Bienvenue, Invité. Merci de vous connecter ou de vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session


Extranet - Le 24/11/2021 : Amazon est sur le point d’adapter Mass Effect en série TV
Nous n'avons rien vu venir

Auteur (Lu 4707 fois)

Nous n'avons rien vu venir
« le: 07 novembre 2014 à 20:34:25 »
 

Osikla

  • Confidence born from ignorance.
  • Assassin Drell
  • *
  • 151
    Messages
  • Réputation : 11/2
    • Voir le profil
Salut! Il y a quelques temps, j'ai commencé une fan fiction sur Mass Effect, que j'attendais d'avoir fini pour poster mais, comme aujourd'hui c'est la N7 day, j'ai pensé que je profiterai de l'occasion.
C'est une nouvelle, elle ne ne sera donc pas très longue.
Voici le synopsis :
Spoiler
Quand on n'a plus d'espoir, à quoi bon en donner aux autres?
Quand ces énormes machines sont en train de ravager nos pays, nos villes, nos maisons, où trouver l'espoir?
Quand toute la galaxie nous a tourné le dos, avons nous encore des chances de survivre?
Je refuse de céder sous les coups de ces abominations humanoïdes de chair et d'acier, je refuse de succomber à leurs attaques, je refuse de laisser quiconque derrière. Alors je me battrai. Car je suis un soldat. Car je suis un humain. Car c'est la seule chose à faire.
Si je tombe, je me relèverai.
S'ils me coupent les jambes, je ramperai.
S'ils me coupent les bras, je leur cracherai à la figure.
Jamais je n’abandonnerai. Jamais ils ne me transformeront en ces machines froides et sans coeur.
Jamais, car s'ils contrôlent la technologie, nous contrôlons l'esprit.
S'ils contrôlent l'espace, nous contrôlons la terre.
Et s'ils essaient de nous contrôler, ils échouerons.
Car ils peuvent donner la mort. Mais nous pouvons donner la vie.
« Modifié: 28 décembre 2014 à 20:55:51 par Osikla »
 

Re : Nous n'avons rien vu venir
« Réponse #1 le: 07 novembre 2014 à 20:39:18 »
 

Osikla

  • Confidence born from ignorance.
  • Assassin Drell
  • *
  • 151
    Messages
  • Réputation : 11/2
    • Voir le profil
Bon, il n'y a pas vraiment de chapitre et la coupe entre les extraits risque d'être assez nette car, comme à la guerre, il n'y a pas vraiment de moments de repos. (l'excuuuuuuuse!  ;D )
Spoiler
Je fais une pause pour reprendre mon souffle, où que je regarde, de la fumée, des cendres, des morts. Comment a-t-on pu en arriver là? Comment se fait-il que nous n’ayons rien vu venir?
J’entends des bruits de pas traînants derrière moi, suivi d’un horrible cri déchirant ce silence de mort. Je me retourne en vitesse et bloque avec mon arme au dernier moment le zombie qui me saute dessus. Je le repousse avec rage et il retombe sur le dos, je vise sa tête, tire et le zombie explose. Un autre arrive, je lui plante mon omnitech dans l’estomac avant qu’il n’ait pu me toucher; mais d’autres viennent, par dizaines, par vingtaines. Peu importe, je dois fuir.
Je détale, mon arme à la main, je ne sais pas vers où mais ce n’est pas le plus important. L’important est de ne pas me retourner jusqu'à ce que je sois en sécurité.
Après plusieurs bonnes minutes de course et de sauts par dessus les débris, je me réfugies dans un bâtiment en ruines, là, après m’être assuré que la zone était sûre, je m’autorise à me laisser tomber par terre et à ne plus bouger. Ce n’est que là que je me rend compte à quel point je suis fatigué. Non seulement à causes des blessures, mais aussi car je me bat depuis plusieurs heures et je n’ai pas de nouvelles des autres soldats depuis que nous avons étés séparés au début de l’invasion. Je jette un oeil à mon casque, posé à côté de moi, je pense pouvoir lui dire adieu, non seulement la radio est cassée, mais en plus la visière est complètement fêlée, si bien que je ne peux ni avoir accès à mon interface, ni même voir à travers à cause des rayures. Je me redresse et m’adosse au mur, je lève les yeux au dessus du tas de ruines qui me fait face. Devant moi se pose un énorme moissonneur, je n’ai jamais rien vu d’aussi imposant, il doit faire des centaines de mètres de haut, voir des milliers! Ses nombreuses pattes s’écartent lentement, lui donnant une allure d’autant plus imposante. Il touche le sol dans un vacarme de débris et son oeil, situé entre ses trois pattes avant, rougit d’une lumière éclatante, puis, un énorme laser surgit dans un grondement assourdissant, détruisant tout sur sa trajectoire. Un immeuble s’affaisse lentement, avant de tomber en ruine.
Comment peut on battre ces monstres? Je suis tiré de ma pensée par un cri, tout près, je me relève d’un bond et sors du bâtiment, à une vingtaine de mètres, une femme sur le toit d’une navette en ruines est attendue par environ dix zombies qui essaient de monter tant bien que mal.
Je me positionne derrière un tas de débris, sors mon fusil et vise le premier zombie que j'abats sans aucun problème. Les autres se retournent et certains se dirigent vers moi. Je vois dans mon viseur des monstres d’apparence humaines, mais dénués de toute intelligence, avec pour seule volonté de nous exterminer. D’où sortent t’ils? cela n’a pas d’importance. Je ne dois pas penser à ça, je dois penser aux survivants, aux hommes, aux femmes, aux enfants qui comptent sur moi. C’est pourquoi je tire, c’est pourquoi je me bat. Les zombies tombent les uns après les autres jusqu’à ce qu’il n’y en ait plus. Je rejoins la jeune femme qui doit avoir vingt ans.
 

