iconeChoisir un fond d'écran

Citadelle

2012/12/fond-du-site-v33.jpg

Trou noir

2013/05/Trou-Noir.jpg

Astéroïdes

2013/05/Astéroïdes.jpg

Miranda & Tali

2013/11/Miranda-vs-Tali.jpg

Novéria

2015/03/Brian-Sum.jpg
Mass Effect Foundation, comics #7

Critique du comics Mass Effect – Foundation #7

24/01/2014
5 commentaires

La sortie du premier tome de la nouvelle série de comics Foundation nous avait laissé un arrière goût mitigé (cf : se reporter à notre précédente critique). Si l’aspect artistique, qui avait d’ailleurs fait la qualité des précédents comics, était de nouveau au rendez-vous, le manque d’attrait pour le personnage principal Maya Brooks, ainsi que la faible profondeur de la trame scénaristique nous avait quelque peu laissé sur notre faim. Nous attendions donc d’un œil avisé la sortie des tomes suivants qui devaient s’orienter sur des personnages plus connus de la saga. Dans ce septième opus paru il y a quelques jours chez l’éditeur Dark Horse Comics, c’est la dangereuse et impétueuse Jack, a.k.a. Sujet Zéro, qui est à la manœuvre : ce personnage bien connu aux yeux des fans et qui a été découvert dans Mass Effect 2, reste encore aujourd’hui l’un des plus appréciés. Les secrets autour de Jack sont légion (sans jeu de mots), et son passé obscur recèle toujours de questions sans réponses : les révélations seront-elles au rendez-vous, c’est ce que nous allons tenter de découvrir dans ce volume #7 de la série Foundation.

Notes : Cet article retrace la narration du septième tome de la série Foundation et contient donc quelques spoils : il est donc vivement déconseillé de lire la suite si vous comptez vous procurer ce tome dans les plus brefs délais et de ne se contenter alors que de la conclusion. Cliquez sur les liens pour faire apparaître davantage d’extraits concernant les passages cités. Cette critique vous est proposée par Spartan27.

mass-effect-foundation-7-jack-08Il n’aura pas fallut attendre beaucoup de pages avant de voir la première séquence d’action dans ce nouveau tome de Foundation : en effet, la scène d’introduction nous plonge dans ce qui semble être de premier abord un complexe scientifique, en tous points similaires à ceux aperçus dans les missions sur Noveria ou Pragia, à ceci près que les couleurs choisies, dans les tons orangés, nous laissent supposer qu’une alarme a été déclenchée. En proie à la panique vis-à-vis de ce qui semble se passer dans le complexe, l’administrateur du site tente de prévenir l’extérieur en lançant un message d’alerte. Alors que le contact semblait établit avec son interlocuteur, lui demandant expressément d’envoyer du monde sur place pour palier à la situation, une explosion brutale en provenance de la porte donnant sur la pièce le propulse à l’autre extrémité de cette dernière, anéantissant au même instant l’ordinateur et toute chance de reprendre contact.

La décharge biotique, au souffle et aux éclats bleutés, laisse alors apparaître la puissante adepte Jack, aussi connue sous le nom de Sujet Zéro, ancien acronyme qu’elle n’a pas omis de mentionner lorsque le scientifique a eu la malheureuse intention de lui demander de se présenter et de mentionner les raisons de son attaque sur le complexe. Les mots crus de la jeune femme, « I want my life back » – Je veux retrouver ma vie – seront les derniers qu’entendra le scientifique, violemment projeté contre le mur à la suite de cette confidence. C’est alors qu’apparaît, par le biais d’un hologramme comme à son habitude, l’Homme Trouble, que l’on peine d’ailleurs à reconnaître tant ses traits sont méconnaissables, à l’exception de cette cigarette qu’il porte en permanence à la main et qui permet dans cette scène de le distinguer visuellement. Les quelques mots de complaisance prononcés par l’homme sur le passé de la biotique ne la feront pas changer d’avis : elle veut réduire en cendres le centre afin de se venger de ce qu’elle a subi durant son adolescence. C’était cependant sans compter sur le puissant chef de l’organisation Cerberus, qui n’entend pas laisser la biotique anéantir l’une de ses installations en restant les bras croisés.

