iconeChoisir un fond d'écran

Planètes et lieux de Mass Effect Andromeda

Les informations liées à ces planètes et lieux révèlent certains éléments clés de l’histoire (SPOIL).

La galaxie d’Andromède

Située à 2,5 millions d’années-lumière de la Voie lactée, la galaxie d’Andromède est la plus grande galaxie du Groupe local. Également identifiée sous le numéro M31, Andromède est une galaxie spirale d’environ 220 000 années-lumière de diamètre qui contient environ 1 000 milliards d’étoiles (à titre de comparaison, la Voie lactée en contient 300 milliards). Le secteur Héléus est un grand amas d’étoiles situé en bordure de la galaxie.

Andromède compte environ 14 galaxies satellites qui gravitent autour du disque galactique. D’après les observations, des perturbations ont été provoquées lorsque l’une de ces galaxies, M32, a traversé les bras de la spirale d’Andromède il y a plusieurs millions d’années.

Andromède se rapproche de la Voie lactée à vitesse croissante, actuellement à environ 100 km/s. Dans environ 4 milliards d’années, les deux galaxies entreront en collision et fusionneront pour former un nouveau disque galactique.

Le fléau

FléauLe Fléau est le nom familier donné à un phénomène interstellaire gigantesque et extrêmement dangereux observé dans la majeure partie du secteur Héléus. Ce nuage qui s’étend sous forme de « volutes » affecte les planètes et l’espace environnant, et détruit les vaisseaux spatiaux qui tentent de s’en approcher ou de le traverser. D’après les observations et les données du Nexus, les « volutes » du Fléau sont composées de poussière et de débris radioactifs riches en élément zéro. À l’intérieur, des milliers de distorsions spatiotemporelles microscopiques et instables se produisent en permanence.

Ces distorsions imprévisibles augmentent la charge de l’ézo, provoquant des effets gravitationnels non contrôlés qui modifient la pesanteur et peuvent anéantir un vaisseau spatial sans prévenir. La présence du Fléau affecte également les planètes proches, qui sont bombardées de retombées radioactives et de débris. Il peut même altérer l’orbite des planètes qui s’en approchent ou le traversent.

Le Fléau est particulièrement attiré par les structures reliquates. Cette attraction, dont nous ignorons encore la cause, se manifeste par l’apparition de nouvelles volutes de poussière et de particules radioactives qui adhèrent à la surface de la technologie reliquate et perturbent son activité. Soit cette matière a été abandonnée lorsque la planète en question a traversé le Fléau, soit des interactions encore plus lointaines avec la technologie reliquate peuvent permettre au Fléau de se condenser spontanément. Quoi qu’il en soit, même cette manifestation mineure du Fléau demande une prudence particulière à rapproche de sites reliquats.

Aucune des données recueillies avant le départ vers le secteur Héléus ne laissait supposer la présence du Fléau. Les scientifiques du Nexus suggèrent qu’il est apparu au cours des six siècles pendant lesquels les arches ont voyagé jusqu’à Andromède. Nous savons maintenant que le Fléau a été formé par les retombées d’une arme utilisée à Khi Tasira. Le docteur Aridana pense que cette arme a provoqué une distorsion instantanée de l’espace-temps dans l’ensemble d’Héléus, reliant brièvement plusieurs points du secteur d’un coup.

Ses représentations suggèrent que l’effet de distorsion a détruit plusieurs planètes, ce qui a formé les débris présents dans les volutes du Fléau, tandis que les radiations qui en ont résulté ont converti la majeure partie de ces débris en élément zéro. Comme nous l’avons vu, la distorsion spatiotemporelle se poursuit au sein du Fléau à une échelle miniature.


Habitat 7

habitat-7

La planète connue sous le nom d’Habitat 7 était l’un des « mondes en or » sélectionnés par l’Initiative Andromède pour ses efforts de colonisation initiaux. Les observations indiquaient une région tropicale luxuriante et biologiquement variée, adaptée à rétablissement d’un avant-poste.

Sans communications du Nexus ni des autres arches à son arrivée dans le secteur Héléus, l’Hypérion s’approcha de l’Habitat 7 pour commencer les études et les opérations de colonisation le plus tôt possible, mais de simples évaluations visuelles démontrèrent que la planète n’était plus viable.

