Bienvenue, Invité. Merci de vous connecter ou de vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session


Extranet - Le 12/09/2021 : Turiens : Mourir pour la Cause
Mass Effect 4: Les Damnés

Auteur (Lu 13132 fois)

Mass Effect 4: Les Damnés
« le: 27 mars 2013 à 21:49:16 »
 

NoctisIke

  • Lent & Méthodique
  • Lieutenant Humain N7
  • *****
  • 1020
    Messages
  • Réputation : 43/29
    • Voir le profil
Salut à tous! Nouvelle Fan Fiction!!!!  ;D Cette fanfic est celle que je voulais écrire en premier. Quelques précisions avant de la lire:
- Je me base sur les évènements des livres du 1 au 3 (le 4 n'étant pas sortie, je ne m'en sers pas)
- Mass Effect 3: Les pieds sur Terre en prérequis (c'est toujours mieux. Si vous ne l'avez pas lu et que vous voulez la lire avant celle-ci, voici le lien: http://masseffectuniverse.fr/forums/index.php?topic=580.0 )

Sur ce, voici le premier chapitre!

Spoiler

Chapitre 1 :

   Année 2179…

   « -Phase de test terminée. Le sujet peut retourner dans sa chambre. » Dit l’IA à travers les haut-parleurs.

   Le sujet en question resta immobile. C’était un enfant, un jeune enfant. Il venait d’avoir 13 ans. Il était debout au milieu de la salle. Du sang provenant des cadavres autour de lui tapissaient tous les murs ainsi que le sol. L’enfant tenait un sabre dans sa main gauche. De sa lame coulait encore le sang frais de ses meurtres. L’épéiste venait de finir sa séance d’entrainement. Pour lui, c’était plus une séance de torture qu’autre chose. Tous les jours, il venait dans cette pièce et luttait pour sa survie. Tous les jours, des gens l’examinaient, le droguaient. Tous les jours des gens trépassaient par sa faute. L’enfant avait les yeux qui regardaient dans le vide. C’était déjà les yeux d’un tueur.

   Il s’essuya le sang qui avait giclé sur sa joue et se dirigea vers la porte. Il n’aimait pas cet endroit. Il le détestait de tout son être. L’enfant avait été enlevé dès son plus jeune âge. Il avait subi de nombreux sévices depuis son arrivée. Il se promit qu’un jour, il se vengerait. Qu’un jour il ferait payer ceux qui lui ont fait ça. Mais pour l’instant, il devait se reposer. La journée l’avait épuisé. Et ce n’était pas fini.

   Une décharge électrique lui arriva dans les pieds. Cela était un rappel. Il devait lâcher son arme. Le jeune homme s’exécuta. Il avança ensuite vers la porte, où trois gardes l’attendaient. Il faisait ces gestes presque automatiquement. Cela faisait longtemps qu’il les faisait. Il ne savait plus depuis combien de temps. Il avait arrêté de compter.

   D’une pièce donnant sur la salle de test, deux chercheurs analysaient les résultats du jour. Au fond de la salle se tenait quelqu’un tapis dans l’ombre. Il était entouré de gardes du corps.

   « -Il est de plus en plus performant. » Affirma l’un des chercheurs.
   « -Oui, il est presque prêt. » Acquiesça l’autre.
   « -Hum… Je suis content de vous. Notre arme ultime va frapper un grand coup. L’Homme Trouble n’a qu’à bien se tenir. Cerberus sera à moi, grâce à cette arme. Rien ne pourra le vaincre. J’en ferais le plus grand des Assassins. » Dit l’homme de l’ombre.

   Il était fier de son plan. Il voulait renverser l’Homme Trouble pour pouvoir contrôler Cerberus. L’Homme dans l’ombre voulait imposer une autre directive à Cerberus. En effet, il trouvait la voie prise par l’Homme Trouble trop douce. L’Homme voulait être plus direct, montré que Cerberus est quelque chose à prendre au sérieux. Il n’aimait pas les manières de l’Homme Trouble. Avoir des hommes camouflés au sein des organisations était pour lui une technique de lâche. Pour lui, une prise de pouvoir se faisait dans le sang et le bruit des coups de feu. Pour lui, Cerberus devait être une grande armée, pas quelques hommes à la gâchette facile.

   D’ailleurs une alarme retentit.

   « -Qu’est-ce que c’est ? » Demanda le chef, toujours dans l’ombre. (Un de ses gardes armés reçu une communication dans son oreillette.)
   « -Chef ! Nous sommes attaqués ! »
   « -Par qui ? » Demanda-t-il, énervé.
   « -Les hommes de l’Homme Trouble. »
   « -Il a du entendre parler de ma tentative de putsch. Tous aux armes, nous allons leurs rendre une petite visite. (Il désigna une de ses gardes du corps.) Toi, assure-toi que l’enfant regagne bien sa chambre, il ne doit pas être blessé. »
   « -Bien monsieur. »

   Les soldats donnant l’assaut étaient une quarantaine. Il avait décidé de mener un assaut massif sur cette base. Cela faisait plusieurs jours qu’ils la surveillaient. L’Homme trouble venait de retrouver un de ses détracteurs. Après quelques réflexions, il avait décidé de lancer l’assaut. Cela devait servir d’exemple à tous ceux qui lui en voulait. On ne s’en prenait pas à Cerberus si facilement.

   Les soldats à l’intérieur se dépêchèrent de s’armer et de riposter. Ils portaient eux aussi l’armure de Cerberus. Pour l’une des première fois, cette bataille était menait par Cerberus, contre Cerberus. Le Chef des défenseurs regroupa ces hommes. Ils attendaient, embusquaient contre les murs. Dès que les assaillants eurent pirater la porte d’entrée, ils firent feux. Une bataille Mattock contre Mattock s’engagea.