mass-effect-foundation-7-jack-06

A l’image d’un relais cosmodésique, nous effectuons un saut dans l’espace pour nous retrouver dans un poste avancé de l’organisation pro-humaine. Le design ne change pas de ce que l’on a pu découvrir dans les jeux, et se rapproche même beaucoup du centre scientifique dans lequel est ramené à la vie le Commandant Shepard au début de Mass Effect 2. Les deux protagonistes qui apparaissent dans cet environnement familier ne sont autres que Maya Brooks, dont son histoire débutée dans le tome #1 nous est contée tout au long de la série Foundation, et le redoutable assassin Kai Leng, aperçu dans le dernier jeu ainsi que dans le roman Rétorsion. Le style de Brown, beaucoup plus « crayonné » que son homologue Omar Francia, est clairement mis en valeur avec le dessin de ces deux personnages, très réussis. Kai Leng ayant été prévenu de l’attaque du centre, informe brièvement Maya avant d’embarquer à bord d’une navette UT-47 Kodiak. Cette dernière, qui vient de lire le rapport de mission, ne manque pas de lui rappeler que leur cible, qu’ils doivent capturer puis interroger, n’est autre que la puissante biotique Jack, et aux vues de ses capacités, la sous-estimer comme l’entend faire Kai Leng n’est probablement pas la meilleure des façons d’entamer cette mission.

Désormais débarqués dans le complexe, les deux Hommes de main de Cerberus, qui ont remarqué la présence des Soleils Bleus dans la base, se lancent à la recherche de leur cible pour qui les intentions vis-à-vis de l’attaque de la base s’éclaircissent : il semblerait que Jack soit elle aussi une enfant ayant servie de cobaye pour le compte de Cerberus par le passé. « Il faut donc trouver Jack avant les mercenaires » lance Kai Leng !
Au même moment, l’intéressée tombe justement sur l’un de ces cobayes et lui demande de la mener jusqu’à ses compagnons. Une fois regroupés, les sujets de tests avouent à la biotique les motifs de leur présence dans ce complexe, et il s’avère que ces derniers sont tous identiques : orphelins durant leur enfance, ils n’avaient d’autres choix que de rejoindre Cerberus pour pouvoir survivre. Et si leurs parents avaient tous été assassinés pour que Cerberus mette la main sur eux, leur expose Jack ! Ayant finit par les convaincre de partir, et sentant qu’elle peut avoir un rôle à jouer en les aidant à ne pas subir ce qu’elle a endurée, Jack mène le groupe à travers le complexe, en espérant trouver une sortie non conventionnelle.

mass-effect-foundation-7-jack-02C’est alors que le petit contingent, à l’approche d’un espace ouvert surplombé par une mezzanine, entraperçu les mercenaires des Soleils Bleus, eux aussi lancés à leur recherche. Tout en ordonnant à ses protégés de s’échapper, Jack libère à cet instant sa rage à l’aide de ses puissants pouvoirs biotiques, sur l’ennemi, les objets et meubles environnants. Les deux membres de Cerberus, Maya et Kai, arrivant sur la scène au même instant, décidèrent eux aussi de lancer l’assaut sur leur cible, qui venait tout juste d’en finir avec les mercenaires des Soleils Bleus présents dans la salle. Sans grande conviction apparente, le présomptueux agent Leng ordonna à Jack de se rendre, l’espace d’un instant tout du moins… En effet, Jack lança en réponse une puissante décharge biotique qui dévasta tout dans un rayon de dix mètres. Ce n’est que lorsque le nuage de poussière formé par le souffle de l’attaque se dissipa, que la jeune femme recouverte de tatouages aperçue alors l’agent Brooks, se relevant difficilement, sans toutefois noter la disparition de Kai Leng.

C’est alors que, surgit de nulle part tel un ninja, l’agent Leng se jette sur la puissante biotique pour tenter de lui assigner un coup fatal avec son épée. L’arrogance du jeune homme et sa trop grande estime de soi eurent raison de lui : Jack eu le temps de l’immobiliser en plein vol à l’aide de son pouvoir stase, et de le projeter ensuite sur les mercenaires des Soleils Bleus se remettant à peine de l’attaque subie quelques secondes plus tôt. Surprise par le nombre croissant d’ennemis approchant, le Sujet Zéro comme elle était autrefois appelée, libére une nouvelle fois toute sa puissance en créant un puissant champ de pesanteur autour d’elle, avec pour dénouement une mort certaine pour ses ennemis si cela venait à durer trop longtemps. Catalysée par le désir de se venger, la jeune femme n’aperçut pas l’un des mercenaires des Soleils Bleus, non embrigadé dans le champ biotique, s’approcher dans son dos. Le Krogan, à l’armure ciel et blanche, lui assigna alors un puissant coup de crosse à la nuque qui assomma la jeune femme, laissant retomber par la même occasion toute les cibles tournoyantes précédemment piégées et au bord de l’agonie.

