iconeChoisir un fond d'écran

Vaisseaux et véhicules de Mass Effect Andromeda

HUMAIN : ARCHE HYPÉRION

L’arche Hypérion est le vaisseau de transport principal des colons humains à destination d’Andromède. Portant le nom d’un personnage de la mythologie grecque associé à la connaissance des corps célestes, l’Hypérion représente une avancée majeure dans les voyages intergalactiques. Une somme d’argent et des ressources considérables ont été consacrées à sa construction,
entièrement financée de manière privée par Jien Garson et l’Initiative Andromède.

Construit pour supporter les conditions rigoureuses d’un voyage de près de 2,5 millions d’années-lumière, l’Hypérion est équipé de la technologie de propulseur SY-PRO qui lui permet de faire un voyage de six cents ans à vitesse supraluminique. Il contient suffisamment de modules de stase pour accueillir environ 20 000 colons et membres d’équipage.
L’arche Hypérion a quitté la Voie lactée en 2185 lors de la vague initiale de départs, sous le commandement du capitaine Nozomi Dunn. Durant les aventures de Mass Effect Andromeda, l’arche Hypérion s’est écrasée sur Méridiane lors du combat contre l’Archonte. Après sa mise hors service, les structures internes du vaisseau sont en cours d’adaptation pour un futur déploiement industriel et résidentiel, renommé « Port-Méridiane ».

LE TEMPÊTE

Le Tempête est un vaisseau d’observation conçu pour l’exploration à distance et à long terme, sous le commandement d’un Pionnier. Grâce à sa légèreté et son design efficace, il ne nécessite qu’un équipage réduit et des ressources minimales. Construit par l’Initiative Andromède, le Tempête est doté de plusieurs technologies brevetées, y compris un système furtif PTI mis au point à l’origine par l’AIIiance interstellaire. Plusieurs de ces systèmes ont été autorisés à condition que le Tempête soit uniquement utilisé dans la galaxie d’Andromède.

Le moteur du Tempête est une variante des moteurs SY-PRO des arches qui leur permet d’opérer à long terme en capturant un pourcentage de l’accumulation d’électricité statique dans ses condensateurs. La charge électrique ainsi recyclée alimente plusieurs systèmes à bord. En tant que vaisseau de Pionnier durant Mass Effect Andromeda, le Tempête comporte des zones de recherche et développement, des laboratoires et une salle de réunion bien aménagée pour recevoir des dignitaires, en cas de premiers contacts potentiels.

NOMADE NDI

En cherchant une astromobile d’exploration, l’Initiative Andromède acheta un modèle prometteur mais rejeté par l’armée de l’Alliance interstellaire. Son problème apparut rapidement sur des terrains accidentés : sans la protection d’un blindage lourd, le châssis avait tendance à se tordre. L’Initiative avait déjà mis au point des alliages à mémoire de forme à la fois légers et solides qui résolurent ce problème.

Le Nomade NDI qui en découle a troqué un armement lourd contre une agilité supérieure. L’astromobile est dotée d’un noyau d’élément zéro tripartite qui permet un contrôle précis de l’accélération, ainsi que de micropropulseurs plus modestes à hélium-3. Grâce à son poids plus léger, il est doté d’une transmission à six ou quatre roues motrices et d’un système à quatre roues directrices pour les surfaces dangereuses. Conformément à la philosophie d’adaptation de l’Initiative, le Nomade peut être modifié avec un camouflage approprié ou les couleurs de l’Initiative. En cas de besoin pendant les explorations à long terme, l’astromobile contient un abri d’urgence. Elle peut produire de l’eau potable à partir de ses piles à combustible H2/02, mais les scientifiques recommandent d’y ajouter d’abord un parfum de synthèse.

GALARIEN : ARCHE PARCÉRO

L’arche Parcéro est le vaisseau désigné par l’Initiative Andromède pour transporter les colons galariens vers la nouvelle galaxie. Reflétant les plans de son équivalent humain, l’arche Hypérion, le Parcéro peut accueillir 20 000 passagers et membres d’équipage en stase cryogénique. Le développement du Parcéro a été ralenti par des retards au début des travaux, ainsi que des désaccords entre son équipage et l’équipe de conception de l’Initiative.