L’Habitat 7 est maintenant ravagé par des orages et possède une atmosphère d’argon et d’azote irrespirable. L’activité magnétique intense d’éléments métalliques inconnus interagit avec les orages, créant des phénomènes électriques aussi intéressants que dévastateurs.

Pendant ses explorations, l’équipe du Pionnier rencontra des formes de vie aliens hostiles et une étrange technologie à la surface de la planète. La réactivation de cette technologie provoqua un changement remarquable des conditions de l’Habitat 7. Cependant, la planète demeure inadaptée à la colonisation, et l’activation finit par coûter la vie d’Alec Ryder, le Pionnier humain.


Éos

eosÉos, désignée sous le nom d’Habitat 1, était le premier « monde en or » sélectionné pour l’établissement d’un avant-poste. Nommée personnellement par Jien Garson d’après la déesse grecque de l’aurore, Éos incarnait l’espoir d’un nouveau départ pour l’Initiative Andromède.

En arrivant, le Nexus découvrit que la planète, censée être aride tout en restant habitable, avait été dévastée par les retombées radioactives du Fléau. Son atmosphère est ravagée par des tempêtes qui ont propagé les radiations sur tous ses continents, avec des rafales à 130 km/h qui détruisent le matériel et endommagent les navettes.

Les rapports du Nexus incluent un compte rendu aseptisé de deux tentatives de colonisation de la planète qui se sont soldées par un échec, avec des pertes inacceptables. Les Kert sont également présents en nombre sur Éos, apparemment pour étudier des signaux mystérieux à la surface. La planète est désormais inaccessible au personnel non autorisé du Nexus, car ses dirigeants estiment qu’elle n’est plus viable.

L’activation du caveau découvert sous la surface d’Éos a eu un effet spectaculaire et immédiat. Les particules radioactives sont purgées de l’atmosphère par un processus indéterminé, et les changements rapides de température qui en résultent calment les bourrasques d’Éos. Les niveaux d’humidité de la planète montrent déjà des signes d’amélioration.

Prodromos, le premier avant-poste établi par un Pionnier, a été fondé dans le Bassin de Clairvent et est dirigé par le maire August Bradley. Le Nexus diffuse des images de colons en partance et des nouvelles conditions de la planète sur tous les canaux de communication.


Havarl

havarl

Comme l’explique Jaal, Havarl est considérée comme la planète ancestrale des Angara. Les ruines des villes angara attirent les chercheurs, les pilleurs et les Angara eux-mêmes, qui défient les Kert pour faire leur pèlerinage. L’histoire de la planète en fait un lieu chargé de symboles pour les impitoyables xénophobes des Roekaar.
Les études à distance de l’Initiative Andromède indiquaient qu’Havarl était un monde-éden couvert de jungles luxuriantes et d’eau liquide en abondance. La planète était considérée comme un « monde en or » et reçut la désignation d’Habitat 3.

Aujourd’hui, nos observations indiquent qu’Havarl est méconnaissable. Les jungles dominent désormais sa surface et présentent des cycles de croissance étranges. Les échantillons montrent des mutations grotesques et des changements hormonaux dans la flore qui la rendent non seulement incroyablement résistante, mais aussi dangereuse à consommer. Ces facteurs suggèrent un changement à grande échelle dans l’écologie d’HavarI qui nécessite de plus amples études.

Grâce à la stabilisation et à l’activation du caveau reliquat, les scientifiques angara et ceux du Nexus ont signalé une amélioration notable de la flore d’HavarI. Les espèces mutantes les plus agressives meurent, pour laisser la place à des variétés qui enrichissent le sol et pollinisent l’air. Dans un laps de temps relativement court, Havarl montre les signes d’un monde-éden accueillant. En attendant, les scientifiques de l’Initiative ont joint leurs efforts à ceux des Angara pour poursuivre l’étude de la planète.

Extrait vidéo : rencontre de la mère de Jaal sur Havarl.


