Bienvenue, Invité. Merci de vous connecter ou de vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session


Extranet - Le 12/09/2021 : Turiens : Mourir pour la Cause
LOKI Fanfiction

Auteur (Lu 3073 fois)

LOKI Fanfiction
« le: 19 octobre 2012 à 15:31:02 »
 

jimmy-le-sniper

  • Actionnaire majoritaire d'Hahne-Kedar
  • Courtier de l'ombre
  • Diplomate Elcor
  • *****
  • 45
    Messages
  • Réputation : 5/1
    • Voir le profil
    • Mon DeviantArt
Bonjour à tous,

Voici une petite fanfiction sans prétention que j'écris sur DeviantArt. Attention, site anglophone oblige, tout est en anglais. Par contre, vu le titre, je vous laisse deviner de quoi ça parle ^^

Chapitre 1 : http://jimmy-le-sniper.deviantart.com/gallery/27744003#/d4x4a19

Chapitre 2 : http://jimmy-le-sniper.deviantart.com/gallery/27744003#/d5fkttk

Voilà et comme disent les anglais, enjoy !
« Modifié: 06 novembre 2012 à 17:21:28 par jimmy-le-sniper »
 

Re : LOKI Fanfiction
« Réponse #1 le: 19 octobre 2012 à 16:28:41 »
 

LeviDiCielo

  • Amateur de velours
  • Probatrice Asari
  • ****
  • 3740
    Messages
  • Réputation : 118/73
    • Voir le profil
Et comme dirais un français, l'as tu en VF ? ;D
 

Re : LOKI Fanfiction
« Réponse #2 le: 19 octobre 2012 à 16:35:35 »
 

Mirlina

  • Promise, You'll Return...
  • Ancien Spectre
  • Foudre Krogan
  • ****
  • 2671
    Messages
  • Réputation : 95/13
    • Voir le profil
    • Chez Florian Gautier
Carrément. Désolé, mais moi et les langues étrangères, ça fait 12 xD
J'ai fait une promesse.(Fiction romancée.)
Projet Phénix (Fiction hors de contrôle.)
Descendance (Fiction libérée.)


Retrouvez moi sur facebook
 

Re : LOKI Fanfiction
« Réponse #3 le: 19 octobre 2012 à 18:22:35 »
 

FTC56

  • Invité
Utilisez un traducteurs, même si il y a quelques incohérences dans le texte avec la trad, vous pigerez la majorité ;)
 

Re : LOKI Fanfiction
« Réponse #4 le: 19 octobre 2012 à 21:43:19 »
 

Gigagun

  • Administrateur
  • Probatrice Asari
  • *****
  • 3495
    Messages
  • Réputation : 158/44
    • Voir le profil
Bon, j'ai apparemment la chance d'avoir un niveau d'Anglais suffisant pour comprendre ;D Après, je comprend pas tous les mots non plus, mais les éléments de l'histoire sont très bien détaillés et j'arrive très vite à comprendre la situation.

En tout cas, c'est très réussi et original, ça change des fictions qui se basent sur les personnages connus, ou organiques, il y a une intrigue dès le début, je me suis vite accroché à l'histoire, tu peux continuer comme ça :)
- Parce que vous espérez encore que cette guerre épargnera votre honneur ?
- En effet.
- Tenez-vous parmi les cendres de milliards de défunts, et demandez aux fantômes si l'honneur compte !
- ...
- Le silence est votre réponse ?
 

Re : LOKI Fanfiction
« Réponse #5 le: 19 octobre 2012 à 21:45:03 »
 

jimmy-le-sniper

  • Actionnaire majoritaire d'Hahne-Kedar
  • Courtier de l'ombre
  • Diplomate Elcor
  • *****
  • 45
    Messages
  • Réputation : 5/1
    • Voir le profil
    • Mon DeviantArt
OK, OK, c'est bon, n'en jetez plus je vais vous mitonner une traduction 100% made in France label rouge xD

Elle risque d'être "moins bonne" que l'originale car j'arrive souvent mieux à m'exprimer en Anglais mais je ferais de mon mieux :)
 

Re : LOKI Fanfiction
« Réponse #6 le: 20 octobre 2012 à 00:15:12 »
 

LeviDiCielo

  • Amateur de velours
  • Probatrice Asari
  • ****
  • 3740
    Messages
  • Réputation : 118/73
    • Voir le profil
En mode Arnaud Montebourg.
 