Désormais mise hors d’état de nuire, le mercenaire, Jack à l’épaule, annonce la couleur aux deux hommes de main de Cerberus, tout juste remis de la puissante attaque, que s’ils voulaient désormais avoir accès à la prisonnière, ce ne serait qu’en contrepartie d’un gros paiement de leur employeur. C’est en voyant la cible s’éloigner dans les mains d’un autre que les deux agents réalisèrent la perte de temps engendrée, et le probable désarroi de l’Homme Trouble lorsqu’il sera amené à l’apprendre. Une chose est sûre cependant : Jack n’est clairement pas une biotique comme les autres, et aux vues de ses capacités, il y a de grandes chances pour que l’homme à la tête de Cerberus fasse désormais tout son possible pour la récupérer.

mass-effect-foundation-7-jack-00

Par Spartan27, pour MassEffectUniverse.fr

NB : pour acheter au format digital (anglais uniquement) le tome #7, rendez-vous sur la boutique Dark Horse Comics Digital. Pour le moment, aucune date de sortie française n’est annoncée.

La sortie du premier tome de la nouvelle série de comics Foundation nous avait laissé un arrière goût mitigé (cf : se reporter à notre précédente critique). Si l’aspect artistique, qui avait d’ailleurs fait la qualité des précédents comics, était de nouveau au rendez-vous, le manque d’attrait pour le personnage principal Maya Brooks, ainsi que la faible profondeur de la trame scénaristique nous avait quelque peu laissé sur notre faim. Nous attendions donc d’un œil avisé la sortie des tomes suivants qui devaient s’orienter sur des personnages plus connus de la saga. Dans ce septième opus paru il y a quelques jours chez l’éditeur Dark Horse Comics, c’est la dangereuse et impétueuse Jack, a.k.a. Sujet Zéro, qui est à la manœuvre : ce personnage bien connu aux yeux des fans et qui a été découvert dans Mass Effect 2, reste encore aujourd’hui l’un des plus appréciés. Les secrets autour de Jack sont légion (sans jeu de mots), et son passé obscur recèle toujours de questions sans réponses : les révélations seront-elles au rendez-vous, c’est ce que nous allons tenter de découvrir dans ce volume #7 de la série Foundation. Notes : Cet article retrace la narration du septième tome de la série Foundation et contient donc quelques spoils : il est donc vivement déconseillé de lire la suite si vous comptez vous procurer ce tome dans les plus brefs délais et de ne se contenter alors que de la conclusion. Cliquez sur les liens pour faire apparaître davantage d'extraits concernant les passages cités. Cette critique vous est proposée par Spartan27. Il n’aura pas fallut attendre beaucoup de pages avant de voir la première séquence d’action dans ce nouveau tome de Foundation : en effet, la scène d’introduction nous plonge dans ce qui semble être de premier abord un complexe scientifique, en tous points similaires à ceux aperçus dans les missions sur Noveria ou Pragia, à ceci près que les couleurs choisies, dans les tons orangés, nous laissent supposer qu’une alarme a été déclenchée. En proie à la panique vis-à-vis de ce qui semble se passer dans le complexe, l’administrateur du site tente de prévenir l’extérieur en lançant un message d’alerte. Alors que le contact semblait établit avec son interlocuteur, lui demandant expressément d’envoyer du monde sur place pour palier à la situation, une explosion brutale en provenance de la porte donnant sur la pièce le propulse à l’autre extrémité de cette dernière, anéantissant au même instant l’ordinateur et toute chance de reprendre contact. La décharge biotique, au souffle et aux éclats bleutés, laisse alors apparaître la puissante adepte Jack, aussi connue sous le nom de Sujet Zéro, ancien acronyme qu’elle n’a pas omis de mentionner lorsque le scientifique a eu la malheureuse intention de lui demander de se présenter et de mentionner les raisons de son attaque sur le complexe. Les mots crus de la jeune femme, « I want my life back » - Je veux retrouver ma vie - seront les derniers qu’entendra le scientifique, violemment projeté contre le mur à la suite de cette confidence.…

6.8

/10

Conclusion

Avec ce tome #7, nous avons déjà atteint la moitié des volumes consacrés à la série Foundation qui s’échelonne elle sur plus d’un an. Le bilan qui peut être fait de ce nouveau comics consacré à Jack est encore une fois mitigé. En effet, c’est une tirade qui revient encore et encore, mais le format court ne permet pas de développer suffisamment la trame scénaristique de manière à créer des rebondissements et ainsi attiser la curiosité du lecteur à chaque changement de page.

