Bienvenue, Invité. Merci de vous connecter ou de vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session


Extranet - Le 27/09/2020 : Le remaster de la trilogie Mass Effect serait repoussé à 2021 et aurait un nom
Mass Effect 3: Les pieds sur Terre [Terminé]

Auteur (Lu 14791 fois)

Mass Effect 3: Les pieds sur Terre [Terminé]
« le: 05 février 2013 à 00:07:52 »
 

NoctisIke

  • Lent & Méthodique
  • Lieutenant Humain N7
  • *****
  • 1020
    Messages
  • Réputation : 43/29
    • Voir le profil
Bonjour à tous!! Cette fois j'ai eu une idée qui sert de "préquelle" à la première Fanfiction que j'écris. Je précise que celle qui va suivre est en français donc pas de panique pour ceux qui ne maîtrise pas l'anglais. Prenez la comme une histoire pendant Mass Effect 3 :). Voici le premier chapitre qui se passe d'explication.

Pour plus de clarté, les messages contenant les chapitres sont en violet.

Spoiler
Chapitre 1 :

6 Mars 2186…

L’après-midi venait de commencer, la petite ville de Migel retrouvait son calme. Les gens retournaient travailler, d’autre partaient. Quelques groupes de retraités restaient à l’unique bar de la ville à jouer aux cartes. Migel était une des rares villes à encore être rurale. Vu qu'elle était assez reculée de Nuremberg, les navettes se faisaient rares. Du coup, lorsqu'une navette arrivait, les gens regardaient qui arrivait. Cette fois-ci, la navette déposa qu'un seul habitant, c’était le jeune Zéphyr. Tout juste âgé de 19 ans, il rentrait de la faculté, car il n’avait pas cours cette après-midi là. C’était un homme de moyenne taille, blond, dont les cheveux lui arrivaient jusqu'à la moitié de la joue mais il détestait les avoir devant le visage. Zéphyr rentrait chez ses parents, une petite maison à l’extérieur de la ville car ses parents étaient fermiers. L’adolescent au blouson de cuir rouge n’était pas de bonne humeur, il venait de se disputer avec un de ses amis à la fac. Il rentra dans la maison, posa son sac et pris un verre d’une boisson gazeuse qu'il raffolait et alla s’asseoir à la table de dehors pour dessiner. C’était un de ses passe-temps favori. Il resta à dessiner jusqu'au retour de sa mère et de son père avec le tracteur. Sa mère l’embrassa et son père claqua la main qu'il présentait. Sa mère rentra dans la maison et dit :

« Zéphyr, tu n’as pas sortit les poubelles, c’est ton tour. »

Il soupira et se leva. Il prit les deux sacs et commença à fouler le long chemin qui menait à la route et aux conteneurs. En chemin il croisa sa petite sœur qui rentrait de l’école. Il la salua et salua la voisine pour l’avoir ramené. La petite courue jusqu'à la maison. Zéphyr arriva enfin aux conteneurs. Il jeta les poubelles et se frotta les mains.

Tout à coup, il vit une grosse masse qui atterrissait non loin de sa maison. Cette chose était énorme. Elle était entièrement noire. Zéphyr comprenait le danger qu'elle représentait lorsqu'elle tira un rayon laser qui brûla et explosa tout ce qui se trouvait sur son passage. Il couru à toute allure jusqu'à la maison mais trop tard, un rayon partait déjà de cette chose et se dirigeait droit sur la maison. Il hurla à sa famille de sortir mais il se retrouva impuissant face à la puissance du rayon et le cri strident qu'elle dégageait. Il se jeta dans le fossé pour éviter le tir. Lorsqu'il se releva, il vit que les champs commençaient à brûler. Il couru vers la maison, les yeux remplis de larmes. Il bougea quelques débris et trouva son père, mort sur le coup. Cette première vision d’horreur lui fit régurgiter sa boisson. Il se ressaisit et trouva sa mère grièvement blessé.

« -Maman ! » Cria Zéphyr.
« -Mon fils… Sauve-toi… » Elle cracha du sang.
« -Pas sans toi ! »
« -C’est trop tard… Mon fils, je t’aime. »

Elle cracha encore du sang. Zéphyr la prit dans ses bras. Elle s’éteignit doucement dans ses bras. L’étudiant pris une grande inspiration et hurla de toutes ses forces. Ses cris étaient mêlés de larmes.

« -Grand frère… »

Il se releva et suivit la direction du gémissement. Il trouva sa sœur sous des gravas. Elle avait l’air presque indemne. Elle ne devait pas se trouver dans la maison ou sur la trajectoire du tir lorsque ce fût arriver. Zéphyr dégagea les ruines et la prit dans ses bras.