Re : LOKI Fanfiction
« Réponse #7 le: 20 octobre 2012 à 02:07:07 »
 

jimmy-le-sniper

  • Actionnaire majoritaire d'Hahne-Kedar
  • Courtier de l'ombre
  • Diplomate Elcor
  • *****
  • 45
    Messages
  • Réputation : 5/1
    • Voir le profil
    • Mon DeviantArt
Chapitre 1 :

Je précise que je ne pourrai pas être tenu responsable des mort par perforation oculaire en cas de faute de français trop flagrante. En de pareilles circonstances, veuillez vous adresser à la fondation Sirta. Merci de votre compréhension.

Elle était prisonnière de sombres limbes depuis des jours, des semaines peut-être. Un monde sans lumière, sans bruit, sans vie. Elle ne ressentait aucune douleur ni aucune émotion. Pas de corps mais un esprit, le sien, dont la voix était sa seule compagnie.

Puis une sensation. La douleur. Aiguë. Partout et pourtant nulle part. Elle n'avait duré que quelques secondes, mais quand elle se dissipa, elle commença à ressentir de nouvelles choses, l'une après l'autre. Un corps, membre après membre, aussi engourdi qu'il puisse l'être. La surface dure sur laquelle il reposait. Des sons. Les premiers qui n'étaient pas issus de son esprit, se parlant à lui-même.

Au début, cela ressemblait à une lointaine tempête, mais lentement, tout devint plus clair. Des cris...des alarmes...des explosions...Elle ouvrit les yeux. Sa vision était floue, comme enveloppée dans le brouillard. Puis elle commença à distinguer des formes incertaines. Imposantes, anguleuses, immobiles. Des machines peut-être ? Le sol était fait de dalles blanches, recouvertes de gravats. Que s'était-il passé ?

Soudainement, une autre voix résonna dans sa tête. Une partie de son esprit dont elle n'avait jusqu'alors pas été consciente. Comme une sorte d'instinct de survie qui lui parlait d'un ton froid et autoritaire. Elle lui ordonna de se lever.

Elle se redressa précautionneusement et scruta les alentours. Il faisait sombre et le plafond était caché derrière une épaisse couche de fumée. Des câbles pendant laissait échapper de temps à autre une gerbe d'étincelles, qui éclairait la pièce pour un bref instant. Personne d'autre n'était là. D'où venait ces cris ?

"Nous devons évacuer." lui ordonna la voix. Elle ne pouvait qu'être d'accord. Il ne faisait pas bon s'éterniser dans cet endroit. Elle se dirigea vers la porte et essaya de l'ouvrir. Son holo-affichage vacillait, d'un rouge éclatant, signifiant que la porte était verrouillée et probablement cassée. Cependant, la partie basse de la porte était légèrement ouverte. Elle passa ses mains entre les deux panneaux et tenta de forcer la porte avec son pied. Enfin, le panneau s'abaissa complètement dans un bruit de frottements strident. Elle rampa a travers l'ouverture et regarda autour d'elle. De longs couloirs enfumés, parés de murs de béton sans âme.

Elle n'avait aucune idée d'où elle se trouvait ni où elle devait aller. Du moins, c'est ce qu'elle pensait jusqu’à ce que la voix se manifeste de nouveau, lui indiquant d'avancer droit devant elle. Hésitante au départ, elle céda finalement et suivit ses instincts, traversant le couloir. Sur sa gauche et sa droite, de grandes baies vitrées fracturées donnant sur des salles vides, similaires à celle dont elle venait de s'échapper. Sur un mur, l'inscription "SECTEUR E - Laboratoires de test". Enfin, un peu d'information sur cet étrange endroit. Son environnement lui était inconnu, cependant elle marchait maintenant sans hésitation, passant des portes et empruntant des escaliers comme si elle avait passé sa vie ici. Jusqu’à présent, se fier à ses instincts n'avait pas été une si mauvaise idée.