Re : Nous n'avons rien vu venir
« Réponse #2 le: 08 novembre 2014 à 09:51:35 »
 

Chaguevara7

  • Assassin Drell
  • *
  • 151
    Messages
  • Réputation : 11/6
    • Voir le profil
Bonne histoire ! J'aime bien ce récit à la première personne, on est immergé dans ses pensées. Il va y avoir une suite j'espère !
 

Re : Nous n'avons rien vu venir
« Réponse #3 le: 08 novembre 2014 à 12:08:46 »
 

Osikla

  • Confidence born from ignorance.
  • Assassin Drell
  • *
  • 151
    Messages
  • Réputation : 11/2
    • Voir le profil
Merci!  ^-^
Voici la suite :
Spoiler
-Vous allez bien?
-Je… Je crois, merci.
-Venez, on va se mettre à l’abri.
Je l’aide à descendre et nous allons nous réfugier dans le bâtiment en ruines. Nous nous asseyons contre le mur.
-Comment vous appelez vous?
-Samantha.
Dit elle, je vois bien qu’elle est terrorisée.
-Moi c’est Cole. Écoutez, je sais que la situation est désespérante, mais il ne faut pas perdre espoir.
Samantha ne répond pas, on dirait qu’elle ne m’écoute pas.
-Samantha! Regardez moi. Vous avez probablement tout perdu aujourd’hui. Mais vous devez être courageuse, d’accord?
-Oui…
J’essaie de me montrer convainquant et réconfortant mais je ne sais pas si ça fait vraiment effet.
-Bien. Il faut absolument que je trouve une radio pour joindre mes supérieurs, vous savez où on peut en trouver une?
-Tenez, j’en ai une, mais je ne sais pas si elle va marcher.
-Parfait, si vous saviez à quel point vous m’aidez!
Sa radio n’est pas en parfait état mais je dois pouvoir la réparer en la fusionnant à la mienne. Bientôt, j’ai une radio qui fonctionne parfaitement. Il ne reste plus qu’à prier pour tomber sur quelqu’un. Heureusement mon supérieur décroche!
-Sergent Armfield.
-Sergent?! Ici Cole Williams.
-Williams?! Nom de Dieu on vous croyait mort!
-Jamais, monsieur! Je suis à ces coordonnées, il y a une civile avec moi.
-Bien reçu, Williams, il y a un refuge où nous avons établi notre QG, je vous envoie les coordonnées, retrouvez nous là bas.
-Oui, chef. Williams terminé.
Je jette un oeil aux coordonnées puis me retourne vers Samantha.
-La bonne nouvelle c’est qu’il y a un abri, avec d’autres civils et d’autres militaires. C’est pas trop loin mais je ne sais pas ce qui nous attend sur la route. Soit on part maintenant, soit on se repose un peu avant de partir, comme vous voulez.
Samantha a l’air exténuée, ses cheveux châtains clair, avec des reflets roux retombent sur son fin visage sale, ses yeux noisettes sont pâles, et ses pommettes saillantes, noires de crasse et de sang.
-Allons y.
Dit elle dans un soupir. Elle n’a pas l’air très sûre d’elle mais je comprend qu’elle veuille se retrouver en lieu sûr dès que possible. Nous nous levons donc, prenons nos affaires et nous mettons en chemin.
C’est en voyant ce paysage dévasté, ce désert apocalyptique de débris et de sang, ces énormes machines capables de détruire une ville entière en moins d’une journée, que je me demande si il y a bien un endroit sûr dans ce monde. Nous marchons en silence jusqu’à ce que Samantha brise la glace :
-Vous êtes de la famille de l’artilleur Williams?
-Pardon?
-Tout à l’heure, votre sergent vous a appelé Williams. Je me demandais si vous étiez de la famille d’Ashley Williams.
-Malheureusement non. Dis je en riant. Et puis je crois qu’elle est lieutenant-commandant maintenant.
Nous continuons notre chemin à travers la grande ville de Londres en cendres. C’est affreux de voir ma ville, l’endroit où j’ai grandi, le seul où j’ai vécu, réduit à néant. Nous marchons pendant des heures, croisons quelques zombies et cannibales à plusieurs reprises, mais jamais de survivants.
 

