
Les 2 vieux briscards comme ils se surnomment pour se tourner en dérision, ne se prennent pas au sérieux, mais leurs contributions, tout comme celles de c3rb3ru5, Khurnous, Urdnot, …, notamment, sur la compréhension de l'Univers Mass Effect, de la révolte de Nexus, de la trilogie et d'Andromeda sont plus que particulièrement intéressantes et de loin les plus et étayées et développées, pour mon œil-lampe, et donc enrichissantes pour la catégorie de lecteurs ouverts, curieux et surtout tolérants et respectueux... Et il faut de tout pour faire un monde.

On va bien voir s’ils veulent bien s'invertir généreusement pour partager et développer leur compréhension. Et je crois que je viens de mettre 10 ou 20 euros dans le Jack Pot.

Bon dimanche.
Ce que j'ai compris du roman Initiation :

Une fois de plus Mass Effect nous propose une suivre une enquête, à étudier avec diligence, à l'image des 3 premiers romans et de la trilogie qui était une gigantesque enquête galactique composée d'une multitude de petites enquêtes toutes apportant des clés à différents niveaux de compréhension.

Spoiler
En ce qui me concerne, j'ai identifié 2 grilles principales de lecture à ce roman, inversant les protagonistes et la finalité du roman : Une lecture linéaire, le roman en tant que tel pour un non mass effectien ; Une lecture associative au sein de l'Univers Mass Effect pour les avertis et les fans.


Les protagonistes

Lecture linéaire :
L'intrigue met en avant deux premiers protagonistes tangibles : Alec le concepteur et créateur du simulateur adaptatif matriciel et Cora, son futur second dans l'équipe du Pionnier dans la nouvelle galaxie Andromeda.

Lecture associative :
À mon humble avis, les 2 protagonistes principaux dans le roman Initiation sont en réalité intangibles et sont : SAM et sa partition SAM1 ; sans les plateformes mobiles humaines Alec et Cora, la finalité du roman ne peut exister, ni même la survie de l'Initiative dans Andromeda.


La finalité du roman

Lecture linéaire :
L'enquête pose un contexte, un décor et un cadre et surtout qui insuffle une excellente dynamique au roman et immerge le lecteur très rapidement, afin de récupérer la copie dérobée de la si précieuse partition de SAM ; une IA tombée dans des mains mal intentionnées peut s'avérer très dangereuse pour l'espace concilien.   
L'enjeu est de taille !

Lecture associative :
Récupérer la copie dérobée s'avère en réalité d'importance moindre que le véritable enjeu dissimulé par Alec dont le lecteur peut prendre progressivement conscience ; à la fin l'auteur prend le soin de préciser qu'on ne peut évaluer si et combien d'hypothétiques copies d’IA sont en possibles circulations.
En revanche, l'auteur instille juste avant l'incident à bord de l'arche Hypérion un détail qui nous fait comprendre l'objet central du roman :
Tester l'adaptation du SAM du pionnier, par l'intermédiaire d'une partition SAM1 ( afin de ne pas corrompre l'original SAM si l'expérience ne fonctionnait pas ) au second du pionnier en cas de décès de ce dernier. La réussite de l'expérience est plus qu'alarmante et implique des conséquences inquiétantes à long terme.


Développement

Alec se remettant de ses blessures dues au sauvetage du noyau de personnalité du SAM original et des bases de données mémorielles de SAM et SAM 1, Alec révèle que :
Il était impossible à SAM1 s'adapter correctement à Cora et donc était condamné depuis le début, même si au cours de l’avanture, les deux intelligences jumelées l'Intelligence immatérielle organique de Cora et l'Intelligence immatérielle synthétique de SAM1 ont lié une relation affective réciproque particulièrement émouvante et que SAM1 a sauvé la vie à 2 reprises à son hôte.

Il en découle que la mauvaise adaptation de SAM1 risque de tuer son hôte, Cora, ce qui compromet très sérieusement le transfert du SAM d'Alec à sa future seconde.
Par extension, le projet général de simulateur adaptatif matriciel, sur lequel repose tout le projet de migration de 100 000 colons de l'Initiative Andromeda, initié par une entité mystérieuse, semble sévèrement compromis avant le départ : seul Alec le sait. 


Rebondissement

Heureusement, un détail d'ordre biologique est apporté et semble partiellement dissiper les nuages : nous réalisons que le Sam du Pionnier ne peut être transféré qu'à un membre de la famille Ryder, ce qui pourrait impliquer que son SAM s'est très bien, voir trop bien adapté à la physiologie, à la biologique de son hôte humain, le SAM humain étant le seul à être totalement déverrouillé.
SAM s'est probablement développé en s'identifiant au génome du pionnier humain ce qui semble être confirmé par un transfert uniquement possible à un membre du clan Ryder, "génétiquement compatible".

Ce petit rebondissement positif semble suggérer que les trois autres SAM, Asari, Galarien et Turien, dont l'accès à la physiologie de leur hôte est bridé, devraient se transférer normalement à leur second respectif avec une courbe de mésadaptation inconnue … plus lente que SAM1 ou nulle dans le meilleur des cas, en fonction des espèces et des sujets : les tests se feront in situ dans Andromeda : en ce qui me concerne, le doute plane …


Inception amplificateur émotionnel

Il est très intéressant de se pencher sur comment cette révélation catastrophique pour le futur à long terme de l'Initiative nous est annoncée. Suggérée dans un premier temps avant l'incident sur l'Hypérion, cette nouvelle grave est instillée ( inception ) chez le lecteur, décuplant inconsciemment toute la phase de tension autour du sauvetage des SAMs jusqu'à l'évanouissement de l'hologramme de Jein dans l'infirmerie, Alec étant tiré d'affaire. Cette amplification très habilement et subtilement amenée démontre que les SAMS sont bien les protagonistes principaux.


