Bienvenue, Invité. Merci de vous connecter ou de vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session


Extranet - Le 06/01/2022 : Le directeur de Bioware s’exprime sur l’avenir du studio
Critique de la Trilogie Mass Effect Shepard

Auteur (Lu 1572 fois)

Critique de la Trilogie Mass Effect Shepard
« le: 26 juillet 2017 à 10:56:14 »
 

Y_L_O_S

  • Impératif Cosmique par le Consensus Cosmique
  • Ingénieur Quarien
  • **
  • 245
    Messages
  • Réputation : 60/13
    • Voir le profil
CRITIQUE DE LA TRILOGIE MASS EFFECT : L'ASCENSION DU COMMANDANT SHEPARD, SA DESTINÉE

Sous-jacent au très célèbre jeu d'action-RPG MASS EFFECT SHEPARD se cache le plus grand Chef d'Œuvre Intellectuel Vidéo Éducatif et Interactif à caractère Métaphysique de l'industrie Vidéo-Ludique.

Citation de Frederic Hubert Mourre : "Dans tout chef-d'œuvre chacun y re-découvre, le moment venu, ce qu’il est prêt à comprendre pour évoluer."

L’intrigue mêle remarquablement les styles préapocalyptiques, science-fiction technologique, thriller, psychologique, aventure, science-fiction militaire, romance, amitié indefectible, philosophique, spirituel et drame politique autour d'un space-opéra dans un univers abyssal.


Mass Effect 1
▪   Lors de sa sortie en 2007, ce premier opus fut tout particulièrement le premier mondial en son genre : une réussite incontestable ! Il véhicule au premier abord l'effet de la découverte de nouvelles dimensions d'expériences vidéo-ludique-interactives, qui redéfiniront les bases du RPG space-opéra et qui ont hissé la saga tout entière au rang de référence mondiale. Les très hautes exigences qualitatives appliquées à sa création comme à sa réalisation renforcent son originalité, sa singularité et ont conféré à ce premier acte une authenticité incomparable, tant et si bien que son réalisme a estompé son caractère virtuel d’origine : " Egde of Reality ".
▪   Incarnant le Commandant Shepard, véritable Apollon de la Voie Lactée, nous rentrons progressivement dans le jeu, faisons nos premières armes et découvrons une sensation d’infini lors des missions d'exploration de la galaxie, mettant à jour ses nombreux joyaux comme ses mystères les plus sombres, le Malin ayant déjà commencé à prendre pied dans cette galaxie qui semblait avoir trouvé son point d'équilibre, commençant à sortir d'une période de chaos.
▪   Nous constatons et subissons la transposition des travers de l'humanité incarnés par l'inefficacité et le décalage des organisations hiérarchiques des autres espèces qui gouvernent la galaxie, pour le meilleur comme pour le pire. L'effroyable et l'impensable surmontés sont décrits au travers de cinématiques dignes des meilleurs films de science-fiction et sont toujours impressionnantes. L'atmosphère de chaque scène est renforcée par une ambiance musicale propre et leurs actions sont décuplées par des compositions originales électro-symphoniques toutes aussi aériennes que mémorables.
▪   La Voie Lactée est sauvée de l'invasion de la plus terrible des espèces : les Moissonneurs ( Nous sommes éternels… Devant nous, vous n’êtes rien… Nous sommes l’accomplissement, la fin de tout… Vous existez avec notre permission, et disparaitrez par notre volonté… Vous êtes incapables d’appréhender ne serait-ce que notre nature… Nous sommes absolus... ). Espèce heureusement prise à son propre piège, isolée au fin fond de l'Abîme, grâce au cycle vertueux de transmission de la connaissance d'une espèce à l'autre, au travers d'innombrables cycles. Le retour de cette effroyable menace n'est qu'une question de temps.