La tendance galarienne à repousser constamment les limites de la technologie se heurtait souvent à la réalité des contraintes budgétaires et temporelles. On calcula que si chaque « amélioration vitale et nécessaire » suggérée par l’équipe galarienne était incorporée aux plans du Parcéro, celui-ci décollerait au plus tôt en 2204. Après de nombreux débats et négociations, un compromis fut atteint et l’arche Parcéro quitta la Voie lactée en 2185 avec la première vague de colons, sous le commandement du capitaine Cumont Hayjer. Suite à une audacieuse mission d’infiltration organisée par le Pionnier Ryder et son équipe, l’arche a été sauvée des mains des Kert et a pu rejoindre le Nexus durant les aventures de Mass Effect Andromeda.

ASARI : ARCHE LEUSINIA

Construite en orbite autour de Piarès dans le système asari de Parnitha, l’arche Leusinia tire son nom d’un royaume de la mythologie asari connu pour sa richesse et son savoir. Commandée par le capitaine Elonis Atandra, elle a été conçue selon les mêmes spécifications que l’Hypérion, avec quelques modifications internes apportées pour satisfaire les préférences sociales des Asari.
L’Initiative Andromède fut d’abord refoulée, et la construction du Leusinia rejetée, par de nombreuses investisseuses asari qui n’y voyaient que du cabotinage humain.

Les efforts mobilisés attirèrent toutefois l’attention de plusieurs matriarches qui avaient déjà tenté d’envoyer des expéditions dans Andromède et qui réussirent, grâce à des discours passionnés via Extranet, à retourner l’opinion. Lors de sa cérémonie de départ, l’arche Leusinia fut officiellement bénie par l’Atamna Politeia, une organisation de hautes prêtresses siaristes des Républiques asari.

L’arche Leusinia rejoignit le point de rendez-vous de l’Initiative en 2184, puis quitta la Voie lactée avec la première vague de départ en 2185. Après avoir atteint Andromède et rencontré les Kert, l’arche Leusinia subit les attaques d’un groupe de chasseurs kert spécialisés appelé « la Décimation ». Malgré le vol de données de navigation kert qui permirent à l’arche de s’enfuir à travers le Fléau et d’évacuer un maximum de civiles, les assauts incessants la forcèrent à se cacher en attendant les secours. Durant les aventures de Mass Effect Andromeda, le Leusinia a rejoint le Nexus, où elle a pu décharger les derniers colons encore en stase avant de subir d’importantes réparations.

TURIEN : ARCHE NATONOS

L’arche Natonos fut construite en orbite autour d’Aventen, une planète minière autrefois lucrative située dans le système turien de Trébia. L’arche tire son nom de l’astronaute légendaire Palex Natonos, qui serait le premier Turien à avoir traversé un relais cosmodésique. Les spécifications du Natonos sont les mêmes que celles des arches humaines et asari, avec de légères modifications apportées pour s’adapter à l’organisme composé de dextro-aminoacides de ses passagers. Son capitaine est la célèbre Dea Praeton de la sixième flotte turienne.

Comme c’est le cas pour la plupart des entreprises économiques, les investisseurs turiens eurent vent de l’Initiative Andromède par leur espèce cliente, les Volus. La Hiérarchie turienne fut volontairement mise à l’écart afin que l’Initiative reste un projet civil privé. L’arche Natonos rejoignit le point de rendez-vous de l’Initiative en 2184, puis quitta la Voie lactée avec la première vague de départ en 2185.

À son arrivée dans Héléus, l’arche Natonos entra en contact avec le Fléau et subit d’importants dégâts structurels. Un équipage réduit fut réveillé afin de maîtriser la situation, mais ses membres se virent contraints d’abandonner le vaisseau ou périrent au combat. Parmi les victimes figure le Pionnier turien, Macen Barro, qui trouva la mort alors qu’il tentait de transférer son SAM à l’officier de sécurité et ancien Spectre Avitus Rix.