Re : Nous n'avons rien vu venir
« Réponse #4 le: 10 novembre 2014 à 19:30:17 »
 

Osikla

  • Confidence born from ignorance.
  • Assassin Drell
  • *
  • 151
    Messages
  • Réputation : 11/2
    • Voir le profil
Allez, la suite.
Spoiler
Au bout de trois ou quatre heures de marches, je ne saurais dire, alors que nous pensons être bientôt arrivés à destination nous réalisons que nous tournions en rond depuis au moins une demi heure.
-Des idées?
Je demande à Samantha, exaspéré.
-Attendez! Vous entendez ça?
J’écoute. En effet, j’entends un bruit de moteur qui se rapproche, je lève les yeux et loin dans les airs, une navette!
-Une navette! C’est une navette! Il faut qu’elle nous voie!
Je m’écrie en désignant la navette au loin et en faisant de grands signes. Samantha fait de même et nous nous mettons à crier. Si nous ameutons tous les moissonneurs aux alentours ce n’est pas grave, tant que le pilote nous vois, nous sommes sauvés!
En effet, la navette se met à descendre vers nous. Je m'apprête à hurler de joie quand je réalise qu’elle ne fait pas que descendre, elle pique droit sur nous!
-Son moteur est en feu! Je m’écrie avant de m’enfuir. Samantha me suit de près. J’entends une explosion, un moissonneur a dut abattre ce qu’il restait du Kodiak. Les débris percutent le sol et je me jette en avant. Tout à coup, le calme est revenu, il n’y a que le crépitement du brasier qu’ont provoqué certains débris. Je me relève. Samantha n’est plus là! Je fouille la zone en criant son nom. Je l’entend me répondre un peu plus loin, je la rejoins en courant et la découvre assise par terre. Le spectacle est horrible. En plus d’avoir le corps criblé de bouts de verres et de métal, sa jambe gauche est coincée sous un énorme morceau de carcasse.
-Je vais te sortir de là!
J’essaie de la dégager mais rien n’y fait. La carcasse doit peser plusieurs tonnes et de toute façon, son pied doit être broyé.
-Je vais te sortir de là!
Je répète, affolé, elle, ne crie pas, ne pleure, pas, ne semble pas terrorisée, c’est à peine si elle à l’air inquiète.
-Pars.
Dit elle.
-Non! Je vais pas te laisser! Je vais trouver un moyen! Je vais appeler des secours!
-Non! Pars!
S’écrie t’elle en désignant une troupe de zombies qui se dirige lentement vers nous. L’explosion et les débris ont dûs attirer leur attention, résultat, il y en a bien une cinquantaine.
-Je… Je vais te sortir de là! Je ne les laisserai pas t’emmener!
-Vas t’en!
Crie t’elle, les larmes aux yeux tandis que les zombies s’avancent de plus en plus vite vers nous. Je sais qu’elle a raison, que je suis obligé de la laisser si je veux survivre. Alors je cours, aussi vite que je peux, aussi longtemps que je peux. Je ne peux pas me retourner ou je mourrai, je cours sans m’arrêter, mais j’ai l’impression que mes jambes vont se dérober sous mon poids, me laissant à ces créatures sans coeur qui se jetteront sur moi et m’emmèneront Dieu sait où.
Après cette course effrénée, je m’autorise à marcher pour reprendre mon souffle, je ne pense pas que les zombies m’aient suivi aussi loin. Je marche donc, seul, je n’ai presque plus de munitions et je n’ai absolument aucune idée de l’endroit où je suis, j’erre dans les rues désertes, espérant que quelqu’un me trouve, ou tomber sur l’abri par hasard… Je ne sais pas ce que j’espère, je vais probablement mourir ici, comme tous les autres.
 