Mass Effect 2
▪   Aussi mature et aguerri que notre héros, cet opus se démarque par son caractère résolument positif et optimiste, par son très grand dynamisme comme par sa nouvelle intrigue dont le suspense se poursuit jusqu'au dénouement final, point culminant la trame scénaristique de la saga.
▪   Après la destruction surprise de notre vaisseau le Normandy SR-1 par un monstrueux vaisseau d'origine inconnue, le commandant Shepard est ressuscité et amélioré dans une version 2.0 par une organisation prohumaine clairevoyante. Après deux longues années de reconstruction, le commandant Shepard se trouve entouré d'une équipe multi espèces élargie d'experts et aux commandes d'une version modernisée de la meilleure frégate de la Voie Lactée, le Normandy SR-2.
▪   Savoir-être et savoir-faire sont deux des multiples facettes des qualités à cultiver dans cet opus ; il est indispensable de développer d'excellentes relations avec notre équipage afin de mettre toutes les chances de notre côté, ne serait-ce que pour envisager de revenir vivant de la Mission Suicide. Une terrible menace pesant sur l'Humanité, cette mission à très haut risque, dans un monde inconnu semble malgré tout "envisageable" grâce aux fabuleux moyens technologiques dont nous disposons et que nous pouvons acquérir auprès de nos coéquipiers devenus loyaux.
▪   Les sensations d'inconnu, de suspens comme de crainte viscérale sont remarquablement communiquées par ce vaisseau mi-organique mi-mécanique ainsi que par ses occupants, les Récolteurs, et leurs projets en cours. Tous les moments d'action se déroulent sous très haute tension qui sont décuplés par des bandes-son originales tonitruantes, adhérant parfaitement au script rythmique que nous écrivons. Équipé d'un armement de pointe, les esquives-attaques de notre commando multiespèces contre les entités cybernétiques abord de la carcasse d'un Moissonneur sur un fond de musique électro-symphonique sont tout aussi démoniaques qu'inoubliables ; défoulement garanti. L'incroyable menace du premier opus est dépassée par l'atrocité des intentions et des actions commises contre l'humanité par cette espèce insectoïdes à l'esprit de ruche. Dans une dernière intrication d'actions, notre commando peut s'en sortir in extremis grâce à l'initiative de l'Intelligence Artificielle du Normandy. Les compositions musicales de ce deuxième opus comme celle de la fuite de la base des Récolteurs, toujours signées Jack Wall, marquent l'apogée de ce triptyque musical d'exception.
▪   Une dernière mise en garde nous est transmise par la voix caverneuse de l'Augure ( Humain, vous n'avez rien changé ! Votre espèce à l’attention de ceux qui vous sont infiniment supérieurs, ceux que vous nommez Moissonneurs, sont votre salut par l’anéantissement ... (Récolteurs) vous avez échoué, nous trouverons une solution ... Abandon du contrôle…). Abasourdis par ces dernières paroles, la galaxie est temporairement épargnée, formidable opportunité pour se préparer au pire. Cet incontestable succès ne fait pas perdre la tête à notre héros qui reste lucide et fidèle à ses valeurs ayant réalisé les véritables intentions du son pourvoyeur en technologie de pointe, l'Homme Trouble, un mania humano-centré, aussi bon visionnaire qu'avide de domination galactique.

Mass Effect 3
▪   En rupture totale au niveau de son atmosphère avec les précédents opus, le dernier acte de ce "space-opéra" grandiose est aussi excitant que sombre et tragique. La Voie Lactée semble ne plus pouvoir être sauvée éternellement des griffes du Malin. Ce dernier acte communique de puissantes émotions paradoxales comme des messages aux subtilités contraires, reflétant la superposition d'états opposés, caractéristique de la physique quantique définissant et régissant les lois du Cosmos.
▪   La fin inéluctable de notre cycle se fait nettement ressentir par une sensation d'oppression croissante, accentuée par les dramatiques pertes de nos coéquipiers qui peuvent aisément nous émouvoir, par des effets de catharsis maîtrisés à la perfection. Les nouvelles compositions électro-symphoniques accentuent la dualité de ce dernier acte, mêlant et alternant des ambiances graves et soutenues à des atmosphères aériennes et mélancoliques.
▪   ( Vous résistez, mais vous échouerez. Le cycle doit continuer. Vous ne pouvez pas nous comprendre. Chaque civilisation organique doit être moissonnée pour amener l’ordre dans le chaos. C’est inévitable. Sans notre intervention, les organiques sont condamnés. Nous sommes vos sauveurs ). Littéralement accablé, affaibli et lasse de ne pouvoir empêcher la grande roue de l'Univers tourner, le doute nous gagne pour la première fois sur la nature de l'issue possible.
▪   Devant une telle menace, des espèces conciliennes s'allient grâce au talent de diplomate cultivé par notre héros. Ce soubresaut galactique de dernière seconde illustre la situation totalement désespérée d'une menace changeant d'échelle : le futur s'assombrissant définitivement, basculant de l'inconnu vers l'inconnaissable. Le déchaînement du Malin au cours des dernières missions sonne le glas de ce dernier recours avec lequel tout espoir de survie s'évanouit.
▪   Cette interprétation partielle du fonctionnement de l'Univers du point de vue des organiques est heureusement une vue tronquée d'une plus grande réalité qui se joue simultanément dans des dimensions supérieures et invisibles dépassant notre entendement. Des possibilités inconcevables et inimaginables apparaissent engendrées par la somme de nos crimes et de nos bonnes actions et des enseignements tirés de toutes nos expériences précédentes.