À cause de cette interruption, les directives du SAM turien se trouvèrent corrompues, et l’IA concentra toutes les ressources de l’arche sur la recherche d’H-047c, la terre d’accueil promise aux Turiens dans Andromède. À cause de ses déplacements à travers le Fléau, le Natonos est trop endommagé durant Mass Effect Andromeda pour pouvoir rejoindre le Nexus. Des secours ont toutefois été envoyés dans l’espoir de secourir les 15 000 Turiens en stase à bord.

RELIQUATS : VAISSEAUX SPATIAUX

Sans la nécessité de prendre un équipage en considération, les Reliquats peuvent déployer des vaisseaux avec une capacité de transport théoriquement gigantesque. Leur fonction est probablement liée au rôle des Reliquats dans la maintenance planétaire ou la terraformation. L’état de veille général des caveaux explique peut-être pourquoi les plus grands vaisseaux sont si rares : leur entretien n’était plus nécessaire. Les capacités complètes de ces appareils demeurent inconnues.

On a observé que les plus petits surpassent ceux de l’Initiative et des Kert en termes de vitesse et de performances de vol, n’étant pas limités par les réflexes d’un pilote biologique ou la nécessité d’éviter des manœuvres qui pourraient mettre en danger un équipage vivant.
Les plus grands sont probablement sujets aux mêmes contraintes que les vaisseaux de ligne ou les arches : ils n’ont peut-être pas d’équipage à préserver, mais ils doivent prendre leur cargaison en compte.

D’après les observations, le Fléau est attiré par les Reliquats de manière agressive et endommage considérablement leurs vaisseaux. Bien que l’arche Hypérion ait survécu à un impact direct et qu’elle ait réussi à s’extraire du Fléau, la plupart des vaisseaux reliquats touchés par ce phénomène ont été trouvés à l’état d’épaves après avoir subi d’importants dégâts.

KERT : LE VERAKAN

Le vaisseau-amiral kert, le Verakan, est un bâtiment de guerre lourdement armé qui sert de poste de commandement central à l’Archonte pour l’incursion kert dans le secteur Héléus. Ses lourds canons principaux et ses barrières cinétiques exceptionnellement solides suggèrent que toute attaque frontale du Verakan sans un cuirassé aussi puissant serait du suicide. Le vaisseau semble servir de centre de recherche pour l’étude des nouvelles espèces de la Voie lactée capturées.

Des prisonniers krogans et galariens ont été trouvés à bord, ce qui montre l’intérêt de l’Archonte pour l’exaltation de nouvelles espèces et l’acquisition de leurs caractéristiques génétiques. Le Verakan abrite également un grand nombre des plus importants artefacts reliquats que possèdent les Kert. Ils sont apparemment réunis et présentés à l’Archonte pour qu’il les étudie à loisir. Cette fascination saute aux yeux dans ses quartiers privés, où est exposée une collection spéciale de technologie et d’artefacts reliquats.

 

 

KERT : VAISSEAUX SPATIAUX

Les Kert utilisent différents vaisseaux militaires, des transporteurs agiles aux énormes cuirassés. Une inspection plus minutieuse des vaisseaux kert, dont plusieurs appareils détruits par le Fléau, a montré qu’ils semblent être hautement biomimétiques : sans être organiques, les modèles kert s’inspirent fortement des organismes vivants. La filtration de l’air, les systèmes électriques et la gestion de la chaleur imitent des comportements observés chez les créatures vivantes.

Les quelques réacteurs kert que nous avons pu étudier montrent que malgré la présence de noyaux d’élément zéro, leur conception est radicalement différente. Dans des environnements relativement restreints tels que le secteur Héléus, les propulseurs kert fonctionnent de la même manière que ceux de la Voie lactée ; en revanche, ils sont également capables de contracter gravitationnellement l’espace devant le vaisseau et de le raccourcir derrière, ce qui crée une onde d’Alcubierre permettant au vaisseau de franchir rapidement de longues distances.

Cette caractéristique compense l’absence de relais cosmodésiques à longue portée dans Andromède, bien que ces propulseurs soient très inefficaces en comparaison. Cependant, il est évident que nous n’avons vu qu’un petit échantillon des vaisseaux spatiaux kert, probablement des appareils déployés pour des missions à long terme. Il est possible que d’autres vaisseaux plus avancés scientifiquement existent quelque part.