« -Où est maman ? » Elle sanglota.
« -Elle est… partit rejoindre les étoiles. »
« -Non, je ne te crois pas tu mens !! Tu es méchant ! »

Elle le frappa. Zéphyr ne se débâtit pas, il comprenait sa douleur. Il entendit des craquements, lui faisant comprendre qu'il devait vite sortir avant que la maison s’écroule. Il prit sa sœur dans ses bras et la força contre son gré à sortir. La soulevant, elle vit ses parents étendus sur le sol. Cette vision lui arracha un cri de douleur. Il la déposa derrière l’arbre devant ce qui reste de la maison. Tout autour d’eux était en train de brûler.

« -Je veux rester avec eux, ils vont se réveiller. » Dit la petite fille de 5 ans.
« -Je sais que c’est dur Isabella mais on ne peut pas. »
« -Pourquoi ? »
« -Tu vois la grosse machine noire, elle risque de te faire mal si on reste la, je dois te protéger, tu comprends ?»

Zéphyr entendit des grognements. Des bêtes sauvages ne les attaqueraient pas, elles seraient trop occupées à fuir. Pendant un instant il cru reconnaître des bruits de zombies dû à son expérience sur les jeux vidéos mais ce ne sont que des jeux vidéos, les zombies n’existent pas. Il se releva et vit des choses humanoïdes courir vers eux. Toutes ses visions de jeux vidéo d’horreur défilèrent devant ses yeux.

« - écoute-moi Isa, ferme tes yeux et ne les rouvre que quand je te le dirai. »
« -D’accord. »

Zéphyr prit la fillette de cinq ans dans ses bras et courut à toute allure. Il ne savait pas où aller. Il voyait bien que la grosse machine s’attaquait à la ville. Il couru le long de la route à plein poumon espérant ne pas croiser un monstre mais croiser une connaissance. Tout à coup, une voiture s’arrêta à sa hauteur. Le chauffeur lui cria quelque chose. Il déposa sa sœur derrière et monte à côté d’elle. Lorsqu'il ferma la porte la voiture accéléra fortement, plaquant Zéphyr contre le siège. C’est lorsqu'il entendit le conducteur lui crier quelque chose qu'il reconnu le visage d’un Turien. Il se rendit compte qu'il avait presque couru 1 kilomètre depuis sa maison. Il s’accorda un petit temps pour se détendre.

EDIT MAJEUR: Cette fiction a été réédité depuis. Je vous donne le lien pour pouvoir la lire au calme au format pdf

EDIT MAJEUR x2: Nouvelle édition Cette fan fiction s'inclue dans la sage After Mass Effect écrite par mes soins.

lien: Tome 1: Les Pieds sur Terre
« Modifié: 09 mai 2015 à 15:04:37 par NoctisIke »
Fan fictions écrites: After Mass Effect

Tome 1 (Terminée)

Tome 2 (Terminée)

Tome 3 (Terminée)
 

Re : Mass Effect 3: Les pieds sur Terre
« Réponse #1 le: 05 février 2013 à 11:37:15 »
 

sebastien

  • Légion des Damnés de Cerberus
  • Courtier de l'ombre
  • Terroriste Butarien
  • *****
  • 533
    Messages
  • Réputation : 19/11
    • Voir le profil
Pas mal y a du talent bravo
 

Re : Mass Effect 3: Les pieds sur Terre
« Réponse #2 le: 05 février 2013 à 12:46:30 »
 

NoctisIke

  • Lent & Méthodique
  • Lieutenant Humain N7
  • *****
  • 1020
    Messages
  • Réputation : 43/29
    • Voir le profil
Merci, ça m'encourage à continuer et à donner le meilleur sur cette fic.
Fan fictions écrites: After Mass Effect

Tome 1 (Terminée)

Tome 2 (Terminée)

Tome 3 (Terminée)
 

Re : Mass Effect 3: Les pieds sur Terre
« Réponse #3 le: 05 février 2013 à 14:21:55 »
 

L1GHT N7

  • Radical Dreamer
  • Probatrice Asari
  • ****
  • 3545
    Messages
  • Réputation : 159/43
    • Voir le profil
Pas mal du tout. Pour une fois que c'est pas une fan fic qui tourne autour de Shepard ou de ses compagnons !!  :D
J'attend la suite avec impatience  ;D
Des chefs de guerre, il y en a de toutes sortes. Des bons, des mauvais, des pleines cagettes il y en a. Mais une fois de temps en temps, il en sort un. Exceptionnel. Un héros. Une légende. Des chefs comme ça, il y en a presque jamais. Mais tu sais ce qu'ils ont tous en commun ? Tu sais ce que c'est, leur pouvoir secret ? Ils ne se battent que pour la dignité des faibles.