Aya

Aya est une anomalie du secteur Héléus : une planète luxuriante sur laquelle un site reliquat semble actif. C’est un sanctuaire pour les Angara, la seule espèce douée de conscience connue du secteur, qui est farouchement gardé contre les étrangers. Ils sont aidés en cela par la position d’Aya autour du trou noir d’Héléus, dont les tourbillons gravitationnels la rendent difficilement trouvable. Le Fléau, quant à lui, rend son approche extrêmement dangereuse pour les pilotes novices. Des scans indiquent que de nombreuses épaves kert se sont perdues dans le Fléau près d’Aya et ont été dépouillées par des récupérateurs angara.

Aya est également le quartier général d’un mouvement de résistance angara contre les Kert, dont les chefs conseillent le gouverneur planétaire Paaran Shal. M. Tann a ordonné qu’Aya soit considérée non seulement comme un territoire souverain, mais également comme une puissance militaire. Bien que le Tempête et son équipage soient autorisés à rendre des visites pacifiques, le Nexus recommande de faire extrêmement attention aux autres visiteurs potentiels et ordonne la distribution de consignes de « premier contact ».

Avec l’amélioration des relations entre l’Initiative et les Angara, le rapprochement diplomatique se poursuit durant Mass Effect Andromeda. L’Initiative s’apprête à ouvrir une ambassade sur Aya avec l’aval de Paaran Shai, et a proposé à des diplomates et scientifiques angara de visiter le Nexus. Notre centre culturel a mis en place plusieurs programmes coopératifs visant à encourager une meilleure compréhension entre les diverses espèces de la Voie Lactée et les Angara.

Extrait vidéo : rencontre des Angara sur Aya.


H-047C

H-047C

Cette petite planète présentait un intérêt particulier pour le contingent turien de l’Initiative Andromède. Les études à distance suggéraient qu’il s’agissait d’un « monde en or » parfaitement adapté aux espèces dextrogyres comme les Turiens, ce qui lui valut la désignation d’Habitat 5. L’arche turienne Natonos fit route vers H-047c pour s’assurer d’avoir un site de colonisation viable à son arrivée.

Les études astronomiques indiquent que, dans les siècles intermédiaires, H-047c fut pulvérisée par des débris du Fléau en éruption. L’énergie noire du phénomène augmenta la masse de ces débris au point que l’impact dévasta la planète, la rendant inhabitable.

En raison de l’affaiblissement radical de son champ magnétique et de la perte de la majeure partie de son atmosphère, ce qui reste de la surface de H-047c est vulnérable aux radiations cosmiques. Son sol est donc devenu stérile, mais elle reste une source potentielle du précieux hélium-3.


Trou noir – H-012 « CÉTO »

Au centre du secteur Héléus se trouve un trou noir, une énorme étoile dont l’effondrement a formé une zone spatiotemporelle aux effets gravitationnels si puissants que même la lumière ne peut pas s’en échapper. On pense qu’il s’agit d’un trou noir de Kerr d’une taille équivalant à 12 masses stellaires qui semble avoir absorbé de la masse supplémentaire dans les systèmes à proximité. D’après nos scientifiques, le rayonnement produit par la formation du trou noir pourrait expliquer l’abondance d’élément zéro dans Héléus. Dans la Voie lactée, l’étude des trous noirs en est encore à ses premiers pas. Généralement, les forces autour de l’horizon des événements détruisent les sondes avant qu’elles ne puissent transmettre leurs données. Ce trou noir représente une occasion unique d’étude, même à distance.

Lors de leurs premières observations d’Andromède, les Asari ont baptisé ce trou noir Ardat Hekas, « la mâchoire du démon ». Les cartes de l’Initiative lui donnent le nom de H-012 Céto, d’après le monstre marin mythologique qui tenta de dévorer la princesse Andromède.
D’après leurs journaux scientifiques, les astronomes angara ont nommé le trou noir Haranj [littéralement : « l’appât du pêcheur »] en raison de son action observable sur les comètes et les systèmes environnants. Aya, la planète contrôlée par les Angara, a pu jusqu’ici échapper aux Kert grâce à l’effet de lentille gravitationnelle du trou noir qui la dissimule.

Des observations prolongées ont montré des interactions intéressantes entre le trou noir et le Fléau. Il semblerait qu’une partie de la masse du Fléau soit attirée dans le trou noir, ce qui provoque des « courants » continus dans le phénomène. Nos scientifiques suggèrent que sans le trou noir, le Fléau aurait pu se révéler encore plus dangereux.


