iconeChoisir un fond d'écran

HS : Le Loup de Wall Street, l’univers des traders vu par Scorcese

21/10/2020
0 commentaires

Retour sur ce film culte des années 2010 pour ce hors-sujet sans lien avec Mass Effect. Ce n’est pas subtil, mais la description par Martin Scorsese des hauts et des bas de la débauche d’un courtier de Wall Street capricieux est une émeute de mauvais goût.

Si vous pouvez imaginer le gravelage de la voix de Ray Liotta dans Goodfellas disant « Aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours voulu être agent de change », vous aurez une idée du nouveau film de Martin Scorsese, Le Loup de Wall Street. Il s’agit d’une épopée rauque, follement énergisée, bien que parfois un peu superficielle, sur un sujet familier, menée dans le style classique de la voix off nostalgique avec des claquements de juke-box en sucre sur la bande-son. Je l’ai regardé deux fois de suite et, bien qu’il frôle le cliché, l’attaque soutenue de mauvais goût est spectaculaire. Ce film sprinte frénétiquement, en particulier en direction de nulle part, comme notre épouvantable héros après sa première dose extatique de crack. Il est basé sur les mémoires du courtier véreux Jordan Belfort qui, dans les années 80 et 90, a profité de quantités illimitées de voitures de sport, de drogues et de prostituées, payées par des millions de dupes et de drogués qui achetaient ses actions frauduleusement gonflées. Enfin, comme Henry Hill avant lui, Belfort doit avaler à pleines dents et affronter la possibilité de trahir ses partenaires pour minimiser l’inévitable peine de prison.

Leonardo DiCaprio – crédité comme producteur, aux côtés de Scorsese – joue le rôle de Belfort, un trader de Wall Street des années 90, bien avant le trading en ligne que nous connaissons aujourd’hui, et son personnage arrive à la fin de ce long métrage sans avoir rien appris, rien concédé et même physiquement changé de façon évidente. Le large sourire du vendeur vulpin est toujours plus ou moins en place. La comparaison avec Hill est en fait inexacte : ce que Jordan veut être précisément, c’est être riche, et c’est en changeant les actions à Wall Street qu’on y parvient. Alors que Hill se délectait des détails et des détails de la gangstérité, et que Sam Rothstein donnait une idée de ce qu’était le monde du jeu dans Scorsese’s Casino (1995), Belfort s’arrête souvent au milieu de l’explication d’une escroquerie financière, et dit que nous ne voulons pas entendre parler d’un sujet aussi technique et ennuyeux que celui-ci – ce que nous voulons, c’est sûrement des filles nues et des moments de folie, et c’est ce que nous obtenons.

C’est divertissant et scandaleux, et il y a un effet comique de « shaggy-dog » à voir la même débauche cauchemardesque encore et encore, bien que je ne pense pas que les histoires de guerre des cokeuses constituent exactement cette critique du capitalisme que certains experts ont revendiquée pour ce film. Peut-être que ce que Belfort a à nous dire sur la décadence de Wall Street n’est pas évident et n’a pas déjà été dit par Gordon Gekko d’Oliver Stone ou même par Sherman McCoy de Tom Wolfe. Mais ce qui donne au film son pétillement comique noir malsain, et une certaine originalité, c’est que Belfort n’affiche jamais de remords ; il n’y a pas de come-back narratif, pas de réprimande de la part de quiconque dont il reconnaît l’autorité morale. L’odeur sulfureuse est évoquée par son impénitence même. Et si nous soupçonnons qu’en 2014, le monde de la finance est d’accord avec l’ancien PDG de Barclays, Bob Diamond, pour dire que sa « période de remords doit être terminée » – eh bien, peut-être que Belfort est le courtier de notre époque. Et il n’a jamais vu la nécessité d’une quelconque période de remords au départ.

Belfort commence à s’enrichir en vendant des actions non réglementées au téléphone dans un « chop shop » : une bande de gars qui appellent le public depuis des lignes fixes installées dans un garage aménagé, comme dans le film Boiler Room de Ben Younger en 2000.

Belfort engage impulsivement son voisin Donnie Azoff, joué par Jonah Hill, un intello en surpoids avec une étrange plaque dentaire cosmétique et Donnie devient son ailier bêta-mâle dans la conquête sans fin de l’argent et des prostituées. Belfort transforme son entreprise en une société à paillettes et organise des fêtes colossales avec des danseuses comme un Charles Foster Kane à bas prix. Mais lorsque la Securities and Exchange Commission et le FBI commencent à s’intéresser à lui, il doit cacher l’argent par l’intermédiaire de contacts suisses et britanniques, ce qui lui permet d’introduire Jean Dujardin, le banquier corrompu Jean Jacques Saurel, et Joanna Lumley, la « tante Emma » de Belfort, avec laquelle il entretient une relation romantique merveilleusement surréaliste. Bien qu’il ne soit pas un comédien naturel, DiCaprio vit un grand moment comique lorsqu’un infopublicité ringard qu’il tourne est horriblement interrompu par les forces de l’ordre.

La meilleure scène est celle où l’agent du FBI, Patrick Denham, joué par Kyle Chandler, demande un rendez-vous avec Belfort à bord de son yacht. Ils se livrent à des plaisanteries exploratoires fascinantes, avec des blagues très codées sur la honte que représente le fait que l’agent Denham gagne si peu d’argent. Que se passe-t-il ici ? C’est un grand moment : DiCaprio relève son niveau de jeu et tout le film atteint un nouveau niveau de tension et de complexité.

Le Loup de Wall Street n’a pas tout à fait la subtilité et la richesse du meilleur travail de Scorsese, mais quel film incroyablement exaltant : un hurlement assourdissant et soutenu de dépravation.

Sur MEU, les membres peuvent apporter leur contribution à la rédaction de dossiers thématiques, sur des sujets liés à Mass Effect et parfois à la science-fiction.