Re : Nous n'avons rien vu venir
« Réponse #5 le: 28 décembre 2014 à 21:00:27 »
 

Osikla

  • Confidence born from ignorance.
  • Assassin Drell
  • *
  • 151
    Messages
  • Réputation : 11/2
    • Voir le profil
Voila, ouais je sais ça fait plus d'un mois mais bon mieux vaut tard que jamais!  =D
Spoiler
Je suis tiré de mes pensées par un grognement assourdissant derrière moi. Je me retourne en sursaut et balaie la zone d’un coup d’oeil. Soudain un énorme monstre sort d’une ruelle, dressé sur ses deux énormes pattes arrières, il doit faire plus de deux mètres de haut. Il lève ses bras munies de griffes en métal acérées au ciel en lançant un grondement déchirant. Son dos est courbé, et au bout de son long cou entouré d’os proéminents se dresse une tête similaire à celle des turiens. Je n’ai jamais rien vu de tel! Je tire une salve mais les tirs rebondissent dans un cliquetis de métal, impossible de battre cette chose avec le peu de munitions qu’il me reste! Encore une fois j’essaie de fuir, mais cette fois mes jambes refusent d’obéir. Je suis cloué sur place alors que ce monstre me fonce dessus. Cette fois c’est la fin! Le monstre n’est plus qu’à une dizaine de mètres de moi quand un tir se fait entendre. La bête tombe brutalement, morte. Là, comme par miracle, cinq soldats sortent de leur cachette, l’un tient un sniper, encore fumant.
-Qu’est ce que…
Dis je encore sous le choc.
-Vous avez eu de la chance, soldat, un peu plus et vous auriez servi de trophée à un de ces salopards! Au passage, je suis le caporal Farens.
Dit l’homme au sniper.
-Cole Williams. Dis je en effectuant un salut au garde à vous. Qu’est ce que c’était que ce machin?!
-Une brute. C’est des conneries, ces trucs. A cause de toutes ces plaques de métal, c’est presque impossible à tuer. Pour quelqu’un qui ne sait pas s’y prendre. Dit il en désignant son fusil sniper, en affichant un léger sourire
-Vous venez de l’abri?
-Affirmatif, on était en patrouille. Venez, on vous ramène au camp, de toute façon on rentrait.
 