Nul n'est plus esclave que celui qui se croit libre sans l'être

We find TRUTH in the bliss of SLEEP
 

Re : Mass Effect 3: Les pieds sur Terre
« Réponse #4 le: 05 février 2013 à 19:42:22 »
 

NoctisIke

  • Lent & Méthodique
  • Lieutenant Humain N7
  • *****
  • 1020
    Messages
  • Réputation : 43/29
    • Voir le profil
Chapitre 2 tout chaud tout frais :)

Spoiler
Chapitre 2 :

La voiture continua de rouler sur plusieurs kilomètres, Isabella s’était endormie. Zéphyr n’avait pas dit un mot depuis le départ précipité. Plusieurs émotions se mélangeaient dans la tête de Zéphyr. Il était triste, inquiet et à la fois surpris. C’était la première fois qu'il voyait un Turien. La question qui s’imposait était qu'est-ce qu'un Turien faisait à Migel. Le Turien ne pressait pas Zéphyr à parler non plus. Pour se changer les idées, ou pas d’ailleurs, il regarda par la fenêtre. De plus en plus de machines tombaient du ciel, tout brûlait, explosait, criait, hurlait. Il retourna la tête dans la voiture. L’étudiant décida enfin à parler.

« -Qui es-tu ? »
« -kalaram tachacata, muladana… »
« -Génial, j’ai pas de traducteur. Euh… Well, I switch on the radio. »
« -harach’ ta. » (Zéphyr alluma la radio)
« -Les moissonneurs sont arrivées sur T… Cachez-vous… » (La radio grésilla puis s’éteignit. Zéphyr soupira.)

Zéphyr déduisit que les machines noires s’appelaient les moissonneurs. Devant son impuissance face à la puissance de ces machines, Zéphyr se cala dans son siège. Il jeta un coup d’œil à Isabella. Il déposa son blouson sur elle, tel un bon frère.

La voiture arriva aux alentours de Nuremberg. Beaucoup de Moissonneurs se trouvaient aux alentours. Le Turien s’arrêta. Zéphyr voulaient lui demander pourquoi mais il ravala sa question, se heurtant à la barrière linguistique. Zéphyr réveilla sa sœur et ils sortirent de la voiture. Le Turien se dirigea instinctivement vers un ancien bunker Allemand de la guerre 1945. L’étudiant suivit le Turien à travers les obscurs couloirs. Ils arrivèrent dans une pièce sombre. Seul deux fenêtres de quelques centimètres éclairaient la salle. Dans celle-ci, il y avait quelques humains assis par terre, de tout âge. Un d’eux se releva et salua le Turien.

« -Tu as trouvé des survivant à ce que je vois. » Dit l’homme en blouse blanche. (Le Turien hocha la tête)
« -Je me présente, je suis Tarik, médecin. »
« -Zéphyr, et voila ma sœur Isabella. Vous avez dit que vous étiez médecin, vous pouvez voir si elle va bien ?»
« -Bien sur. »

Le médecin et Isabella se dirigèrent dans une autre pièce. Zéphyr en profita pour scruter les gens dans la salle. Il y en avait de tout âge, mais pas de famille. IL y avait des hommes d’une trentaine d’année en majorité mais Zéphyr aperçu une ou deux personnes lui semblant être à la retraite. Il n’y avait qu'un seul autre jeune que lui. Il avait l’air tous plus ou moins indemne. Après des présentations sommaires, le groupe voulu savoir qu'est ce qu'ils allaient faire de leurs prochaine vingt-quatre heure. Enfin, de leurs rares moments de liberté et de vies.