   Le garde descendit et arriva au niveau de l’enfant et de ses protecteurs.

   « -On doit l’emmener dans sa chambre. » Dit-il.
   « -On doit se dépêcher, la drogue dans son corps ne va plus faire effet. » Exclama un des hommes.

   Ils se dirigèrent d’un pas rapide vers ladite pièce. Seulement, l’enfant n’avançait pas. Il avançait à son rythme, comme d’habitude. Le garde dit à l’homme le plus proche de le prendre sur ses épaules. L’enfant se laissa faire. Mais il sentit qu’on le dérangeait dans ses habitudes. Et il n’aimait pas ça. Le jeune homme avait entendu l’agacement du garde en tête et les coups de feu. Avec tout ce qu’il avait dit, il comprit qu’ils étaient attaqués. L’enfant compris que c’était sa chance de s’en sortir.

   On le déposa dans sa chambre. Bizarrement, il ne reçu pas sa drogue habituelle. Le garde était tellement tendu qu’il oublia de verrouiller la porte. L’enfant, dont la vision était de plus en plus claire, leva les yeux sur la porte. Le rectangle était vert. Il en sourit. Sa vengeance allait pouvoir commencer.

   Il examina son environnement. Une grande plaque de ventilation au dessus de son bureau. Il y prêta un peu plus d’attention. Les lames de ventilation pouvaient lui servir de lame. Il grimpa sur le bureau. Etant assez grand, il réussi à atteindre le plafond. Il agrippa l’une des lames et tira. Elle se détache d’un coup sec. Le garçon toucha avec son doigt les bords. C’était coupant. Pas comme son sabre, mais cela ferrait l’affaire.

   Il sortit de la pièce. Les hommes de part et d’autre de la porte furent surpris de la voir s’ouvrir. Ils comprirent qu’ils avaient oublié de la verrouiller lorsque le garçon leurs bondit dessus et leur trancha la gorge. Comme à l’entrainement, une aura noire et meurtrière se forma autour du garçon. Il avança tranquillement dans les couloirs. Lorsque ses pulsions meurtrières venaient, il aimait prendre son temps. Il se sentait puissant. De toute façon tout ce qui passerait à proximité de sa lame serait tranché. Il ovulait faire payer le prix de sa souffrance.

   Le garçon entendit au loin les coups de feu. Il se dit qu’il devait aller voir. La sortie devait surement se trouver à proximité. Il marcha dans un couloir. Il rencontra quelques scientifiques, qu’il tua. Ces gens l’avaient maltraité, comme un vulgaire test, une vulgaire chose. Il vit à l’autre bout du couloir un des gardes qui l’avait amené dans sa chambre.

   « -Qu’est-ce qu’il fait ici ? Alerte ! L’enfant s’est échappé, il est armé ! » Dit-il.

   Il mit son arme en joue, mais l’enfant fondit sur lui à très grande vitesse. Il eut le temps de tirer, mais dans le vide. L’enfant avait dévié son arme et avait planté la sienne dans son cœur. L’homme tomba inerte sur le sol. L’enfant continua de déambuler dans les couloirs au fil de ses pulsions. Il s’était perdu, mais essaya de se repérer à l’aide des coups de feu.

   A l’opposé de la base, Le chef du complexe et ses hommes perdaient de plus en plus du terrain. Les Hommes de Cerberus en face avaient le poids du nombre.

   « -Monsieur, nous devons fuir avec l’enfant, cette base est perdu ! » Cria un de ses gardes.
   « -Je ne fuirai pas, je ne suis pas un lâche ! » Rétorqua-t-il.
   « -Mais… »

Le garde se prit une balle dans la tête. Le chef du se rendre à l’évidence. Il cédait trop de terrain pour rester ici. Il disparu donc dans un couloir. Mais ce qu’il ne savait pas, c’est que les Homme fidèles à l’Homme Trouble s’étaient divisés. Et, lorsqu’il tourna à l’angle d’un couloir, il se retrouva nez à nez avec le chef de ses ennemis et d’autres soldats.

« -Le chef veut vous parler. » Dit le l’Homme en armure rouge, avec un masque de mort comme casque. (Un hologramme vola quelques mètres devant ce dernier. L’Homme Trouble se matérialisa.)
« -Stramis. Cela faisait longtemps. » Dit le chef de Cerberus, après une bouffée de cigarette.
« -Va au diable Harper. »
« -Voyons, où son passé tes bonnes manières ? »
« -Pour toi, il n’y en aura jamais. »
« -Quel dommage. Un homme qui veut contrôler Cerberus doit avoir la richesse linguistique de son rang. »
« -Je ne suis pas comme toi, un homme qui se cache derrière des hologrammes ! »
« -Excuse moi de ne pas venir t’exécuter ne personne, j’ai des choses plus importante à faire. »
« -Plus importante que gérer ta propre mort ? »
« -Oh oui. Je ne peux pas m’arrêter pour quelques broutilles. »
« -Ton arrogance te mènera à ta perte Harper. »
« -Peut-être, mais sans moi, Cerberus marche. Tandis que sans toi… Si vous voulez bien illustrer mon propos Capitaine Nolan. » Dit l’Homme Trouble en se retournant.

L’Homme en rouge s’avança et s’arrêta à côté de son chef. Il prit son arme de poing, un M-6 Carnifex et tua le traître d’une balle dans la tête. L’Homme Trouble coupa la communication. Nolan reçu un appel dans son oreillette. Il l’écouta et se retourna à sa fin.