Re : Nous n'avons rien vu venir
« Réponse #6 le: 29 décembre 2014 à 19:42:56 »
 

Osikla

  • Confidence born from ignorance.
  • Assassin Drell
  • *
  • 151
    Messages
  • Réputation : 11/2
    • Voir le profil
Bon, voilà la suite, j'espère que vous allez aimer  ^-^
Spoiler
En arrivant au refuge, je suis choqué par la misère qui s’offre à mes yeux. Derrière un périmètre délimité par des murs de béton, d’acier, de carcasses de véhicules… D’un peu tout ce qu’on peut trouver, se trouve des tentes abritant de nombreux réfugiés, tous plus pitoyables les uns que les autres. Tous, ont les yeux baissés, le regard sombre, le teint blême, les cheveux sales. Les enfants pleurent, les parents n’essaient même pas de les consoler. à quoi bon? Après tout, quand on n’a plus d’espoir, pourquoi en donner aux autres?
Je suis le groupe de soldats entre les débris et les familles implorant de l’aide. Nous arrivons à un regroupement de tentes qui semble vaguement plus ordonné que les autres, après un moment d’hésitation, le caporal confirme mes doutes :
-Bienvenue dans la “zone militaire”, soldat, je sais, c’est pas beau à voir mais… Au moins on a des vivres et des armes.
Il me parle comme si je m’étais attendu à mieux. C’est peut être le cas mais, qui suis-je pour me plaindre? Il y a à peine une heure j’étais un petit bleu sans munitions qui s’apprêtait à affronter seul un monstre d’acier. Voyant que je ne répond pas, le caporal enchaîne :
-Votre régiment est là bas, je suis sûr qu’ils sauront quoi faire de vous.
J’effectue un salut sincère et fais deux pas vers les tentes désignées, puis m’arrête et me retourne :
-Caporal? Merci de m’avoir sauvé la vie.
-Toujours un plaisir fiston!
Dit t’il en s’en allant.
Je me dirige donc vers mes camarades, là Katie, une amie de longue date, s’avance vers moi.
-Cole! Je savais que tu étais toujours en vie!
-C’est bon de te revoir aussi Kat!
Dis-je en souriant. Nos retrouvailles sont interrompues par le Sergent Armfield qui nous rejoint l’air grave et préoccupé, il m'adresse tout de même un léger sourire en me voyant.
-Ah! Williams, vous êtes arrivé en un morceau. Tant mieux.
Je le salue en claquant ma main droite contre ma tempe.
-Et cette civile dont vous m’avez parlé? Où est elle?
-Elle n’a pas survécu, monsieur. Les zombies l’ont eue.
Il baisse les yeux, l’air déçu, mais feint l'indifférence et s’adresse à Katie.
-Faites lui visiter, soldat.
Puis il retourne sous la grande tente qui abrite les officiers.
-Désolé pour la civile. Je suis sûre que tu as fait ce que tu as pu.
Je me contente d'acquiescer. Je ressens une grande culpabilité, j’ai le sentiment que j’aurai dû mourir avec elle, essayer jusqu’à la fin. Mais je suis parti, comme un lâche.
-Allez, viens.
Kat me fait visiter les lieux, nous passons sous une grande tente abritant le réfectoire, d’autres protègent l'arsenal, les dortoirs… Je dépose mes affaires sur un lit de camp inoccupé tandis que Kat m’attend au réfectoire. Je suis exténué. Je n’ai qu’une envie, c’est une bonne douche. Mais je doute qu’il n’y en ai. En passant devant une vitre, je remarque à quel point mon visage ressemble à celui des autres réfugiés. Mes cheveux bruns coupés courts sont sales, collés par le sang. Mon front est recouvert d’une couche de terre, mes sourcils broussailleux et mes yeux gris, livides et entourés de cernes. Du sang a coulé de mon nez, puis a séché laissant une trace qui part de ma narine et glisse jusqu’à mon menton. Sur le côté droit de ma mâchoire carrée, se trouve une grosse griffure partant de mon oreille et allant jusqu’à ma bouche.