La saga Shepard s’achève en une véritable apothéose
▪   Ce parcours initiatique virtuel, triptyque de la grande école de la Vie, s’achève en une véritable apothéose spirituelle et philosophique (maturité et références culturelles indispensables pour en saisir significations et subtilités les plus profondes) dans laquelle nous réalisons la véritable nature de l’Humanité ; la possibilité de devenir les acteurs de la plus grande R-Évolution de tous les temps : notre héros joignant son âme (son propre code du bioware amélioré de ses expériences) à celle de l’Univers (le code de la Matrice Originelle) qui est également prêt à évoluer, illustrant remarquablement l’impermanence du monde matériel, l’évolution inexorable du Vivant par l’Apprentissage, l’immortalité du monde des idées et de l’esprit aussi bien que l’Unicité de la Vie, macrocosmique comme microcosmique.
▪   Fort des épreuves traversées, lors de la mise en abime finale de l’Essence du triptyque Shepard, notre héros éveillé peut alors effectuer la dernière partie de son ascension et ainsi participer au Consensus Ultime, notre degré d’éveil reflétant la qualité de son choix qui, dans le meilleur des cas, abouti à déployer une nouvelle version améliorée du bioware originel, véritable logiciel du vivant, upgradé de la synthèse des connaissances de 2 mondes qui s’affrontaient sans jamais parvenir à se comprendre. Tel un feu d’artifice galactique, un tsunami d’énergie étreint toutes les formes de vie, organique et synthétique, de la Voie Lactée pour déployer la nouvelle version 3.0 de l' " Ascended Bioware * " et ainsi façonner de nouvelles espèces hybrides. Cette révolution permet de transcender toutes frontières et conventions, de s’affranchir de la dimension cyclique du chaos et d’entamer un voyage aux possibilités infinies, dans une paix éternelle.

Ce sublime et subtil enseignement, instillé par Bioware dans ce chef-d’œuvre vidéo-éducatif, une fois saisi et assimilé, est aussi bien stupéfiant qu’étourdissant et esquisse des pistes d’un hypothétique futur prometteur.
▪   Le partage de la connaissance semble être la clé pour arriver à une compréhension mutuelle afin de dissiper toute ignorance, origine de tout conflit.
▪   L’Ascension du Commandant Shepard décrite au travers de son parcours initiatique permet de redécouvrir (au travers des styles de jeu Pragmaque ou Conciliant) les Voies qui conduisent à emporter l’adhésion entre différentes parties pour trouver un consensus ; cette Ascension semble être la destinée de l’espèce de la Voie Lactée la plus jeune, la plus fougueuse, la plus déterminée : l’Humanité.
▪   Sagesse, partage des connaissances et compréhension mutuelle semblent être les facteurs inconditionnels et précurseurs à une Paix durable pour transcender toute frontière ; telles sont subtilement présentes en arrière plan les Valeurs et l’Âme véhiculées par la Trilogie Mass Effect Shepard, le plus grand chef d’œuvre vidéo-éducatif-interactif qui ne sera dépassé sur le fond que par la transposition future de sa sous-jacente clairvoyance dans notre réalité.


 * " Ascended BioWare " envisagée dans un premier temps, BioWare Corp a été retenue comme marque.



Merci de m'avoir lu.
Comme tout bon Geth, je fais remonter mon point de vue, ma compréhension, ma critique au serveur.
YLOS 801.
" Dans tout chef-d'œuvre chacun y re-découvre, le moment venu, ce qu’il est prêt à comprendre pour évoluer. " Citation de Frederic H. Mourre

" La vérité de l'Âme est silencieuse et n'a de valeur que pour chacun de nous. Car ma vérité n'est pas nécessairement la vôtre. Silencieuse elle demeure, jusqu'à ce que nos âmes se rencontrent dans le silence et que nous découvrions éblouis que l'une n'est que le reflet de l'autre. " Citation de Nari
 

Re : Critique de la Trilogie Mass Effect Shepard
« Réponse #1 le: 27 juillet 2017 à 20:40:33 »
 

GarythMoor

  • Nous sommes tous Geth
  • Scientifique Galarien
  • *****
  • 88
    Messages
  • Réputation : 23/5
    • Voir le profil
Intéressant comme remontée d'informations.

Ca donne envie d'y rejouer.
A.Einstein : Peace cannot be kept by force; it can only be achieved by understanding.

B.Franklin : Tell me and I forget, teach me and I may remember, involve me and I learn.

A.Einstein : No problem can be solved from the same level of consciousness that created them.

W.Dyer : The highest form of ignorance is when you reject something you don’t know anything about.