« -Beau boulot les gars… Ils sont tous mort. » Dit-il en rangeant son arme.

Les soldats sortirent de la base, où ils retrouvèrent tous les autres. Les navettes arrivèrent. Nolan discutaient avec un des seconds. Ils avaient enlevé leurs casques. Il n’y avait plus de danger.

« -Je sens que ce soir, je vais me faire une petite Asari. » Dit le second.
« -Tant que ça ? » S’étonna Nolan.
« -Ben quoi ? »
« -Non, rien. Je pensais que tu allais rester avec le groupe. Hey les gars ! Ce soir c’est ma tournée ! » Cria Nolan.
« -Je vais peut-être me mettre en forme avant, alors. » Réfléchit le second.
« -Tu me raconteras ça plus tard, allez avance. » Dit le Capitaine en le poussant gentiment pour qu’il monte dans la navette.
« -Capitaine regardez ! » Dit un des soldats en pointant l’entrée de la base.

Un enfant en sortit. Il tenait à la main une sorte de lame. Nolan fit signe à ses soldats de rester sur leurs gardes mais de ne rien faire. L’enfant marchait lentement vers eux. Une faible aura noire se distinguait.

« -C’est un enfant ? » S’étonna un soldat.
« -Oui, Stramis a dû faire des choses horribles ici. Je vais lui parler, restez ici. » Ordonna le Capitaine.

Nolan s’avança vers l’enfant. Il semblait dans un autre monde. Il remarqua de suite sur l’enfant des traces de blessures et de maltraitances. Il s’agenouilla pour être à sa hauteur. Pour la première fois, l’enfant vit un adulte de face. Personne ne s’était agenouillé avant. Il hésita à le tuer. L’adulte prit alors la parole.

« -Que fais-tu ici ? » Demanda-t-il d’une voix douce. (L’enfant ne répondit pas.)
   « -Je ne te veux aucun mal. Je vais t’emmener loin d’ici, d’accord ? Mais suis-je bête. Je me présente, je suis Nolan. Je ne te veux aucun mal. Je vais prendre soin de toi, je suis ton ami. » Rassura Nolan.

   L’enfant prit le temps de la réflexion. Il vit la main tendu du grand devant lui. Nolan était certes de Cerberus, mais c’était un homme qui avait bon cœur. « Ami ». Personne n’avait prononcé ce mot à la base. Il lâcha son arme et prit la main du Capitaine. Son aura se dissipa.

   « -Ami… » Dit-il finalement.

Petit ajustement (age du personnage, désolé)
« Modifié: 27 mars 2013 à 23:48:25 par NoctisIke »
Fan fictions écrites: After Mass Effect

Tome 1 (Terminée)

Tome 2 (Terminée)

Tome 3 (Terminée)
 

Re : Mass Effect 4: Les Damnés
« Réponse #1 le: 27 mars 2013 à 22:21:37 »
 

CrushMisery

  • Aspirant Spectre
  • Terroriste Butarien
  • ***
  • 463
    Messages
  • Réputation : 20/8
    • Voir le profil
Super intéressant !

Spoiler
" Dès que les assaillants eurent ouvert la pirater la porte d’entrée, ils firent feux." Pas français :P
"Ton arrogance causera ta perte..." Ton arrogance te perdra je pense que c'est mieux ^^

Kai Leng ?
Les moissonneurs ont-ils exteminé les dinosaures ? :O

Gt: CRuSh ReaPerZz

La formation N7 ? Primitive, tout comme leurs fusils ..
 

Re : Re : Mass Effect 4: Les Damnés
« Réponse #2 le: 27 mars 2013 à 22:23:27 »
 

NoctisIke

  • Lent & Méthodique
  • Lieutenant Humain N7
  • *****
  • 1020
    Messages
  • Réputation : 43/29
    • Voir le profil
Super intéressant !

Spoiler
" Dès que les assaillants eurent ouvert la pirater la porte d’entrée, ils firent feux." Pas français :P
"Ton arrogance causera ta perte..." Ton arrogance te perdra je pense que c'est mieux ^^

Kai Leng ?

Spoiler
La réponse au prochain chapitre  ;D ;D ;D ;D ;D ;D
Et merci de toujours corriger mes fautes  ;)
Fan fictions écrites: After Mass Effect

Tome 1 (Terminée)

Tome 2 (Terminée)

Tome 3 (Terminée)
 

Re : Mass Effect 4: Les Damnés
« Réponse #3 le: 27 mars 2013 à 22:24:29 »
 

CrushMisery

  • Aspirant Spectre
  • Terroriste Butarien
  • ***
  • 463
    Messages
  • Réputation : 20/8
    • Voir le profil
De rien, j'aime bien le faire  8)
Les moissonneurs ont-ils exteminé les dinosaures ? :O

Gt: CRuSh ReaPerZz

La formation N7 ? Primitive, tout comme leurs fusils ..
 

Re : Mass Effect 4: Les Damnés
« Réponse #4 le: 28 mars 2013 à 11:26:52 »
 

sebastien

  • Légion des Damnés de Cerberus
  • Courtier de l'ombre
  • Terroriste Butarien
  • *****
  • 533
    Messages
  • Réputation : 19/11
    • Voir le profil
Bon chapitre, et cette fanfic a l'air plus vivante bon j'ai pas lu les spoiler mais sa ne serai pas kai leng.
« Modifié: 28 mars 2013 à 11:36:08 par sebastien »
 

Re : Mass Effect 4: Les Damnés
« Réponse #5 le: 29 mars 2013 à 01:28:56 »
 

NoctisIke

  • Lent & Méthodique
  • Lieutenant Humain N7
  • *****
  • 1020
    Messages
  • Réputation : 43/29
    • Voir le profil
Réponse à vos questions, chapitre 2!