Autant dire que je suis en mauvais état, et surtout, très fatigué. Je rejoins Kat qui est assise avec d’autres soldats de mon régiment. Je m’assois à côté d’elle.
-Alors, quelle est la situation?
Je demande.
-Le commandant Shepard est allé quérir l’aide du Conseil. On ne sait pas quand il reviendra, ni s’il aura l’aide dont on a besoin.
-Il l’aura! Crie Alex, je sens au ton de sa voix qu’il n’est vraiment pas rassuré. Je veux dire, c’est de Shepard qu’on parle! Si lui n’y arrive pas, alors on est tous perdus! C’est un héros, un symbole, si une personne peut unifier la Galaxie, c’est bien lui.
-Je ne savais même pas qu’ils lui avaient rendu ses galons.
C’est Kat qui me répond :
-L’amiral Anderson lui a rendu au moment de l’attaque, il a comprit que Shepard était le seul espoir pour la Terre.
-Et nous, en attendant, on fait quoi?
-ça paraît pourtant clair, Cole, on se bat, on résiste, on ne les laisse pas nous arracher une vie sans nous battre. On leur montre que c’est pas si facile de se frotter à l’humanité.
Mike a raison, il faut se battre jusqu’au bout.
-Et qu’est ce qu’on sait sur eux? On sait d’où ils viennent? Qui les a construit? Où ils ont trouvé une armée si puissante?
-Oui, pour leur armée… Les humains qu’ils tuent, ils en font des zombies ou des cannibales, les turiens, des maraudeurs ou des brutes.
J’ai mal au coeur en entendant ces mots. Je repense à Samantha, à ce qu’ils ont dus faire d’elle. Et si je venais à la combattre lors de ma prochaine mission? Je me console en me disant que ce n’est plus elle, que Samantha est morte et que si je dois affronter son corps, son esprit est de mon côté, à guider mes pas. Je m’écire :
-Quels salopards, retourner notre propre peuple contre nous!
-Des monstres… C’est des monstres… Dit un jeune homme, recroquevillé dans un coin. Je vous le dis, on est pas à l’abri en restant regroupés, comme des moutons!  Ils n’ont plus qu’à viser dans le tas! Il faut qu’on se sépare!
-Je sais, mec, mais après on se fera tous avoir par ces goules, dehors. Interviens un autre soldat.
Le sergent Armfield entre dans la pièce, il a l’air encore plus fatigué et préoccupé que tout à l’heure, je ne peux pas imaginer le niveau de stress de cet homme, déjà qu’il n’est pas du genre relax et posé quand il ne se passe rien, toujours à trépigner, à aboyer le moindre petit ordre comme si il menait un assaut… Alors quand des machines de plusieurs kilomètres de haut arrivent sur sa planète par centaines, libérant des millions de bêtes sans âmes pour dévorer toute vie terrestre... Il doit frôler l’infarctus, à l’heure qu’il est.
-Arrêtez de picoler comme des trous et suivez moi, la bleusaille!  Vous avez une mission, alors levez cet arrière train de ces tabourets et venez nous montrer que vous savez vous battre, bordel de merde!
Nous nous levons tous, et pendant que nous quittons le réfectoire, j’entends Kat me murmurer :
-La bleusaille? Plus cliché que ce gars, il n’y a pas!
 