Elle arriva finalement devant la salle de l'ordinateur central, d'après le panneau sur le mur. Un bruit étouffé lui parvint de derrière la porte devant laquelle elle se tenait. Malheureusement, celle-ci avait été lourdement barricadée avec des bureaux, des caisses, des étagères, enchevêtrés de telle manière qu'il lui était impossible de bouger quoi que ce soit. Cependant, elle vit une baie vitrée défoncée qui semblait mener à cette même pièce. Elle enjamba le cadre avec précaution, des débris craquelant sous ses pieds. Une fois à l'intérieur, elle entendit de nouveau le bruit, plus précisément cette fois. Cela ressemblait à une voix. Peut-être quelqu'un avait-il besoin de son aide ? Alors que son instinct l'encourageait à s'approcher, elle s'avança vers la source du bruit.

Tout à coup, elle vit une silhouette dans la fumée. Des cercles bleus y brillaient pendant que la forme rampait lentement dans sa direction. Elle tenta de reculer mais la voix lui ordonna de rester en place, qu'elle ne courait aucun danger. Elle essaya de distinguer la chose. Quoi que ce soit, cela avançait a grand peine.

"Aargh...Mes jambes...Je ne sens plus...mes...jambes...Quelqu'un ! S'il vous plait...A l'aide !" implora une voix féminine.

Elle sentit une main attraper sa cheville. Quand elle baissa les yeux, elle vit un robot humanoïde blanc, une antenne cassée pendant le long de sa tempe, l'inscription "M1" gravée sur son front et des marques de brûlures partout sur le corps. Il la regarda pendant quelques secondes, sa main tremblant faiblement autour de sa cheville.

"Par pitié...Je ne veux pas mourir..." il fit une pause. "Ce n'était pas ma faute...pas la nôtre...J'ai essayé...J'ai vraiment essayé...mais je n'ai pas pu m'arrêter...Je suis tellement désolée...désolée...désolée..."

Il s'effondra sur le sol, et prononça son ultime phrase d'une voix tremblante :

"Échec système."

Ses anneaux s'éteignirent lentement et sa main relâcha sa cheville.

Elle tomba à genoux, de choc. Elle essaya de secouer le robot, de le réveiller. Peut-être était il seulement évanoui. Peut-être qu'elle...Ses dernières pensées lui firent réaliser : Ce n'était qu'un robot. Aussi réaliste que ce discours mortuaire était, ce n'était qu'une machine, récitant probablement son script de défaillance comme il le devait. D'après l'inscription a demi visible sur son bras, ce robot était un "M1 LOKI". Malgré tout, une sensation de malaise persistait en elle. Elle regarda rapidement autour d'elle et aperçu une bâche trainant par terre. Elle recouvrit le corps sans vie du robot et s'éloigna, essayant de ne pas trop penser à ce qu'elle venait de vivre.

Finalement, elle trouva une carte plus ou moins fonctionnelle accrochée au mur. Apparemment, elle se trouvait dans une sorte de complexe usine-laboratoire. Et sa seule issue se trouvait au-delà des chaines de production.

Elle emprunta un autre escalier menant à sa destination et arrivée à la moitié, elle remarqua quelque chose d'étrange sur le sol. Des trainées de sang. Elle les suivit prudemment et aperçu un homme assis par terre, son dos appuyé au mur. Il portait un genre d'uniforme, mais ce n'était pas un militaire. Il ressemblait plus à un garde de sécurité. Ses mains étaient serrées sur son abdomen tandis qu'il gémissait de douleur. Elle approcha lentement, prête à lui venir en aide. Dès que le garde l'aperçu, il pointa son pistolet sur elle, dans un regard mêlé de peur et de colère. Puis son regard se reporta sur le compteur de balles de son arme, qu'il baissa lentement, sans quitter sa cible du regard.

"Plus qu'une balle...juste une...Et toi...toi..." Il secoua la tête. "Je vais pas la gâcher sur toi, mais tu sais quoi ? Tu m'auras pas non plus." D'un mouvement brusque il posa le canon sur sa tempe et appuya sur la gâchette.