Spoiler
Chapitre 2 :

   10 ans plus tard… Nice, France.

   La nuit était présente depuis un long moment. Les quais de Nice étaient silencieux. La lune se reflétait sur la mer, calme. La ville, comme toute la  Terre était un immense chantier. Les ombres des grues se dessinaient sur le ciel. Seul le bruit des vagues se faisait entendre. Les bateaux étaient tous plus luxueux les uns que les autres. C’étaient des bateaux de riches personnes. Ce moyen de transport n’avait pas perdu de son attractivité, surtout pour les personnes pouvant s’en payer un. En effet, il servait surtout de villa en pleine mer. Le bateau avait, par contre, perdu beaucoup de sa concurrence commerciale. Avec les navettes et les avions de transport, traverser l’Atlantique prenait seulement une demi-journée maximum. Mais il n’en demeurait pas moins un moyen fiable de faire arriver des marchandises lourdes. Le port commercial de Nice était assez imposant. En effet, il faisait en même temps stockage de conteneurs.

   Dans l’ombre de la nuit, un Butarien attendait devant un des véhicules maritimes. Plusieurs personnes l’entouraient. Le bateau était un chalutier. L’extra-terrestre fumait une cigarette et semblait attendre quelqu’un. Après la grande guerre, et surtout avec la reconstruction, il n’était pas rare de croiser des races non Terriennes. Tout le monde aidait pour la reconstruction. Le Butarien n’aimait pas attendre. Il regarda sa montre et fit quelques pas. La nuit, et surtout les pyramides de conteneur lui faisaient peur. Il ne se sentait pas en sécurité. Mais il n’allait certainement pas le dire. Il était beaucoup trop fier pour ça. Soudain, deux camionnettes arrivèrent. Des Hommes et des Turiens en armure bleu en sortirent.

   Tapis dans l’ombre, une autre personne attendait. Il était caché derrière des conteneurs, en altitude. De sa position, il voyait très bien le Butarien et les autres. Quelqu’un parla dans son casque.

   « -Ike ? Ike !, Commença-t-il en insistant sur le i, réveille-toi, ils sont là. »
   « -Je sais Nolan, Je ne dormais pas. »
   « -Ah bon ? Et qu’est-ce que tu faisais ? »
   « -Je méditais. » Dit-il le jeune homme en se relevant et en s’étirant.
   « -Oh bien, et tu méditais sur quoi ? Le sens de la vie, aimer notre prochain… »
   « -Mon prochain achat vidéo-ludique. » Coupa Ike.
   « -C’est de suite moins profond. Bref, pas la peine que je te le rappelle, tu dois leur prendre leurs marchandises par tous les moyens. Juste un conseil, évite les coups de feu, ça évitera que les flics rappliquent. » Expliqua Nolan.
   « -En gros je dois pas me faire repérer. »
   « -Tu as tout compris. En même temps, c’est dans ça que tu excelles. »
   « - Quel coïncidence. »
   « -Bon, tu me rappelles dès que tu as fini ta mission. » Fini Nolan.
   « -D’accord. »

   Le jeune homme, Ike Silver, analysa la situation. Il y avait une vingtaine de gardes, mais la moitié déménageait la marchandise. Les autres s’étaient séparés pour couvrir une plus grande zone. Ils regardaient dans toutes les directions. Ike prit le temps de mémoriser les allers et retours des gardes. Une fois son temps d’observation fini, une légère aura noire se forma autour de lui. C’est partit… Pensa-t-il. Il descendit de son perchoir et arriva sur le sol. Il se dirigea vers un Turien des Soleils Bleu. Il était proche de la rambarde et regardait en direction de la mer. Ike arriva au dernier conteneur qui le séparait de sa victime. Il prit son sabre dans son dos discrètement. Il attendit le bon moment. Ike fonça vers sa cible. Il planta sa lame dans le dos du garde, au niveau du cœur. Il fit basculer le garde dans l’eau et se cacha derrière une cargaison. Il se faufila au travers des pilles pour aller tuer un autre garde. Il avait opté pour une tactique de meurtre éparpillée. Il préférait faire des allers retours que de se concentrer sur une seule zone. Au moins, si quelqu’un découvrait les cadavres, il ne pourrait pas situer précisément Ike. Ce dernier arriva à proximité de sa proie. Il se plaqua contre la prote d’une caisse et attendit que l’homme arrive. Dès qu’il arriva à sa hauteur, il lui planta sa lame dans la gorge et le déposa à sa place contre la porte. Il continua de faire ses meurtres. Les gardes tombèrent les uns après les autres. Personne ne l’avait repéré. Il se dirigea vers le bateau. Il se mit à couvert derrière une caisse. Ike en profita pour écouter leur discussion.

   « -Allez dépêchez-vous, ne faites pas attendre notre ami Butarien. (Le Butarien resta silencieux.) On est bien d’accord sur la somme de la transaction ? » Dit le Chef des Soleils Bleu au Butarien.
   « -Oui, je vous transfert un demi million une fois la cargaison finie. Et une fois arrivée à bon port, je vous transmets l’autre moitié. » Répondit l’homme d’affaire.

   Ike décida de passer à l’action. Pas besoin de prendre des pincettes. Jugea-t-il. IL sortit de sa cachette et commença à tuer un des déménageurs.

   « -Qui c’est lui ? » S’exclama le chef des Soleils bleu.
   « -Je croyais que c’était sûr ? » Dit le Butarien en courant vers le bateau.