Voeld

voeld

Depuis la Voie lactée, l’Initiative identifia Vœld sous le nom d’Habitat 6, un « monde en or » censé être un monde-éden tempéré et habitable. En effet, comme les historiens angara l’ont confirmé, Vœld était autrefois une colonie angara prospère et fortement peuplée.

À l’apparition du Fléau, des distorsions gravitationnelles affectèrent son orbite et provoquèrent un âge de glace mineur, comme l’indiquent des modèles créés par les laboratoires techniques du Nexus. Les Angara furent contraints de se rassembler dans quelques villes, et le reste de la population de Vœld se dissémina dans de petits villages.
Ainsi, Vœld est à la fois culturellement et stratégiquement importante pour les Angara, et a attiré l’attention des Kert. Des rapports suggèrent une présence militaire importante dans les deux camps, car la Résistance angara se bat pour défendre la population de Vœld et protéger les vestiges de leur planète pris dans la glace.

Le nouvel avant-poste de l’Initiative, Taerve Uni, a été établi sans encombre. Dirigé par le nouveau maire Priva Blake, il s’engage à ouvrir ses frontières avec les Angara à mesure que Vœld devient plus habitable. L’avant-poste est désormais un important fournisseur d’eau gelée pour les autres colonies et le Nexus.

L’analyse des résultats orbitaux de Suvi indique que le caveau de Vœld, incapable de compenser gravitationnellement son changement d’orbite, a provoqué une fonte contrôlée du dioxyde de carbone dans le pergélisol. Les projections indiquent que cette évolution va entraîner un épaississement de l’atmosphère et une hausse progressive de la température de la planète, amoindrissant l’intensité de l’âge de glace. Cela révèle que les caveaux reliquats sont capables d’analyses sophistiquées et de réponses adaptées aux conditions de la planète.


Kadara

kadara

Kadara présentait un grand intérêt pour l’Initiative Andromède lorsqu’elle apparut dans les observations à longue distance. L’eau liquide apparemment abondante et son atmosphère composée d’un mélange à base d’oxygène en faisaient une excellente candidate pour une colonie, ce qui lui valut la désignation d’Habitat 4. Les études de proximité révèlent maintenant que ses sources d’eau sont polluées et non potables.

La cause de préoccupation principale est toutefois la grande colonie nommée Port-Kadara. Cet ancien port de commerce angara a été adopté par des exilés, des pirates et des mercenaires qui s’en servent de base pour leurs opérations. Port-Kadara est considéré comme un État voyou par le Nexus au vu de ses liens avec les exilés, et il est recommandé au personnel de l’Initiative de garder ses distances.

L’APEX signale que deux factions se disputent actuellement Port-Kadara durant Mass Effect Andromeda : les Insurgés, des pirates dirigés par Sloane Kelly, l’ancienne chef de la sécurité sur le Nexus, et un groupe plus mystérieux d’espions et de contrebandiers connu sous le nom de Collectif.

Extrait vidéo : arrivée sur Kadara.


Elaaden

eladeen

Elaaden est la lune désertique et caniculaire d’une géante gazeuse. Identifiée sur les cartes de l’Initiative sous le nom d’Habitat 2, Elaaden était considérée comme un « monde en or » malgré ses conditions difficiles, en raison de sa grande richesse minérale. La force d’attraction gravitationnelle provoque des éruptions de colonnes de silicate de sodium provenant du noyau d’Elaaden qui déposent à la surface un sable de silicium d’une rare pureté. Ce sable est inestimable pour la fabrication de matériel informatique de pointe.

Les études orbitales montrent que, contrairement aux projections, Elaaden est pratiquement dépourvue de vapeur d’eau, ce qui rend peu probables une colonisation à long terme ou des extractions minières. Les habitants de cette lune luttent constamment pour leur survie.