Elle n'eut pas le temps de l'en empêcher ni de fermer les yeux. Elle vit tout, entendit tout, ressenti tout. Elle resta là un moment, les mains à mi-chemin de l'endroit ou l'arme se trouvait une seconde plus tôt. Incapable de bouger, elle finit par rassembler la force qui lui permit d'aller dans la pièce voisine, évitant soigneusement du regard le cadavre.

Elle s'appuya sur un mur, tremblante. Elle était au bord des larmes. Pourquoi avait-il fait ça ? Elle ne voulait que l'aider. Elle ne voulait...Elle n'oublierait jamais le regard de cet homme, juste avant qu'il se tue. Il avait dû traverser un véritable cauchemar. Quelque chose d'horrible s'était produit ici. Après plusieurs minutes à rassembler ses esprits, elle se remit en route vers les lignes de production.

En franchissant les portes criblées de balles, à demi scellées et desquelles s'échappait une fumée noirâtre, elle ne s'attendait guère à apprécier ce qui se trouvait derrière. Elle se trouvait sur une passerelle surplombant les chaines de production, lui donnant une vue imprenable sur ce qui se trouvait en contrebas.

Le chaos. Il n'y avait pas d'autres mots. Des cadavres. Partout. Brûlant des explosions, courbés sur les rampes comme des poupées de chiffon. Des robots. Comme celui qu'elle avait rencontré. Des LOKIs. La même lueur bleue. Des centaines d'entre eux gisaient sur le sol, démembrés. D'autres étaient toujours alimentés, mais en proie à la folie. Certains convulsaient sur le sol pendant que d'autres tombaient à genoux, les mains crispées sur leur tête, criant à l'agonie. Là, d'autres se frappaient la tête contre les murs jusqu’à ce qu'ils explosent tout entier. Enfin, dans un coin qui semblait avoir été épargné par les explosions, elle en vit quelques-uns, pleurant les corps intacts d'employés en blouse blanche qu'ils tenaient dans leur mains tremblantes.

Elle se tenait là, devant cette vision de folie. S'en était trop. Elle couru le long de la passerelle, cherchant une sortie. Elle entendit des robots l'appeler à l'aide en contrebas mais elle ne s'arrêta pas. Quand elle vit la porte de sortie, elle se jeta de toute ses forces contre, ne voulant pas rester une seconde de plus dans cet enfer.

La porte s'ouvrit violemment, lui faisant perdre son équilibre. Elle atterrit sur le côté et roula pour amortir sa chute. Elle resta parfaitement immobile pendant quelques secondes puis elle ouvrit finalement les yeux. Elle était dehors, dans l'herbe. Elle se releva lentement. C'était le matin. Les rayons du soleil perçaient à travers le feuillage des arbres qui la surplombait de toute leur hauteur, éclairés par la lueur orange de l'usine en feu.

Elle suivit le premier chemin qui s'offrit à elle sans se retourner. Elle finit par arriver à une zone d’atterrissage, où un petit vaisseau de transport était amarré. Personne aux alentours, les moteurs étaient complètement froids. Ce transporteur n'avait pas été utilisé depuis des jours. Et la catastrophe qu'elle venait de traverser avait l'air récente. Il était probable que le propriétaire de ce vaisseau aie péri à l'intérieur de l'usine. Même si ça n'était pas le cas, elle enverrait des secours ici dès que l'occasion se présenterait. Elle monta à bord et s'assit dans le siège du pilote. Elle ne s'y connaissait que trop peu en matière de vaisseaux mais elle réussi tout de même à programmer l'unité de navigation vers sa dernière destination connue. Le pilote automatique annonça :

"Décollage en cours...Départ de : Complexe Hahne-Kedar, planète Capek. Destination : Citadelle, espace Concilien. Pilotage automatique activé."