« -Nous devons rester ici planqué. » Dit un homme.
« -Ouais jusqu'à ce qui nous trouve et qui nous réduisent en bouillie. »  répondit un autre homme.
« -Il a raison, on doit se tirer d’ici. »
« - Ce qu'on a besoin c’est d’armes, d’explosifs, d’une frappe orbitale. » Dit le jeune.
« - Hey mec, on n’est pas dans Call of, on ne trouve pas des armes par terre. » Zéphyr intervint.
« -Les jeunes ont raison, on ne peut pas se défendre mais on peut essayer de trouver un camp militaire, ils doivent surement savoir quoi faire. »
« -Savoir quoi faire ? Vous vous foutez de moi !! Ils sont en train de se faire exploser, voila ce qu'ils sont en train de faire. »  Zéphyr haussa le ton.
« -Alors qu'est-ce qu'on fait monsieur je-sais-tout ? » Répondit un homme.
«-Nous devons trouver une place forte sécurisé, peut importe quoi, structure militaire ou pas. » L’étudiant expliqua.
« -Oh Le Turien, tu nous fais partager ton avis ? »
« -T’es con ou quoi ? Je te rappelle qu'on n’a pas de traducteur, on ne comprend pas ce qu'il dit. » (Le médecin revint avec Isabella, qui alla prendre la main de son frère.)
« -Du calme les jeunes. J’en ai un. » Dit l’homme mûr en blouse blanche.
« -Je pense que Zéphyr a le plus raison, Dit le Turien, (Le médecin traduisait tout ce qu'il disait) on doit se cacher mais pas ici, cette endroit est trop fragile, la structure de se bâtiment ne résistera pas à un tir de moissonneur, et puis on est trop exposé. Les Zombies savent ramper. » (La discussion fut ponctué d’une explosion et d’un bruit caractéristique d’un tir de moissonneur.)
« -Comment tu sais tout ça Le Turien ? »
« -Je suis au SSC, je travaille, du moins, je travaillais pour la protection des scientifiques à Nuremberg. J’ai eu un peut d’information avant que tout soit coupé. »
« -Bon on fait quoi ? » Dit le deuxième jeune.
« -On attend la nuit et on se barre. » Dit un homme.
« -C’est pas une bonne idée. Si ce que dit monsieur le Turien est vrai, alors il faut qu'on bouge en plein jour… » Zéphyr commença.
« -Ouais pour qu'ils nous crament comme des saucisses. » Quelqu'un le coupa.
« -laissez le finir, tout le monde à le droit d’exprimer son idée. On doit se respecter, la cohésion doit être primordial dans ce genre de situation » Intervint le médecin. (un nouveau tremblement se fit entendre)
« -Merci, je disais, si ceux sont des zombies alors ils voient aussi bien de jour comme de nuit. Nous devons donc privilégier les déplacements de jour pour que NOUS on voit. »
« -Et tu bases cette théorie sur quel fondement ? »
« -Euh… Jeux vidéo. » Il risqua, sachant pertinemment qu'il venait de perdre tout crédibilité.
« -Connerie. »
« -Le blâme pas, il essaye de trouver une solution. La deuxième partie à du sens. On n’a aucuns moyens de savoir si les zombies voient aussi bien en plein jour qu'en pleine nuit et je n’irai pas vérifier. Mais si on peut éviter de se perdre ou de se retrouver piégé parce qu'on y voit rien, je préfère bouger en plein jour. » Expliqua le Turien.
« -Je propose un vote, Dit Frédéric, l’homme qui s’opposait aux théories de Zéphyr, ceux qui sont pour qu'on bouge en pleine nuit se mettent à droite, les autres à gauche, (Zéphyr et sa sœur, le Turien, le médecin et le deuxième jeune allèrent à gauche. Tous les autres, soit une dizaine allèrent de l’autre côté.), c’est décidé, on bouge cette nuit. » (Zéphyr et le Turien soupirèrent)
« Modifié: 16 mars 2013 à 19:19:33 par NoctisIke »
Fan fictions écrites: After Mass Effect

Tome 1 (Terminée)

Tome 2 (Terminée)

Tome 3 (Terminée)
 

Re : Mass Effect 3: Les pieds sur Terre
« Réponse #5 le: 05 février 2013 à 21:03:22 »
 

L1GHT N7

  • Radical Dreamer
  • Probatrice Asari
  • ****
  • 3545
    Messages
  • Réputation : 159/43
    • Voir le profil
Citer
« - Hey mec, on n’est pas dans Call of, on ne trouve pas des armes par terre. » Zéphyr intervint.
Plus de 170 ans après, des millions de joueurs se foutront sur la gueule sur Call of..  ;D

Citer
« -Je suis au SSC, je travaille, du moins, je travaillais pour la protection des scientifiques à Nuremberg. J’ai eu un peut d’information avant que tout soit coupé. »
J'comprend pas. Qu'est-ce qu'un agent du SSC (donc de la Citadelle) vient foutre en Allemagne ?  ;D
Des chefs de guerre, il y en a de toutes sortes. Des bons, des mauvais, des pleines cagettes il y en a. Mais une fois de temps en temps, il en sort un. Exceptionnel. Un héros. Une légende. Des chefs comme ça, il y en a presque jamais. Mais tu sais ce qu'ils ont tous en commun ? Tu sais ce que c'est, leur pouvoir secret ? Ils ne se battent que pour la dignité des faibles.

