iconeChoisir un fond d'écran

Citadelle

2012/12/fond-du-site-v33.jpg

Trou noir

2013/05/Trou-Noir.jpg

Astéroïdes

2013/05/Astéroïdes.jpg

Miranda & Tali

2013/11/Miranda-vs-Tali.jpg

Novéria

2015/03/Brian-Sum.jpg

Espace Concilien intérieur

PALAVEN (Mass Effect 3)

Palaven

Palaven en feuPalaven, monde d’origine des Turiens, est doté d’un noyau à basse teneur en métaux qui génère un faible champ magnétique. Les radiations solaires y sont donc bien plus importantes que sur d’autres planètes habitées. Pour s’adapter à ces conditions, la plupart des formes de vie de Palaven ont développé une sorte d’exosquelette métallique. Grâce aux plaques réflectrices qui recouvrent leur peau, les Turiens résistent mieux aux expositions prolongées aux faibles radiations, mais ils ne possèdent pas pour autant une « armure naturelle ».

Leur peau épaisse ne leur fournit en effet aucun avantage face aux projectiles ou aux armes à énergie. Les formes de vie photosynthétiques sont tout aussi impressionnantes : elles sont capables de limiter les processus métaboliques vulnérables à la lumière le jour et de réparer les dégâts la nuit.


 

ACADEMIE GRISSOM (Mass Effect 3)

Académie Grissom

Un haut lieu de la biotiqueL’académie Jon Grissom, fondée en 2176, est la meilleure école pour jeunes biotiques humains de l’Alliance. L’institution est hébergée dans une station spatiale en orbite autour de la colonie d’Elysium. Son programme principal, le projet Ascension, est destiné à entraîner et à encadrer de jeunes biotiques ainsi qu’à les aider à s’intégrer dans la société à la fin de leurs études.

L’académie emploie aussi du personnel scientifique, dont le Dr Kahlee Sanders, pour développer des systèmes d’intelligence synthétiques et des amplis biotiques, comme les nouveaux implants L4.

 


 

SUR’KESH (Mass Effect 3)

Sur’Kesh

La luxuriante Sur'KeshAlternant vastes océans et grands continents luxuriants, le monde d’origine des Galariens, Sur’Kesh, est réputé pour son climat humide et sa végétation dense. À l’instar de la forêt vierge qui recouvrait jadis la Terre, les nombreuses forêts de cette planète abritent une biodiversité très riche. Le désir de stimulation intellectuelle qu’éprouvent les Galariens les a poussés, il y a bien longtemps, à explorer chaque aspect de leur environnement pour inventer de nouvelles façons de prospérer sans nuire à leur habitat.

Les régions proches des grandes villes et des centres industriels sont méticuleusement entretenues, et bien aménagées, de manière à ce que la lumière du soleil atteigne bien le sol et que les chemins tracés dans la jungle soient bien praticables. La chalevère, une herbe fertilisante native de Sur’Kesh, est devenue un des produits les plus exportés car très appréciée pour la terraformation.


TUCHANKA (Mass Effect 2 et 3)

Tuchanka

L'enfer de Tuchanka« Ça doit être affreux de vivre ici, et encore plus d’y mourir », affirma le général turien Rilix Aescorus lorsqu’il atterrit pour la première fois sur la planète d’origine des Krogans. La mort a bien des visages sur Tuchanka : les retombées radioactives causées par la guerre nucléaire entre Krogans, la chaleur infernale due à l’albédo réduit de la planète, ou encore la faune, sauvage et prédatrice, qui la peuple.

Le premier contact avec les Galariens donna un nouvel essor aux Krogans qui, après s’être acclimatés à des planètes moins hostiles, se reproduisirent de manière exponentielle et revinrent conquérir leur foyer. Ils aménagèrent de vastes abris souterrains pour se protéger des radiations de la surface; abris mis à contribution durant la Rébellion Krogane, chacun voulant éviter d’être contaminé par le génophage. Persuadé qu’ils pouvaient vaincre le génophage de par leur vitesse de reproduction, ils transmirent en fait le virus à plus de 90% des bunkers. Aujourd’hui, la population de Tuchanka est sévèrement restreinte; si les Krogans ont une espérance de vie élevée, le génophage veille à ce que la démographie reste basse.