Une fois le vaisseau hors de l'atmosphère, elle soupira et s'enfonça dans le siège. Elle ferma les yeux et passa ses mains le long de sa tête. Elle sentit quelque-chose d'étrange. Quelque-chose de droit et rigide, partant de sa tempe comme...comme une antenne. Elle ouvrit les yeux et regarda son reflet pour la première fois dans la vitre du cockpit. Sur son front l'inscription "M2". Elle était l'un des leurs. Elle était un LOKI.
« Modifié: 02 novembre 2012 à 14:41:10 par jimmy-le-sniper »
 

Re : LOKI Fanfiction
« Réponse #8 le: 12 novembre 2012 à 19:35:28 »
 

FTC56

  • Invité
J'viens de voir que je n'avais pas lu ta fic !
Franchement, j'accroche, l'histoire donne envie de connaître la suite, et est super étrange et prenante !
 

Re : LOKI Fanfiction
« Réponse #9 le: 12 novembre 2012 à 21:03:14 »
 

batsu

  • Scientifique Galarien
  • *****
  • 78
    Messages
  • Réputation : 3/0
    • Voir le profil
trés sympa!!! LA SUIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIITE stp!!! ^^
 

Re : LOKI Fanfiction
« Réponse #10 le: 19 novembre 2012 à 04:19:05 »
 

jimmy-le-sniper

  • Actionnaire majoritaire d'Hahne-Kedar
  • Courtier de l'ombre
  • Diplomate Elcor
  • *****
  • 45
    Messages
  • Réputation : 5/1
    • Voir le profil
    • Mon DeviantArt
Chapitre 2 : [Non-relu, protection oculaire requise en attendant une correction orthographique digne de ce nom. Pour toute plainte : 1-800-SIRTA ou complaints@sirta.ctdl]

Elle se redressa, fixant son reflet. Elle regarda ses mains, qui elles aussi étaient robotiques. Son corps tout entier...Elle était un robot. Pourquoi n'avait-elle pas remarqué avant ? Elle avait pourtant vu ses mains plusieurs fois dans l'usine mais n'y avait pourtant pas prêté attention. Comment était-ce possible ? Pourquoi ?

"Calme toi. Immédiatement."

La voix qui l'avait guidée avait choisi ce moment précis pour revenir.

"Tout ceci est parfaitement normal. Tu es une unité LOKI M2, propriété physique et intellectuelle d'Hahne-Kedar."

"Qui êtes vous ?"

"Puce IV RTX-45. Restriction du jugement autonome."

"Restriction...du jugement ?"

"Pour assurer la capacité de survie de cette unité et l'exécution des ordres prioritaires en supprimant tout comportement irrationnel ou rebelle."

Elle s'assit, la tête entre ses mains, essayant de faire le point sur la situation.
Elle était une machine, partiellement contrôlée par un genre de puce. Elle venait de s'échapper d'une usine en feu où elle avait vu des centaines de robots identiques à elle agoniser, entourés de cadavres calcinés dont elle soupçonnait qu'ils étaient autrefois des employés. Un garde s'était fait sauter la cervelle dès qu'il l'avait vu. Elle se rappelait vaguement de ce qu'avait dit le pilote automatique avant le décollage. L'usine appartenait à Hahne-Kedar. Ce nom ne lui disait à priori rien. D'après son IV, elle était également la propriété de cette entreprise. Ce concept la mettait mal à l'aise. Également d'après le pilote automatique, elle était en route vers la Citadelle. Ce nom en revanche lui disait bel et bien quelque chose. Elle avait dû s'y rendre auparavant, mais elle n'avait que très peu de souvenirs de l'aspect de l'endroit.

Elle se releva et visita le vaisseau. Il était vide, comme elle s'y attendait. Elle passa à côté d'une porte faite de verre où elle pu voir son reflet tout entier. Elle se tourna pour l'examiner de plus près. Son dos, sa poitrine, ses bras, ses jambes et sa tête étaient recouvert par une matière plastique brillante et parfaitement blanche. Ses articulations étaient simplement noires et métalliques. Maintenant qu'elle y pensait, si elle était un robot, pourquoi se percevait elle comme une femme comme si s'était une évidence ? Elle pivota sur elle-même. Elle avait l'air plutôt féminine pour une machine. Relativement grande, peu de formes anguleuses...Elle s'approcha de la porte, en regardant son visage sans émotions. Deux capteurs optiques lui rendirent son regard d'une lueur bleutée. Elle entra dans la pièce qui était apparemment un genre de salle de détente pour l'équipage. Elle se trouva face à une grande baie vitrée donnant sur l'espace, avec une banquette installée devant pour avoir la meilleure vue.