Nul n'est plus esclave que celui qui se croit libre sans l'être

We find TRUTH in the bliss of SLEEP
 

Re : Mass Effect 3: Les pieds sur Terre
« Réponse #6 le: 05 février 2013 à 22:05:25 »
 

NoctisIke

  • Lent & Méthodique
  • Lieutenant Humain N7
  • *****
  • 1020
    Messages
  • Réputation : 43/29
    • Voir le profil
Citer
J'comprend pas. Qu'est-ce qu'un agent du SSC (donc de la Citadelle) vient foutre en Allemagne ?  ;D

Je peux pas trop en dire, sinon c'est du spoil dsl :)
« Modifié: 16 mars 2013 à 19:25:51 par NoctisIke »
Fan fictions écrites: After Mass Effect

Tome 1 (Terminée)

Tome 2 (Terminée)

Tome 3 (Terminée)
 

Re : Mass Effect 3: Les pieds sur Terre
« Réponse #7 le: 05 février 2013 à 22:50:21 »
 

L1GHT N7

  • Radical Dreamer
  • Probatrice Asari
  • ****
  • 3545
    Messages
  • Réputation : 159/43
    • Voir le profil
Ok, vivement la suite alors ;D
Des chefs de guerre, il y en a de toutes sortes. Des bons, des mauvais, des pleines cagettes il y en a. Mais une fois de temps en temps, il en sort un. Exceptionnel. Un héros. Une légende. Des chefs comme ça, il y en a presque jamais. Mais tu sais ce qu'ils ont tous en commun ? Tu sais ce que c'est, leur pouvoir secret ? Ils ne se battent que pour la dignité des faibles.

Nul n'est plus esclave que celui qui se croit libre sans l'être

We find TRUTH in the bliss of SLEEP
 

Re : Mass Effect 3: Les pieds sur Terre
« Réponse #8 le: 06 février 2013 à 11:48:32 »
 

sebastien

  • Légion des Damnés de Cerberus
  • Courtier de l'ombre
  • Terroriste Butarien
  • *****
  • 533
    Messages
  • Réputation : 19/11
    • Voir le profil
Ouai ces très bien mais y a des incompréhensions donc vivement la suite
 

Re : Mass Effect 3: Les pieds sur Terre
« Réponse #9 le: 06 février 2013 à 12:28:58 »
 

NoctisIke

  • Lent & Méthodique
  • Lieutenant Humain N7
  • *****
  • 1020
    Messages
  • Réputation : 43/29
    • Voir le profil
Hey les gars, attendez, la suite arrive ce soir. Et puis on ne révèle pas tout dès le début d'un livre :)

Patience est mère de... je sais plus quoi.  ;D
Fan fictions écrites: After Mass Effect

Tome 1 (Terminée)

Tome 2 (Terminée)

Tome 3 (Terminée)
 

Re : Mass Effect 3: Les pieds sur Terre
« Réponse #10 le: 06 février 2013 à 16:29:04 »
 

L1GHT N7

  • Radical Dreamer
  • Probatrice Asari
  • ****
  • 3545
    Messages
  • Réputation : 159/43
    • Voir le profil
de vertu je crois  ;D
Des chefs de guerre, il y en a de toutes sortes. Des bons, des mauvais, des pleines cagettes il y en a. Mais une fois de temps en temps, il en sort un. Exceptionnel. Un héros. Une légende. Des chefs comme ça, il y en a presque jamais. Mais tu sais ce qu'ils ont tous en commun ? Tu sais ce que c'est, leur pouvoir secret ? Ils ne se battent que pour la dignité des faibles.

Nul n'est plus esclave que celui qui se croit libre sans l'être

We find TRUTH in the bliss of SLEEP
 

Re : Mass Effect 3: Les pieds sur Terre
« Réponse #11 le: 06 février 2013 à 19:38:28 »
 

NoctisIke

  • Lent & Méthodique
  • Lieutenant Humain N7
  • *****
  • 1020
    Messages
  • Réputation : 43/29
    • Voir le profil
Vous l'attendiez le voila, le nouveau chapitre.  :)
N'hésitez pas, comme vous le faite d'ailleurs, à me montrer certaines incompréhensions. Je ne suis pas infaillible.