   L’épéiste trancha tout ce passait à sa portée, et elle était grande. En effet, le jeune mesurait deux mètres et il avait une excellente détente. De ce fait, il désarmait facilement les bandits. Certain réussirent à prendre les armes et à tirer. Ike esquivait, il était habitué à combattre sous les tirs. Pour éviter la plupart des tirs, il mettait son centre de gravité proche du sol. Comme cela, il pouvait donner une bonne impulsion sur ses jambes et repartir. L’épéiste élimina tous les gardes au dehors. Il ne restait plus que le chef et le Butarien. Comme à son habitude, il marcha lentement vers ses deux dernières proies.

   « -P*tain mais c’est qui ce type ?, S’énerva le Butarien, bute-le sinon c’est toi que je bute. » (Il sortit un M-6 Carnifex)

   Le Chef activa son techno-blindage et prit son fusil d’assaut.

   « -Allez ramène-toi, c’est entre toi et moi mec. » Provoqua l’Humain à l’armure Bleu.

   Ike ne se fit pas prier. Pour contrer un fusil d’assaut, il lui suffisait de se rapprocher de sa cible. Il avança de couvertures en couvertures, jusqu’à sa cible. Ike arriva à proximité. Il commença à abattre sa lame sur sa victime. Mais le bandit ne se laissa pas faire et contra le coup avec son fusil d’assaut. Ike réessaya plusieurs tout en esquivant les tirs de suppression. Seulement, et à la plus grande surprise de Ike, sa lame se brisa contre le fusil. Il perdit son attention une fraction de seconde. Foutu camelote… Mais la fraction de seconde plus tard, il savait ce qu’il devait faire. Ayant les deux mains libres, il attrapa le fusil d’assaut et le fit violemment voler sur le sol. Le chef ne se laissa pas impressionner et commença à utiliser ses poings. Il vit sa mort arriver. L’aura noire de l’épéiste augmenta un petit peu. Ike attrapa le bras de son ennemi, le tira, passa derrière son adversaire et lui brisa la nuque. Il fit cela d’une telle violence que le visage du défunt pointait plus vers l’arrière que l’avant. Il ne lui restait plus que le Butarien. Le jeune homme entendit le bruit du moteur. Cela lui indiqua la position de l’homme d’affaire. Il essayait de prendre la fuite. Ike ramassa le fusil d’assaut et visa avec. Il n’avait pas trop l’air endommagé. L’aura du jeune homme diminua. Ce dernier courut dans les couloirs du bateau. Le bruit de ses bottes résonnait sur le sol en métal. Ike compris qu’il devait être plus discret s’il voulait tuer son ennemi. Il arriva alors à la salle des commandes. Le Butarien s’y trouvait. Ike vérifia son bouclier cinétique : soixante-dix pour cent. Il en avait bien assez pour résister à deux ou trois balles maximums. L’épéiste pivota et déchargea son arme contre le Butarien. Ce dernier, n’ayant pas de bouclier, vit sa poitrine se déchirer sous les nombreux tirs. Il tomba sur le sol, deux grands trous remplaçaient ses poumons.

   Ike resta un moment immobile. Il respirait profondément. Son aura se dissipa. Il ressortit du bateau et alla prendre ce qui restait de son épée. Il contacta ensuite Nolan.

   « -C’est terminé. La cargaison est libre. »
   « -Bien, j’envoi de ce pas une escouade la chercher. »
   « -Pourquoi tu n’as pas envoyé l’escouade depuis le début ? »
   « -Parce qu’avec toi j’étais sûr que le travail serait bien fait. »
   « - Oui, en parlant de ça, j’ai dû esquiver des tirs et ma lame s’est cassée. »
   « -Encore ? Ca fait la troisième cette année ! » S’exclama Nolan.
   « -Tu as vu ma taille aussi ? J’ai l’impression d’avoir un cure-dent entre les doigts ! » Râla Ike.
   « -Oui, je sais, tu me l’as déjà dit. Je me pencherai sur le problème à ton retour. »
   « -D’ailleurs, je rentre quand à Toulouse ? »
   « -Oh, si tu es bon, tu as un train dans vingt-cinq minutes. »
   « -Evidemment, je te rappelle que la gare est juste à l’autre bout de la ville. » S’exclama Ike.
   « -T’as une moto, ça sert à ça non ? » Répondit Nolan.
   « -Ouais ouais, je vais encore devoir griller des feux rouges et semer les flics. »
   « -La routine. Au fait, c’était quel jeu que tu prévoyais de t’acheter ?» Dit le Capitaine pour changer de sujet.
   « -Le nouveau jeu de simulation de course. » Répondit Ike, soudain plus détendu.
   « -Ah oui je vois. Encore un jeu où je vais te battre. »
   « -Dit celui qui s’est pris une taule au jeu de foot. »
   « -Ca compte pas. »
   « -Et au FPS. »
   « -Pour celui là j’ai une excuse. »
   « -Et… »
   « -Oui, oui j’ai compris. Sur celui-là je m’entrainerai beaucoup plus pour te battre. » Parla Nolan avec plein de défi.
   « -Pari tenu. »
   « -Bon, tu devrais y aller, je te rappelle que la semaine prochaine, tu pars pour l’Académie Grissom. On doit commencer à s’organiser dès demain. »
   « -Demain, je dors. » Trancha Ike.