Re : Nous n'avons rien vu venir
« Réponse #7 le: 01 janvier 2015 à 18:51:55 »
 

Roronoa Revan

  • Assassin Drell
  • *
  • 156
    Messages
  • Réputation : 9/0
    • Voir le profil
Beau travail Osikla ;) Le narrateur m'a un peu rappelé le personnage retranché dans le Big Ben dans le tout premier trailer de ME3.
Si je ne me trompe pas il s'agit du major Coats.
Parce que j'étais en feu... suivez un peu Shepard...
 

Re : Nous n'avons rien vu venir
« Réponse #8 le: 02 janvier 2015 à 12:48:41 »
 

Osikla

  • Confidence born from ignorance.
  • Assassin Drell
  • *
  • 151
    Messages
  • Réputation : 11/2
    • Voir le profil
Merci  ^-^
Oui, je me suis pas mal inspiré de lui, au début je voulais même dire que c'était lui mais je ne voulais pas mettre de personnages ayant vraiment existé, je préfère tous les inventer, comme ça il n'y aura pas de problèmes de faux raccord.
 

Re : Nous n'avons rien vu venir
« Réponse #9 le: 03 janvier 2015 à 22:13:59 »
 

Alchemist

  • Courtier de l'ombre
  • Reine Rachni
  • *****
  • 1740
    Messages
  • Réputation : 78/21
    • Voir le profil
Bravo, je viens d'avaler toute la fanfic d'une traite et j'aime beaucoup ^^ !

Même si je pense que tu devrais un peu "aérer" ton texte, mais j'ai hâte de lire la suite :)
 

Re : Nous n'avons rien vu venir
« Réponse #10 le: 04 janvier 2015 à 20:04:59 »
 

Osikla

  • Confidence born from ignorance.
  • Assassin Drell
  • *
  • 151
    Messages
  • Réputation : 11/2
    • Voir le profil
Ouais, je vois ce que tu veux dire, Alchy (je peux t'appeler Alchy ou je dois m'attendre à me faire empoisonner dans mon sommeil?  X_o ), je ferai plus attention, la prochaine fois.
Merci à tous pour les commentaires, ça fait super plaisir, je ne m'attendais pas à autant de réponses positives  ^-^
 

Re : Nous n'avons rien vu venir
« Réponse #11 le: 27 janvier 2015 à 00:24:26 »
 

Osikla

  • Confidence born from ignorance.
  • Assassin Drell
  • *
  • 151
    Messages
  • Réputation : 11/2
    • Voir le profil
Voilà la suite.
Je sais, c'est pas beaucoup et ça n'apporte pas grand chose, mais je ne suis pas très inspirée, en ce moment.  :-\
Enfin bon, ça reviendra, ne vous inquiétez pas! Je la finirai, cette fanfic!
Spoiler
Nous sommes tous regroupés sous une tente, j’ai réussi à trouver une place assise, mais certains restent debout. Le sergent nous présente la situation :
-Vous êtes tous là? De toute façon, on s’en fout, je ne vais pas attendre les retardataires. Bon! Votre mission est simple, et vous avez intérêt à la remplir, sinon c’est les civils qui y passent! Vous devez aller chercher des vivres, des armes, des kits de premier secours… Tout ce qui peut servir. Vous irez dans ces hôpitaux, ces centres commerciaux, là, là et là (le sergent appuie son discours sur des plans de la ville projetés en face de nous). Si vous ramenez des survivants, c’est toujours bien aussi. Vous serez divisés en six groupes de cinq. Vous prendrez des makos, pour tout transporter. Des questions?
Un soldat lève la main.
-On risque pas de se faire repérer et détruire par les moissonneurs, en prenant des makos?
-Si tu préfères te traîner les caisses sur des kilomètres tout en te battant contre les zombie, canibales, brutes et autres maraudeurs, je te laisse faire, mais viens pas me faire chier! Quelqu’un d’autre a une question de merde?
Quand j’entends le sergent parler, j’ai toujours l’impression qu’il est en train de cracher des vipères. Jamais il n’a eu un ton doux dans la voix, ni même sympathique.
-On part tout de suite? Demande un autre soldat.
-Mais évidement que vous partez tout de suite! N’attendez pas que les moissoneurs soient rentrés chez eux!
En l’entendant s’énerver et trépigner ainsi, j’esquisse un sourire, on dirait qu’il est en train de s’étrangler avec les vipères qui lui sortent de la bouche. Et son visage couleur pourpre n’aide pas.

Nous quittons tous la tente et nous dirigeons vers l’armurerie. Je réussis à me trouver un nouveau casque, et de nouvelles armes. J’ai l’air bien con, avec mon armure en morceaux, noire de suie et de sang, et mon casque brillant.
Kat, Mark, Alex, Sarah et moi montons dans un Mako et quittons le camp.
 