Spoiler
Chapitre 3 :

La nuit arriva très vite dans le bunker. Les gens s’étaient préparés à quitter le bunker. Même s’ils étaient là que depuis quelques heures, les rescapés s’étaient attachés à ce petit coin « sécurisé ».

« -Bon, nous partirons à minuit. Vous deux, aller monter la garde avant que l’on parte. Repérez les lieux. » Dit Frédéric à Zéphyr et au Turien.
« -Quoi ? Pourquoi nous ? » S’offusqua l’étudiant.
« -Comme a dit le médecin, on doit garder une cohésion du groupe. Du coup, je ne préfère pas sacrifier des personnes pouvant suivre mon avis. Et puis, je ne vais pas sacrifier le seul médecin qu'on a. » Il dit avec un sourire moquer.
« -Fils de … » Cria Zéphyr mais le Turien lui posa une main sur l’épaule.
 
Il hocha la tête en direction de la sortie. Zéphyr ragea intérieurement et se dit qu'il ne valait mieux pas que sa sœur apprenne certains mots trop vite. Il se tourna vers sa sœur et lui donna un bisou sur le front. Il l’a confia à Malik et se promit de rester en vie pour elle. Il suivit le Turien à travers le dédale. Avant la sortie, il prit une grande bouffée d’air. Les deux comparses se risquèrent dehors à travers les quelques herbes pas encore brûlé. Le ciel commençait à être de plus en plus taché de poussières et de cendres. Parfois, le ciel s’éclairait d’une explosion d’un croiseur ou de tout autre véhicule volant essayant de fuir cette Terre de désolation. Zéphyr comprit qu'il ne pourrait quitter la Terre. Le Turien et Zéphyr regardèrent de tous les côtés. Même si la peur le paralysait, le fait de penser à sa sœur lui donnait du courage. Zéphyr ne voulait pas parler, ne connaissant pas la puissance auditive d’un zombie. Et il ne voulait surtout pas la tester. Après quelques minutes de gué, le Turien se releva, estimant qu'ils ne couraient aucun danger. Zéphyr fit de même. Le Turien se rapprocha et tendit un objet à l’étudiant. Il reconnut ce dernier : c’était un traducteur.

« -Vous n’aviez pas dit que vous en aviez un. »
« -Je sais mais je devais savoir qui était digne de confiance. Je ne voulais pas le donner à l’autre c*nnard. »
« -Je comprends, j’étais de votre côté. »
« -Ce n’ai pas que ça, même si l’honneur à de l’importance chez les Turiens, je devais m’assurer que je n’allais pas donner ceci à quelqu'un qui va risquer sa vie. »
« -Alors pourquoi moi ? »
« -Parce que tu as une sœur, tu ne risques pas de faire quelque chose de stupide si ça la met en danger. Comparé à l’autre, il n’hésite pas à nous sacrifier, nous, pour sauver d’autres personnes. Ton point de vue était de protéger tout le monde. »
« -Je vois, quel est ton nom ? »
« -Je suis… Saren Arterius…, dit-il avec mise en scène, (Zéphyr resta stoïque), non je plaisante, je suis Saurion Galtus. »
« -Zéphyr Hootwall. » (Ils échangèrent une poignée de main.)
« -Tout à l’heure vous aviez dit que vous travailliez pour le SSC. Qu'est-ce que vous foutez sur Terre ? »
« -Hum… ça n’a plus d’importance maintenant, je crois qu'on de se faire confiance, je travaillais à la protection d’un projet top secret commun entre Turien et Humain. C’était une idée du Conseil de la Citadelle pour rapprocher nos deux races et bla bla bla, relation diplomatique. Je ne peux pas t’en dire plus. Et toi, que fais-tu ? »
« -Je suis étudiant à la fac. Je viens (il prit une grande inspiration) de perdre mes parents aujourd'hui. »
« -Ils devaient être de bons parents, tu as l’air de prendre soin de ta sœur. »
« -Merci. » (Pour la première fois de la journée, Zéphyr eu un sourire)

Ils continuèrent de discuter jusqu'à l’heure fatidique. Frédéric et les autres arrivèrent. Zéphyr cacha son traducteur et alla à côté du médecin et de sa sœur. Eux au moins avaient des cœurs d’humain.