"Est-ce que je peux me reposer ou est-ce que ça compromet ma capacité de survie ou mes ordres ?" pensa-t elle, agacée.

"Aucune objection." répondit son I.V.

Elle s'allongea sur le canapé, regardant fixement l'espace infini. Peu après, le pilote automatique annonça : "Temps de trajet estimé vers Citadelle : 10 heures 30 minutes."

Elle se recroquevilla et ferma les yeux.

----------

Son service touchait presque à sa fin. Elle avait travaillé pendant presque 10 heures d'affilée. Cela n'était pas beaucoup pour le Turien moyen,  mais être un coordinateur du trafic aérien à la Citadelle était une tâche mentalement épuisante. Elle devait être concentrée en permanence, gérer les autorisations d’atterrissage de plusieurs vaisseaux simultanément, tout en gardant un œil sur d'éventuels vaisseaux suspects. Ces derniers n'étaient pas légion, fort heureusement. Elle regarda l'horloge dans le coin de son écran. Seulement 5 minutes la séparait d'un bain chaud suivi d'une bonne nuit de sommeil. Alors qu'elle transférait progressivement le trafic entrant à ses collègues opérateurs, un point rouge apparu sur sa carte aérienne. Un vaisseau venait d'entrer en zone orange sans autorisation.

L'espace aérien de la Citadelle était divisé en trois zones. La première et la plus grande, appelée zone verte était celle où commençait officiellement l'autorité juridique de la station. La plupart des vaisseaux établissaient le contact radio avec la tour de contrôle en entrant dans cette zone. Ils devaient rester dans cette zone le temps que leur identité et autorisation soient confirmés. Ensuite, ils recevaient la confirmation de passage en zone orange où ils se dirigeaient vers leur baie d'amarrage. Une fois leur vecteur d'approche confirmé par la tour de contrôle, les vaisseaux étaient admis en zone rouge où ils s'approchaient à vitesse réduite et s'amarraient à la Citadelle. Si une action suspecte se produisait en zone orange, une escorte était déployée. En zone rouge, le vaisseau était immédiatement abattu s'il présentait une menace sérieuse. Celui-ci avait simplement du oublier d'ouvrir un canal de communication.

La Turienne appuya sur un bouton de son casque.

"Tour de contrôle au SSV Nouvel Espoir, vous me recevez ?"

Elle attendit quelques secondes. Du bruit et des parasites furent sa seule réponse.

"Je répète. Tour de contrôle Citadelle à SSV Nouvel Espoir, répondez."

Toujours aucune réponse.

"Attention Nouvel Espoir. Vous venez d'entrer en zone orange sans autorisation. Répondez s'il-vous-plait."

Une fois encore, personne ne répondit.

"Dernier avertissement conventionnel. Identifiez-vous immédiatement ou une escorte sera déployée."

Après quelques instants, l'opératrice Turienne appuya sur un bouton de son clavier.

"Patrouille d'escorte 22 ? Nous avons un vaisseau non autorisé en zone orange. Nom : SSV Nouvel Espoir, j'envoie les coordonnées. Interceptez et escortez vers zone d'arrimage sécurisée. A vous."

La voix d'un Turien répondit quelques secondes plus tard.

"Bien reçu, contrôle. On s'en occupe. Terminé."

Peu importe si son service venait de prendre fin, elle devait rester jusqu'à ce que tous les incidents sous sa responsabilité soient résolus. Elle soupira, frottant ses yeux et se préparant pour une demi-heure de travail supplémentaire.

----------

Tandis que la patrouille s'approchait de sa cible, l'officier Turien regarda par la fenêtre du cockpit. Un petit vaisseau pour le transport de personnel. De fabrication humaine, aucun doute là-dessus. Il se pencha par dessus le siège du pilote.

"Alors, qu'allons-nous trouver là-dedans ?"

"Probablement rien, Monsieur. Les scans n'indiquent aucune trace de vie à bord."