Divertissement

Je trouve que ce passage avec Jein est prenant, intéressant et important, car c'est grâce à son intervention qu'Alec reste en vie ; ce passage ne nous apprend rien de plus sur la mystérieuse Bienfaitrice qui a initié le plus grand projet de migration intergalactique de ce cycle et finance, oriente et semble avoir une forme de « contrôle » sur sa fondatrice.


Conséquences à long terme de l'échec du transfert de SAM

L'adaptation du SAM humain au génome de son hôte, contraint le Pionnier à avoir pour second un de ses enfants non formé. Dans la nouvelle galaxie, pour un nouveau départ, seuls la descendance Ryder pourra être assistée de SAM, ce qui induit une forme de népotisme involontaire. Ou dans le cas d'un drame avec les 2 jumeaux avant reproduction des Ryder, SAM deviendra par conséquent non transférable.
Dans chacun des cas la nouvelle viendra aux oreilles du directoire du Nexus ; une fois de plus l'égo et l'entêtement du génial inventeur N7 Alec poursuivra ses enfants dans la nouvelle galaxie, ce que j'ai sous-entendu par lourd testament et héritage compliqué. Mais je n'oublie pas que d'un autre coté Alec a permis grâce à SAM le décryptage reliquat dans Andromeda ainsi que l'activation des caveaux et la viabilisation des conditions de vie des mondes en Or, pour que les colonies prospèrent.


Conclusion

L'utilisation de l'adjectif "Catastrophique" par Damianus prend tout son sens, notamment en ce qui concerne les hypothétiques futurs développements de la franchise vidéo ludique dans Androméda et illustre également le profond attachement de Damianus à ce jeu qu'il a clairement et magnifiquement défendu dans son article Pro Androméda.

Une éventuelle question que le lecteur peut se poser :
Au travers de ce que ce roman Initiation nous apprend, l'hypothèque des SAMs dans MEA, n' y aurait-il pas une volonté sous-jacente de la part de l'éditeur de confirmer de manière subtile l'annonce faite par les équipes de développement à la sortie du Patch 1.10 annonçant qu'aucune suite était prévue ? J'avoue que je me suis posé la question et que je n'ai pas de réponse.


Voilà pour ma compréhension toute personnelle de ce roman qui reste la mienne et qui n'a aucunement la prétention de dicter une quelconque vérité au lecteur.

Et vous, qu'avez-vous saisi ?
J'arrête là.


Bon début de soirée a toutes et tous

Ce que j'ai trouvé fort appréciable dans ce roman c'est la grande humanité et l'émotion qui se dégage des empreintes de personnalités des SAM.

L'auteur et la Franchise Mass Effect ont visiblement souhaité mettre l'accent sur l'expression des implications, les difficultés et la "souffrance" des SAM dans la réalisation leurs missions : maintenir le corps de leur partenaire physique en vie, qui eux en revanche en pleine action se transforment en véritable machine de guerre, insensibles, le corps humain inhibant de facto la douleur quand celle ci dépasse le surmontable, un retour des parties scientifiques, médicales et pédagogiques si présentes dans la trilogie et tant absentes dans MEA.

Les êtres SAM semblent par moment être plus doux, plus attentionnés, plus sensibles et plus humains [ comme Tali et Liara, Samara, Thane et même Grunt dans ME3 dans la grotte Rachni ], paradoxalement, que les êtres humains fait de chaire et de sang, Cora et Alec qui en tant que bon militaire dans leur relation mutuelle cachent leur sentiments et émotions, au contraire des Angaras qui les utilisent, les formalisent et les partagent point que j'ai beaucoup apprécié dans MEA.

L’éventuelle non fonctionnalité des SAM serait une tragédie avant tout pour les intelligences dans les noyaux SAM qui ont goûté aux sens humains et en seraient privés, ce qui reviendrait à une perte brutale et simultanée de la vue le l’ouïe du toucher du goût et de l’hodorat chez un humain ; Autant opter pour la Non fonctionnalité immédiate, les sens permettant de vivre les expériences.

Pour ma part, je trouve que c'est extrêmement appréciable de retrouver des histoires profondes et intenses et ces richesses de nuances d'humanité qui m'ont tiré plus d'une fois la larme à l'œil, comme pour les pertes de Mordin, de Thane et de Légion, point totalement absent du premier roman, qui était trop "Militaire Homme de Fer" à mon gout ; Il y a une volonté de renouer pour mon plus grand plaisir avec des histoires humaines émotionnellement engageantes, et pour moi c'est bien cela qui compte et la marque de fabrique de BioWare.


Pour tuer des ennemis à la chaine sans histoire émotionnellement engageante, il y a les multis et tous les FPS, mais BioWare nous vend avant tout du vivant, enfin c'est ce qui est marqué sur son site.


Bonne soirée.
Mes opinions sont miennes.

Poster un commentaire