« -La route est dégagé ? » Dit Frédéric.
« -Oui, pas de trace de zombie. Où va-t-on ? » Zéphyr répondit sèchement.
« -Vers la ville. »
« -Quoi ? Vous êtes fous ? »
« -Où crois-tu que l’on va trouver de l’aide ? Et puis tu n’as pas ton mot à dire le jeune. »
« -Tarik, s’il vous plait dîtes quelque chose. » Zéphyr l’implora.
« -J’aimerais bien mais en tant que médecin, je me dois de soigner toute personne qui est en danger. »

Zéphyr soupira et le groupe se mit en marche. Le Turien alla se mettre à côté de Zéphyr en bout de file. L’étudiant mit son traducteur discrètement.

« -Pourquoi vous ne lui foutez pas votre poing dans sa g*eule ? Vous êtes du SSC.» Il chuchota.
« -Parce que d’une part, je suis une minorité dans ce groupe, et puis d’un autre côté, il garde une cohésion de groupe majoritaire. Si je le brutalise, ça va être la panique générale. »
« -Hum… D’accord. »
   
Le groupe marcha lentement dans les fossés et autre petites cachettes. Malgré la terrible invasion, les quelques parties rurales étaient pour l’instant épargné. Les Moissonneurs ne s’attaquaient qu’aux grandes villes. Et c’est là que le groupe se dirigeait.
« Modifié: 17 mars 2013 à 14:10:45 par NoctisIke »
Fan fictions écrites: After Mass Effect

Tome 1 (Terminée)

Tome 2 (Terminée)

Tome 3 (Terminée)
 

Re : Mass Effect 3: Les pieds sur Terre
« Réponse #12 le: 07 février 2013 à 11:30:18 »
 

sebastien

  • Légion des Damnés de Cerberus
  • Courtier de l'ombre
  • Terroriste Butarien
  • *****
  • 533
    Messages
  • Réputation : 19/11
    • Voir le profil
L'histoire prend forme, y a du sens ces tout bon
 

Re : Mass Effect 3: Les pieds sur Terre
« Réponse #13 le: 07 février 2013 à 21:22:12 »
 

NoctisIke

  • Lent & Méthodique
  • Lieutenant Humain N7
  • *****
  • 1020
    Messages
  • Réputation : 43/29
    • Voir le profil
Voici le Chapitre 4. Et oui vous pouvez dire que je suis un enfoiré  ;D

(Petit Défi: trouver quel passage célèbre de Mass Effect 3 j'ai utilisé dans la Fic. Good Luck)


Spoiler
Chapitre 4 :
   
Le groupe arriva aux portes de la ville. L’horreur les envahit. Des milliers et des milliers de cadavres gisaient sur le sol. Zéphyr se retint de vomir et se concentra plutôt à ce que sa sœur ne vit pas cela. Le groupe se cacha dans une ruelle. Ils entendirent aux loin, un moissonneur qui marchait, presque paisiblement. Pour l’instant la chance les avait sourit, mais elle ne pouvait pas rester indéfiniment. Ce qui frappa le Turien, c’est qu'ils n’entendaient rien. Pas un seul coup de feu, ni même des cris. Seul le silence et la mort étaient là, présente, étouffante, prêt à tomber à chaque coin de rue. Saurion voulait transmettre cette information à Zéphyr mais il avait enlevé son traducteur et tenait Isabella dans ses bras.
   
        « -Où sont toutes les personnes qui étaient ici ? » Demanda le deuxième jeune.
   « -Je n’en sais rien, petit. »
   « -Ils sont tous morts ? On va tous mourir !! Non je ne veux pas mourir !! » S’exclama le jeune.
   « -Ferme-la ! Tu vas nous faire repérer. » Ordonna Zéphyr en chuchotant.

   Saurion analysa la situation. Perdu pour perdu, ils devaient traverser la route pour rejoindre le centre ville avec un infime espoir de trouver des survivants. Seulement, la route était totalement défoncée par des traces de combats et elle les exposerait trop aux tirs. Ils devaient couper par des bâtiments, qui n’étaient pas en meilleur état.

   « -Rentrons dans ce bâtiment. » Dit le Turien (Le médecin retranscrit.)
   « -Bonne idée. » Avoua Fréderic.

   Ils s’engouffrèrent dans une petite porte de secours pour rentrer dans le bâtiment derrière eux. Ils marchèrent lorsque tout à coup, Fréderic leva son bras, stoppant net la file de gens derrière lui.

   « -Moissonneur, Il chuchota, dans la pièce, ils ne nous ont pas vu. »
   « -Qu'est-ce qu'on fait ? » Demanda la personne derrière lui.