   Il fini la conversation et alla sortir sa moto. Il l’avait camouflé dans  un conteneur. Heureusement qu’ils n’avaient pas fouillé toutes les cargaisons… Il sortit tout en cabrant. Le port vit s’éloigner Ike à toute vitesse. Les motos, tous comme les trains et les bateaux, résistaient encore à la concurrence de la navette, surtout sur Terre. En effet, l’humanité étant encore jeune dans la galaxie, elle n’avait pas encore bousculé ses vielles habitudes. Evidemment, tous les anciens véhicules étaient devenus très performant. Les trains, par exemple, pouvaient relier les extrémités de la France en maximum 4h. Ike arriva à la gare et réussit à prendre son train direction Toulouse.
Fan fictions écrites: After Mass Effect

Tome 1 (Terminée)

Tome 2 (Terminée)

Tome 3 (Terminée)
 

Re : Mass Effect 4: Les Damnés
« Réponse #6 le: 29 mars 2013 à 14:40:11 »
 

sebastien

  • Légion des Damnés de Cerberus
  • Courtier de l'ombre
  • Terroriste Butarien
  • *****
  • 533
    Messages
  • Réputation : 19/11
    • Voir le profil
Sympa le chapitre Noc
 

Re: Mass Effect 4: Les Damnés
« Réponse #7 le: 29 mars 2013 à 15:03:21 »
 

NoctisIke

  • Lent & Méthodique
  • Lieutenant Humain N7
  • *****
  • 1020
    Messages
  • Réputation : 43/29
    • Voir le profil
Merci, j'ai essayé de faire quelque chose de plus vivant que la fic précédente, plus d'interactions entre les persos. Disons aussi que j'y mets beaucoup de ma personne dans cette fic ;)
Fan fictions écrites: After Mass Effect

Tome 1 (Terminée)

Tome 2 (Terminée)

Tome 3 (Terminée)
 

Re : Re: Mass Effect 4: Les Damnés
« Réponse #8 le: 29 mars 2013 à 17:04:03 »
 

sebastien

  • Légion des Damnés de Cerberus
  • Courtier de l'ombre
  • Terroriste Butarien
  • *****
  • 533
    Messages
  • Réputation : 19/11
    • Voir le profil
Merci, j'ai essayé de faire quelque chose de plus vivant que la fic précédente, plus d'interactions entre les persos. Disons aussi que j'y mets beaucoup de ma personne dans cette fic ;)
Et sa ce remarque.
 

Re : Mass Effect 4: Les Damnés
« Réponse #9 le: 30 mars 2013 à 12:57:05 »
 

NoctisIke

  • Lent & Méthodique
  • Lieutenant Humain N7
  • *****
  • 1020
    Messages
  • Réputation : 43/29
    • Voir le profil
Chapitre 3!

Les deux chapitres qui vont suivre sont un peu plus descriptif, cela me permet de mettre en place le background dès le début, comme ça je n'aurai plus ce problème par la suite.

Spoiler
Chapitre 3 :

   Ike ouvra les yeux. Le soleil à travers les stores lui arriva dans les yeux. Il soupira et se mit sur le dos. Il tourna la tête et regarda l’heure. Il était à peu près 4h de l’après-midi. Après quelques minutes à tourner dans le lit, il décida de se lever. Il trouvait qu’il faisait chaud. En même temps, il était fin aout. Pour se réveiller, il alla prendre une douche, comme à chaque réveil. Une fois sec et habillé, il descendit l’étage et arriva dans la grande pièce à vivre. Celle-ci était divisée en trois parties, sur la gauche, là où arrivait Ike, se situait le salon, avec la télévision, la console, la table basse et le canapé. Derrière ce dernier se situait une grande table à manger. En face d’Ike et au même niveau de la table, se situait deux grandes fenêtres. Ike se dirigea vers la table. Sur sa droite se situait la cuisine. Il vit sur la table plein de vivres. Il attira toute son attention sur le pad qui était en équilibre sur la baguette de pain. Il prit et le lit :

   « -Salut mon gars, bien dormi ? Je suis en train de faire ma ronde à l’Université. Je serais de retour vers 18h. Ne fait pas de bêtises entre temps. Et si tu as envie, commence à revoir ton programme de maths et de mécanique. Ça sera toujours ça de pris pour l’Académie.
   PS : ne mange pas tout le pain, garde s’en pour ce soir. »

   Ike eut un sourire aux lèvres. Il reposa le pad. L’étudiant eut une idée. Le jeune homme alla allumer la télé, prit un grand plateau dans la cuisine et y plaça dessus la baguette, la pate à tartiner, un couteau ainsi que le couteau du pain, un verre, la bouteille de jus de fruit et sa serviette. Ike alla s’installer devant la télé. Il venait de réussir une mission, il pouvait bien se prendre un jour de congé.

A cette heure-ci, il n’y avait pas grand-chose. Il zappa entre les chaines et opta pour les clips musicaux. Il aimait bien les regarder. Cela lui changeait les idées. La télé diffusait des programmes normaux, les grands flashs sur la fin de la guerre avaient cessé. Ike pensait que cela maintenait les gens dans un rythme qu’ils connaissaient. Et il n’avait pas tort. La télé, tout comme le cinéma et la culture en général, étaient de bon repère pour les gens. Ces derniers avaient perdu beaucoup de choses, pas la peine de leurs rappeler tous les soirs que les villes se reconstruisaient petit à petit, ils le voyaient.

   Ike mangea pas mal de tartine sans s’en rendre compte. En même temps il avait faim. La télé diffusa un clip plutôt sexy avec une Asari. Ike resta bouche bée pendant toute la durée de diffusion. Il n’avait pas bougé. Si bien que la distance entre sa bouche et sa tartine était toujours de vingt centimètres. Lorsque le clip se finit, il revint à la réalité. Je n’ai toujours pas fini ma tartine moi au final… Il y mordu à pleines dents.