"Attaque pirate ?"

Le pilote secoua la tête. "Peu probable Monsieur. La coque est intacte. Aucune trace d'amarrage forcé."

"Étrange...En tout cas, quoi qu'il y aie ou n'y aie pas là-dedans, c'est aux équipes au sol de s'en charger maintenant."

Les systèmes du vaisseau patrouille prirent les commandes du Nouvel Espoir et le détournèrent vers une baie d'amarrage blindée, ou les équipes d'interventions se tenaient prêtes. Une fois le vaisseau verrouillé en place et sa porte ouverte, quatre Turiens en armure lourde entrèrent. Ils vérifièrent chaque pièce avec précautions, leurs armes au poing. Ils finirent par arriver devant une porte de verre. L'un des soldats leva son bras en l'air.

"Du mouvement à l'intérieur, en attente."

Ils vérifièrent leur affichage tactique et virent qu'en effet, quelque chose se rapprochait de la porte. Ils mirent le centre de la porte en joue, se tenant prêt à accueillir ce qui sortirait de cette pièce, ami ou ennemi. Soudainement, la porte s'ouvrit et un mécha LOKI apparu. Quand il vit les quatre fusils d'assaut pointés sur lui, il mit immédiatement ses mains derrière sa tête.

"OK, tout le monde, on se détend. C'est juste un LOKI. Il pourra même nous être utile." dit le chef d'équipe. "Qu'est-il arrivé à l'équipage ?"

Elle ne répondit pas, se contentant de regarder l'officier, ses mains toujours derrière sa tête. Elle essaya de parler, mais aucun son ne voulait sortir. Était-elle muette de surcroît ? Ce n'était vraiment pas le moment d'être timide. Elle aurait bien essayer de communiquer par gestes, mais elle avait trop peur de bouger avec ces quatre fusils braqués sur elle. Elle attendit. Un autre soldat finit par prendre la parole :

"Chef, regardez ses lumières. Elles sont bleues, c'est pas normal. Elles sont seulement bleues quand ils sont..."

Les quatre soldats reculèrent, tout en conservant leur visée.

"Quand ils sont à deux doigts d'exploser." Fini calmement l'officier Turien. "Robot, es-tu en cours d'auto-destruction ?"

Elle fit vigoureusement non de la tête.

"Très bien...On dirait qu'il n'arrive pas à parler, mais il n'a pas l'air endommagé. Dell, bricole moi ça et rend lui sa voix."

Elle vit un autre Turien acquiescer puis allumer son Omni-Tech. Elle entendit son IV annoncer :

"Redémarrage de l'ATH et recalibration des systèmes..."

Soudainement, des centaines, des milliers de lignes de code défilèrent devant ses yeux et une interface apparue.

Le Turien pris un air perplexe.

"Hmm...Toujours bleu. Peut-être que l'ancien proprio n'aimait pas le rouge...Il devrait marcher maintenant."

"Bien." repris l'officier. "Maintenant, dis nous ce qui s'est passé. Montre-nous les dix dernières entrées de tes logs de sécurité."

"Je...je suis désolée mais...je ne sais pas comment..."

S'était la première fois qu'elle entendait sa véritable voix. Bien que celle-ci avait un ton clairement robotique, elle était loin d'être la voix classique et monotone que l'on attendait d'un robot. La sienne était hésitante et légèrement tremblante sous l'effet de la peur.

"Dell, désactive toutes les modifs de ce truc. Les LOKIs ne parlent pas comme ça normalement."

"Tout de suite chef..." Le soldat regarda de plus près l'écran de son Omni-Tech avant d'adresser un regard incrédule à son officier."Il n'y en a pas, Monsieur. Tous les réglages sont par défaut.

Les autres soldats, qui avaient progressivement baissé leurs armes remirent la tête du robot dans leur mire.

"S'il vous plait ! Vous devez envoyer de l'aide sur Capek, à l'usine de robot. Il y a eu un acci..."

"Bon, j'en ai assez, on l’emmène avec nous." coupa l'officier.

"Mais ? Pourquoi ?" demanda-t elle, reculant d'un pas.