De plus, l’environnement dans lequel évolue l’histoire ne change quasiment pas au court de celle-ci, à savoir un complexe de recherches scientifiques aux tons rougeâtres, ce qui peut être amené à lasser avec le temps. Bien évidemment, tout n’est pas mauvais, et preuve en est avec ce changement d’artiste – Garry Brown ayant d’ailleurs déjà travaillé dans Homeworlds - qui nous aura particulièrement séduit (excepté un raté). A cela s’ajoute le personnage à qui est consacré ce tome, à savoir Jack, qui nous a paru bien plus intéressant que celui entrevu dans notre précédente critique. Les événements évoqués dans l’histoire tendent même à créer une liaison avec le deuxième jeu de la trilogie, ce qui est forcément bénéfique pour le background de la saga Mass Effect.

Si tout n’est pas parfait dans ce septième volume, l’intérêt plus important qui peut lui être porté, grâce notamment à un personnage plus attrayant et à une direction artistique renouvelée, est suffisant pour continuer à suivre avec curiosité les aventures proposées dans les comics Foundation. En espérant que Thane, Mordin ou encore Kasumi, qui sont les prochains sur la liste, sauront encore faire progresser la qualité perçue en apportant toujours plus de révélations !

 
 On a aimé :
  • Le choix de Jack comme personnage principal, plus judicieux et plus intéressant !
  • La patte graphique de Garry Brown, différente de Francia mais tout aussi esthétique …
  • Un prélude à Mass Effect 2 : comprendre comment Jack est arrivée en prison.
 On a moins aimé :
  • … sauf pour l’Homme Trouble visuellement méconnaissable, un détail mais non des moindres !
  • Les environnements peu inspirés, quasiment tous dans les mêmes tons « rouge-orange »
  • La linéarité de l’histoire, et encore une trop fois courte…

Scénario
Dessin
Couleurs
Intérêt pour le Fan
7
Contributeur MEU

Sur MEU, les membres peuvent apporter leur contribution à la rédaction de dossiers thématiques, sur des sujets liés à Mass Effect et parfois à la science-fiction.

Commentaires

Au vue des quelques images montrées j'ai du mal avec le style "crayonné" de Brown qui me semble moins agréable à l’œil après cela est un avis perso d'autres apprécieront sans doute.
Au vue des quelques images montrées j'ai du mal avec le style "crayonné" de Brown qui me semble moins agréable à l’œil après cela est un avis perso d'autres apprécieront sans doute.

Je comprends tout à fait. J'ai souligné ce point car j'ai personnellement lu les tomes intermédiaires (#2 à #6) et certains ont été illustrés par Tony Parker, l'un des autres artistes sur la série, et je dois dire qu'en règle générale, son style m'a beaucoup moins séduit. C'est ce pourquoi j'ai souligné ici l'aspect artistique propre à l'auteur, mais c'est évidemment une histoire de goûts. :)
Je n'ai pas lu ni même vu les comics fait pas Parker je n'ai pour seule comparaison que ceux sorties en France et fait par Omar quelque chose (dsl j'ai pas le nom en tête)
Je n'ai pas lu ni même vu les comics fait pas Parker je n'ai pour seule comparaison que ceux sorties en France et fait par Omar quelque chose (dsl j'ai pas le nom en tête)

Omar Francia oui (il a travaillé sur Rédemption, Evolution, Invasion).  :)
Foundation fonctionne un peu comme Homeworld, c'est à dire qu'à chaque tome (Homeworld n'en compte que 4), un nouvel artiste s'illustre : le premier tome de Foundation était entre les mains de Omar Francia, Tony Parker a pris les 3 suivants, Matthew Clark a réalisé les deux sur Jacob & Miranda et enfin, Brown était à la manœuvre sur celui ci.
La qualité change donc en fonction du style de chaque artiste et de son "talent" de dessinateur ; la perception personnelle que l'on peut avoir vis à vis de ces critères varie d'un lecteur à un autre (subjectif), d'où la nécessité d'argumenter. :)
Tout a fait d'accord, merci pour les précisions concernant les changements d'artistes.

Poster un commentaire