   L’étudiant regarda l’heure à la télé : 17h30. Il décida qu’il avait assez trainé. Il alla à la cuisine, fit la vaisselle et rangea tout ce qui était sortit. Il alla ensuite à la fenêtre. De là où il était, il voyait presque tout le devant de la fac.

   Cette dernière était l’Université Scientifique de Toulouse. C’était un immense bâtiment de plusieurs dizaines d’étages au centre du campus. Les murs se rencontraient en des sortes de tours. Ike pensait que c’était une sorte de château fort, quoiqu’en dise Nolan. Le campus avait été rapidement reconstruit. Tout comme la télé, cela avait permit d’occuper les gens et de retrouver des habitudes. Mais dès que l’on sortait du campus, les travaux étaient très présents dans Toulouse. L’entrée du campus menait à un grand jardin fleuri, fierté de l’Université. De part et d’autres se trouvaient des bâtiments moins hauts, de trois étages maximums. Ces derniers étaient des logements d’étudiants et de personnels. Ike se trouvait là, au premier étage du bâtiment de gauche. Les bâtiments derrière l’immense « château » étaient les bâtiments de recherche. Ceux-ci étaient assez nombreux et formaient des sortes de quartiers. Ils n’excédaient pas les deux ou trois étages. Toutes les différentes matières Scientifiques y étaient représentées : Mathématiques, Mécanique, Energétique, Physique, Chimie etc. Il y avait très peu de logements d’étudiants et de personnels car la capacité de la ville allait augmenter. Premièrement, les histoires de transports n’étaient plus un problème. Avec les navettes et le voitures volantes, circuler dans la ville était assez facile, et rapide. Ensuite, le Maire avait décidé de faire beaucoup plus de grands immeubles pour accueillir beaucoup plus de gens.

   La porte de l’appartement s’ouvrit. Nolan rentra. C’était un homme d’une quarantaine d’année. Il avait des cheveux bruns qui lui arrivaient sur les épaules. Il avait un bouc de la même couleur. Le Capitaine avait les yeux verts, comme tout le monde depuis la fin de la guerre. Heureusement depuis, la couleur vive s’était estompé, c’est pour cela que pas mal de gens utilisaient des lentilles pour changer la couleur. Le Capitaine était plus petit qu’Ike, mais faisait quand même plus d’un mètre quatre-vingt. Même sans son armure, il était très musclé. Ceci était assez imposant lorsqu’il se baladait avec Ike dans la rue. L’un était musclé et l’autre, en plus d’être musclé était très grand. Ike détourna son attention de la fenêtre et échangea une poignée de main chaleureuse avec le Capitaine.

   « -Alors cette ronde ? »
   « -Fiou… Ne m’en parle pas, ennuyeuse à mourir. »
   « -En même temps on est en été, il n’y a personne à la fac, à part quelques enseignants-chercheurs. »
   « -Je suis d’accord, mais je dois faire mon boulot. »
   « -Pourquoi tu as accepté ce job s’il ne te plait pas ? »
   « -Ce n’est qu’une couverture facile. Mon vrai boulot est de m’occuper de toi. En tant que membre de Cerberus je me dois de te guider dans le droit chemin. Comment vas-tu au fait ? »
   « -Je vais superbement bien, ce corps à une faculté de régénération extraordinaire. » Répondit Ike en regardant ses mains.
   « -Je sais tu me le répètes à chaque mission. »
   « -Je sais. » Dit l’étudiant avec un sourire.
   « -Bon, il faut qu’on commence à préparer ton départ pour l’Académie Grissom. »
   « -J’ai vraiment besoin d’y aller ?» Demanda Ike avec une moue.
   « -Oui, tu as des pouvoirs biotiques, tu dois apprendre à les contrôler. Et puis, tu auras un nouvel emploi du temps. Ce sera plus facile pour aller en mission. » Répondit le Capitaine.
   « -Ouais… Mais pourquoi ne pas m’y avoir inscrit quand tu m’as trouvé ? »
   « -On s’entendait bien, tu progressait plus facilement avec moi qu’avec n’importe qui d’autre. Je n’ai donc pas jugé utile de t’y inscrire à l’époque. » Expliqua Nolan.
   « -Je vois. »
   « -Bon, je constate que tu n’as pas l’air d’être très motivé pour que je te baratine maintenant, et moi non plus. Tu veux prendre ta fessée à la console ? »Demanda Nolan.
   « -Juste essaye. » Répondit Ike avec un grand sourire.

   Le reste de la semaine passa tranquillement. Nolan expliqua la marche à suivre. Ike devait aller à l’académie comme un étudiant normal. Il ne devait pas montrer qu’il était de Cerberus, surtout là-bas. Nolan lui résuma les quelques dossiers qu’il avait lu sur l’Académie. Cerberus et elle vivaient une grande histoire d’amour, pas la peine d’en rajouter. L’Académie rouvrait cette année. C’était l’occasion pour la direction de changer quelques méthodes de travail. Les emplois du temps avaient subi le plus grand renouvellement. Ils avaient mis en place un système de « vacances ». Ils s’étaient aperçu qu’un étudiant restant enfermé devenait moins productif, et pour certain dangereux. Autant ne pas jouer avec le feu. Ils avaient donc mis en place des semaines de stages et de repos. Nolan expliqua à son pupille que se serait pendant ces semaines qu’ils feraient des missions. Ike ne montra pas son mécontentement.