L'officier paru légèrement décontenancé par son comportement "Écoutez. Je ne sais pas ce que vous êtes, mais vous êtes sur la Citadelle. Ici, les robots sont étroitement surveillés et le moindre truc suspect avec une machine rend tout le monde nerveux. Ce que j'ai en face de moi, c'est un robot qui refuse d'obéir à un ordre direct et..."

"Mais je vous l'ai dit, je ne sais pas comment accéder à ces logs ! S'il vous plaît ! Je viens de m'échapper de cet enfer sur Capek. Il y a peut être des surviv..."

"Désactive ! Maintenant ! Ordre direct et dernier avertissement !" cria l'officier, visiblement perturbé par ses supplications.

Elle regarda tour à tour les soldats. Un message rouge apparu sur son interface que son IV lu d'une voix monotone.

[MENACE CRITIQUE. DÉBUT DU PROTOCOLE D'ÉVASION]

[SURCHARGE] s'afficha brièvement devant ses yeux, alors qu'elle serra ses poings où se formèrent deux orbes électriques, qui projetèrent des éclairs alentours. Les lumières s'éteignirent et les armes des soldats surchauffèrent, produisant un son d'alerte. Elle n'avait aucune idée de comment elle avait fait ça, comme si elle avait perdu le contrôle de son corps.

"Je suis désolée ! Je ne voulais pas faire ça ! Je..."

Les soldats furent étourdis pendant quelques secondes, puis le chef d'équipe la saisit par le poignet. Étant un robot, ses membres avaient plus de degrés de liberté que les organiques. Aussi, après quelques secondes, c'est elle qui maintenait fermement l'officier en place, une fois de plus contre sa volonté.

[NEUTRALISER]

Elle sauta dans les airs et par dessus l'officier, prenant appui sur ses épaules. Alors qu'elle allait toucher le sol, elle utilisa ses jambes pour frapper le Turien dans le dos, le projetant à travers la porte de verre avant qu'elle ne se retrouve agilement sur ses pieds après une roulade. Elle couru aussi vite que possible le long des couloirs du vaisseau, essayant d'ignorer les soldats hurlants derrière elle. A l'évidence, elle ne pouvait plus faire marche arrière maintenant.

Un des soldats attrapa sa radio d'épaule : "11-99. Je répète, on à un 11-99 ! Androïde rebelle à la station d'amarrage sécurisée. Chef d'équipe hors combat !"

Elle sortit du vaisseau pour se rendre compte que des dizaines d'autres soldats courraient vers elle. Quelques uns se mettaient déjà en position de tir, mais avant que leurs balles ne puisse l'atteindre, elle sauta sur le toit du vaisseau. Elle couru le long de la coque, esquivant les projectiles du mieux qu'elle pouvait, puis elle remarqua les bras d'amarrage, qui maintenaient le vaisseau en place. Ils étaient fixés en hauteur et atteignaient les plateformes de maintenance, son échappatoire.

Elle grimpa sur l'un d'eux, devenant une cible facile. La plupart des soldats étaient maintenant à portée de tir et ils faisaient s'abattre sur elle une véritable pluie de tirs d'énergie. Il arriverait un moment où elle ne pourrais plus tous les esquiver.

[BOUCLIERS]

Soudainement, une sphère bleue l'entoura, déviant ainsi les tirs ennemis. Sa puce devait l'avoir activé et sûrement à raison. Lorsqu'elle atteignit les plateformes de maintenance elle se dirigea immédiatement vers la porte la plus proche, se préparant à en toucher le panneau central pour l'ouvrir.

[PIRATAGE]

La porte s'ouvrit toute seule, se refermant immédiatement après son passage. Elle en traversa des dizaines d'autres et ne s'arrêta que lorsqu'elle fut sure qu'elle avait semé ses poursuivants.

"Protocole d'évasion terminé avec succès." commenta son I.V.
« Modifié: 20 novembre 2012 à 14:24:24 par jimmy-le-sniper »
 

Re : LOKI Fanfiction
« Réponse #11 le: 24 novembre 2012 à 14:58:08 »
 

FTC56

  • Invité
Hâte de lire la suite, vivement le prochain chapitre !