Re : Nous n'avons rien vu venir
« Réponse #12 le: 27 janvier 2015 à 18:20:36 »
 

goyukuna22

  • Contrebandier Drell
  • Ancien Spectre
  • Reine Rachni
  • ****
  • 1632
    Messages
  • Réputation : 45/11
    • Voir le profil
Bon j'ai tout lu d'une traite et franchement c'est super prenant :D

Félicitations pour l'écriture à la première personne car c'est une sacré prise de risque mais jusque là tu gères très bien la chose :)

Après comme Alchi je te conseillerais d'aérer un peu plus tes extraits simplement pour éviter que ça fasse comme un gros bloc unique et bien séparer les différentes phases de ton récit (dialogues, descriptions, actions, etc...). C'est pas trop gênant encore puisque tes extraits sont assez courts mais si tu décides de faire plus long ça pourrait être plus embêtant  ^-^

Mais c'est ton histoire donc tu en fais ce que tu veux, ça m’empêchera pas de continuer à lire :)

Et d'un côté j'aime bien ton côté un peu "fait à l'arrache", on sait pas a quoi s'attendre a chaque fois qu'on clique sur Spoiler
:P
[Fan-Fiction] Mass Effect Contribution http://masseffectuniverse.fr/forums/index.php?topic=680.0

[Fan-Fiction] Mass Effect Chemins Croisés en collaboration avec NoctisIke http://masseffectuniverse.fr/forums/index.php?topic=751.0
 

Re : Nous n'avons rien vu venir
« Réponse #13 le: 27 janvier 2015 à 23:23:18 »
 

Osikla

  • Confidence born from ignorance.
  • Assassin Drell
  • *
  • 151
    Messages
  • Réputation : 11/2
    • Voir le profil
Merci, ça me fait vraiment plaisir, tous ces compliments!  ^-^

Citer
Et d'un côté j'aime bien ton côté un peu "fait à l'arrache", on sait pas a quoi s'attendre a chaque fois qu'on clique sur Spoiler [Afficher] :P

En fait ce côté "fait à l'arrache", et le fait qu'on ne sache pas à quoi s'attendre, c'est surtout car je le fais à l'arrache, et que moi même je ne sais pas trop ce qu'il se passera ensuite.  =D
J'avais peur que ça fasse trop brouillon, du coup, mais si ça créé du suspense, c'est parfait!  :)

ça a beau être mon histoire, je l'écris, certes car j'aime beaucoup ça, mais je l'écris aussi pour vous, et c'est vrai que c'est très énervant un pavé qui n'est pas du tout aéré. J'essaierai de faire plus attention.
 

Re : Re : Nous n'avons rien vu venir
« Réponse #14 le: 28 janvier 2015 à 13:02:56 »
 

goyukuna22

  • Contrebandier Drell
  • Ancien Spectre
  • Reine Rachni
  • ****
  • 1632
    Messages
  • Réputation : 45/11
    • Voir le profil
En fait ce côté "fait à l'arrache", et le fait qu'on ne sache pas à quoi s'attendre, c'est surtout car je le fais à l'arrache, et que moi même je ne sais pas trop ce qu'il se passera ensuite.  =D
J'avais peur que ça fasse trop brouillon, du coup, mais si ça créé du suspense, c'est parfait!  :)

ça a beau être mon histoire, je l'écris, certes car j'aime beaucoup ça, mais je l'écris aussi pour vous, et c'est vrai que c'est très énervant un pavé qui n'est pas du tout aéré. J'essaierai de faire plus attention.

Après ce que je peux te conseiller c'est quand même de donner une trame principale à ton histoire. Je te dis ça parce que j'étais parti comme toi dans ma fan-fic et au bout d'un moment tu te rend compte que tu dois prévoir un peu à l'avance histoire de pas tomber dans le n'importe quoi  =D

Bien sûr je dis pas qu'il faut programmer chaque détails à l'avance mais les grands "événements" c'est déjà bien :)
[Fan-Fiction] Mass Effect Contribution http://masseffectuniverse.fr/forums/index.php?topic=680.0

[Fan-Fiction] Mass Effect Chemins Croisés en collaboration avec NoctisIke http://masseffectuniverse.fr/forums/index.php?topic=751.0