   Le Capitaine expliqua ensuite le côté « Cerberucien » de la chose. Il expliqua à Ike qu’il devait apprendre à maitriser ses pouvoirs pour être plus fort. Il laissa le choix à Ike de développer lui-même la direction de ses pouvoirs. Il ne voulait pas imposer quelque chose, surtout sur ce plan là. C’était le meilleur moyen pour qu’il régresse. Nolan lui annonça qu’il aurait « une planque » sur la Citadelle. C’était un petit 30m², mais cela ferait l’affaire. C’était surtout pour qu’il soit à proximité de ces missions. Le Capitaine en profita pour lui annoncer qu‘il avait eu une idée pour résoudre son problème de sabre et  de moto. Le véhicule restera à la Citadelle, proche de son appartement, dans un garage. Pour sa lame, Nolan gardait la surprise, mais qu’elle lui sera livré lors de sa prochaine mission.

   Le jour du départ fut arrivé. Ike était en train de faire son sac. Nolan était assis à la table et buvait un café. Il réfléchissait : Bon, Ike est assez intelligent pour réussir à s’intégrer. Je crois en lui, c’est un bon petit. Par chance, il n’a pas de retard mental ou autre. Il a bien quelques difficultés, mais je suis sûr que l’Académie lui fournira tout son aide. Il arrive à maitriser ses pulsions. Je n’ai pas à m’en faire. Tout ce passera pour le mieux. Au pire, il fera comme d’habitude, il m’appellera, D’ailleurs…

   « -Hé Ike ! Tu n’oublieras pas de m’appeler tous les soirs en sortant de cours. » Cria Nolan à travers l’appartement.
   « -Tu es sérieux ? » Répondit Ike, en criant lui aussi.
   « -Non, je plaisante. Tu peux m’appeler quand tu veux, mais évite. Je ne voudrais pas qu’un individu lambda et obscur arrive à découvrir que tu es de Cerberus. » Expliqua-t-il, toujours avec le même volume.
   « -Ok ok. »

   Je ne sais pas s’il a compris, mais de toute façon ce n’est pas un accro de la conversation, conclu Nolan. Ike descendit avec deux grandes valises et un sac à dos. Il avait presque prit toute sa garde-robe. En même temps, elle n’était pas immense. Nolan lui promis que le reste serait expédié à la planque de la Citadelle. Ike eut un petit moment de tristesse. Il allait déménager, et surtout s’éloigner de Nolan. Ce dernier le rassura. Il serait toujours là pour lui, même si des millions de kilomètres les séparaient. Nolan conduit jusqu’à l’Aéroport, où il déposa Ike pour le début de son voyage vers l’Académie.

Fan fictions écrites: After Mass Effect

Tome 1 (Terminée)

Tome 2 (Terminée)

Tome 3 (Terminée)
 

Re : Mass Effect 4: Les Damnés
« Réponse #10 le: 30 mars 2013 à 16:47:05 »
 

sebastien

  • Légion des Damnés de Cerberus
  • Courtier de l'ombre
  • Terroriste Butarien
  • *****
  • 533
    Messages
  • Réputation : 19/11
    • Voir le profil
Eh ben y a de la description en tout je le relirai. Je suis à peine rentrer du travail depuis hier à 3h du matin.
 

Re : Mass Effect 4: Les Damnés
« Réponse #11 le: 30 mars 2013 à 20:24:14 »
 

CrushMisery

  • Aspirant Spectre
  • Terroriste Butarien
  • ***
  • 463
    Messages
  • Réputation : 20/8
    • Voir le profil
Je suis pas convaincu par le fait de voir des butariens sur Terre ^^'

Sinon très intéressant ! Cocorico
Les moissonneurs ont-ils exteminé les dinosaures ? :O

Gt: CRuSh ReaPerZz

La formation N7 ? Primitive, tout comme leurs fusils ..
 

Re : Re : Mass Effect 4: Les Damnés
« Réponse #12 le: 30 mars 2013 à 21:02:31 »
 

NoctisIke

  • Lent & Méthodique
  • Lieutenant Humain N7
  • *****
  • 1020
    Messages
  • Réputation : 43/29
    • Voir le profil
Je suis pas convaincu par le fait de voir des butariens sur Terre ^^'

Sinon très intéressant ! Cocorico

Bah... C'est vrai... Comme je l'ai dis, pourquoi pas mettre un peu d'aliens chez les Humains ?  ;)
Fan fictions écrites: After Mass Effect

Tome 1 (Terminée)

Tome 2 (Terminée)

Tome 3 (Terminée)
 

Re : Mass Effect 4: Les Damnés
« Réponse #13 le: 30 mars 2013 à 21:06:11 »
 

CrushMisery

  • Aspirant Spectre
  • Terroriste Butarien
  • ***
  • 463
    Messages
  • Réputation : 20/8
    • Voir le profil
Oui mais pendant le jeu on comprend qu'ils se sont fait totalement exterminé par les moissonneurs, il en reste que sur la citadelle et sur oméga, donc pour moi comme la citadelle a été attaquée, il n'en reste que sur Oméga, et ceux de là-bas n'ont pas leur place sur Terre ;D
Après c'est un autre débat ^^
Les moissonneurs ont-ils exteminé les dinosaures ? :O

Gt: CRuSh ReaPerZz

La formation N7 ? Primitive, tout comme leurs fusils ..
 

Re: Mass Effect 4: Les Damnés
« Réponse #14 le: 30 mars 2013 à 21:21:19 »
 

NoctisIke

  • Lent & Méthodique
  • Lieutenant Humain N7
  • *****
  • 1020
    Messages
  • Réputation : 43/29
    • Voir le profil
J'avoue avoir fait une faute alors, désolé :) C'est juste que j'avais pas d'idée pour prendre un bandit. De tout façon on s'en fout, il est mort ;D
Fan fictions écrites: After Mass Effect

Tome 1 (Terminée)

Tome 2 (Terminée)

Tome 3 (Terminée)