Les Krogans qui ont quitté le Nexus y ont établi une colonie, profitant de leur capacité à prospérer dans des environnements qui tueraient la plupart des espèces organiques. Ils défendent farouchement leur souveraineté sur Elaaden. Le Nexus recommande aux voyageurs d’éviter cette planète autant que faire se peut.
L’activation du caveau reliquat durant Mass Effect Andromeda a augmenté la présence de particules formatrices de nuages dans le ciel d’Elaaden. Bien que la chaleur soit toujours impitoyable, les niveaux d’humidité se sont sensiblement accrus, ce qui augmente les chances de pluie. Les scientifiques du Nexus recommandent aux habitants d’Elaaden, autrefois assoiffés, de se préparer à des crues éclair.


Khi Tasira

Khi Tasira [littéralement « le lieu de l’ascension »] est une structure reliquate de la taille d’une ville dans le système Civki. Nous avons découvert que l’Archonte, après des dizaines d’années d’étude, pense que cette structure est Méridiane, le centre de contrôle du réseau de caveaux reliquats.

Cela explique peut-être pourquoi Khi Tasira est l’un des sites reliquats les mieux défendus d’Héléus. Un pourcentage non négligeable de la flotte kert y est amarré, et l’APEX rapporte que l’Archonte y a envoyé des dizaines de cryptologues et de physiciens dans le but de percer ses mystères, avec un bataillon d’exaltés pour les défendre. Par conséquent, accéder à Khi Tasira revient à pénétrer dans l’une des plus grandes forteresses kert du secteur Héléus.

Comme nous l’avons appris, Khi Tasira n’est pas réellement Méridiane, mais un module de contrôle qui y était attaché à l’origine. Cette ville demeure cependant un site reliquat d’une importance considérable. Elle abritait une grande population de créateurs des Reliquats, les Jardaan, et on y trouve encore plusieurs de leurs créations expérimentales. Les vaisseaux reliquats qui y sont posés semblent en état de marche, tout comme la plupart des banques de données et des Archives. L’étude d’une ville aussi bien préservée, malgré les efforts des Kert pour piller ses informations, pourrait nous offrir un aperçu des motivations des Jardaan et nous aider à comprendre les Reliquats qu’ils ont laissés derrière eux.

Extraits vidéo : retour sur Khi Tasira.


Méridiane

meridiane

Des informations découvertes dans le caveau d’Aya indiquent que le réseau de caveaux reliquats du secteur Héléus est contrôlé à partir d’un point central, connu sous le nom de « Méridiane ». Lorsqu’ils sont correctement connectés Méridiane, les caveaux fonctionnent comme prévu : ils terraforment les planètes et maintiennent les conditions environnementales pour les rendre adaptées à la vie. Quand ils sont déconnectés, les caveaux semblent soit se mettre en veille, comme sur Éos, soit dysfonctionner, comme c’est peut-être le cas sur l’Habitat 7, avec des conséquences désastreuses pour la planète.

Cela prouve l’importance centrale de Méridiane pour les caveaux reliquats et les planètes du secteur Héléus. Celui qui la contrôle peut, en théorie, manipuler la fonction des caveaux, ce qui pourrait lui permettre de contrôler ou perturber l’écologie de planètes entières Les données de l’Archonte ont mené à une gigantesque structure reliquate, à laquelle il a attribué le nom de code « Khi Tasira ». Il la prenait pour Méridiane, alors qu’il s’agit simplement d’un centre de contrôle. Des archives trouvées à Khi Tasira indiquent que Méridiane a été séparée de la structure de commande pour préserver sa sécurité lorsque ses créateurs ont affronté l’arme qui a provoqué le Fléau.

Méridiane est une construction semblable à une sphère de Dyson : une vaste enveloppe creuse abritant une source d’énergie qui fournit chaleur et lumière aux écosystèmes luxuriants situés à l’intérieur. Mes premières études des archives des Jaardan suggèrent que Méridiane était leur laboratoire et leur monde séminal, reliée à chaque caveau et capable de surveiller en permanence les progrès de la vie sur les autres planètes. Cependant, même à des vitesse de traitement quantiques, des dizaines d’années seront nécessaires pour étudier toutes les données accumulées de Méridiane.
Comme l’Hypérion a effectué un atterrissage forcé à l’intérieur lors de Mass Effect Andromeda, l’avenir de Méridiane représente un enjeu particulier pour l’humanité qui a fondé « Port-Méridiane », une colonie principalement humaine basée près du site du crash de l’arche.

Extrait vidéo : Mission Voyage vers Méridiane et fin du jeu.