   Fréderic ne répondit pas et prit son courage à deux mains. A pas de loup, il passa devant la porte et se plaqua contre le mur quand il fut arrivait de l’autre côté. Les moissonneurs étaient absorbé à regarder quelque chose par terre, ils ne prêtaient pas attention à ce qui se passait dans leurs dos. Tout le groupe réussit à passer. Ils montèrent les étages, atteignant la jonction des deux immeubles, du moins l’écroulement de l’un sur l’autre. Plusieurs fois, ils durent redoubler de discrétion car les moissonneurs étaient partout dans le bâtiment. Heureusement ils ne faisaient pas de ronde, inutile vu qu'ils avaient exterminé tous ceux qu'ils avaient vus.

   Le groupe arriva enfin au bon étage. Zéphyr posa Isabella, il avait les bras trop engourdis pour la tenir. Ils devaient ouvrir une porte pour pouvoir accéder à la partie en ruine effondré contre l’autre bâtiment. Fréderic ouvra la porte en appuyant sur l‘hologramme orange de la porte, signe qu'elle dysfonctionnait. Ils lâchèrent tous un cri d’effroi lorsqu'un zombie lui agrippa la gorge. N’écoutant que son sens du devoir et son honneur, le Turien attrapa une pierre et commença à marteler le zombie. Celui-ci ne lâcha prise que lorsqu'il eu le crâne défoncé.

   « -Sur ce coup, je vous dois la vie Turien. «  (Saurion répondit par un grognement mêlé d’un soupir et retrouva sa place auprès de Zéphyr.)

   Ils traversèrent la porte et eurent la vu dégagé sur la route. De là, Zéphyr voyaient des grosses bêtes oranges, les mêmes que dans le  bâtiment, avec des zombies. Ce qui le frappa c’est qu'elles avaient l’air d’attendre quelque chose. Elles étaient immobiles, une statue aurait plus bougé. Tout à coup, une voix d’homme se fit entendre dans la rue.

   « -Mes frères, ne résistez pas, Dieu souhaite notre retour parmi le ciel, Dieu nous aime, Dieu est grand mes amis, ne résistez pas à votre destin. » L’homme prêcha.
   « -Mais qu’est-ce qu’il fout ? » Zéphyr s’alarma.
   « -Chacun à une façon différente de combattre sa peur. Nous nous résistons, d’autre se réfugie dans la religion. » Expliqua le médecin.

   L’homme dans la rue avait avec lui plusieurs prêcheurs. Son discours réveilla les moissonneurs qui se dirigèrent en masse vers eux. Zéphyr avait envie de leur dire de dégager le médecin l’en empêcha. Le prêcheur et ses fidèles s’agenouillèrent et attendirent les bras tendu que les moissonneurs les tue. L’étudiant trouva cette vue insupportable. Le seul point positif c’est que les moissonneurs étaient occupés à chasser d’autres personnes que le groupe.

        Ce dernier en profita pour continuer sa route. Ils arrivèrent à la partie du bâtiment écroulé. S’ils avaient était chanceux en montant l’immeuble, ils devaient être encore plus chanceux pour la descente. Lorsque Zéphyr, le dernier de la file, arriva au milieu du bâtiment, une navette passa au dessus d’eux. Un moissonneur la prit en chasse. Il avança de quelques pas et tira. Il désintégra la navette, qui alla s’écraser contre un bâtiment. Zéphyr fut prit de vertiges. Il n’y avait pas d’espoir. Zéphyr remarqua que trop tard qu'il était à découvert avec les fenêtres et les pans de mur cassés. Le moissonneur l’avait vu. Paralysé, il revit le rayon qui avait traversée sa maison et tué ses parents. Le début du groupe était arrivé de l’autre côté. Le moissonneur commença à charger son rayon et à tirer, Isabella était accrochée au pantalon de Zéphyr, pétrifiée elle aussi. Saurion vit que Zéphyr était resté planté au milieu du bâtiment. Lorsqu'il vu que le moissonneur avait prit pour cible l’étudiant il rebroussa chemin. Il courut entre les débris et poussa les enfants à temps. Le rayon les frôla. Saurion plaqua au sol le frère et la soeur. Un malheur n’arrivant jamais seul, le rayon ayant découpé le bâtiment, il commença à s’écrouler sur lui-même. Les trois survivants commencèrent à glisser. Zéphyr ne lâcha pas sa sœur malgré la douleur des impacts de débris sur son corps. Le bâtiment s’effondra et les trois survivants heurtèrent le sol. Saurion se releva le premier et se dirigea vers les deux enfants. Il vit un filé de sang couler sur la joue de Zéphyr. Il s’était surement ouvert lors de l’impact. Isabella n’avait presque rien, protégé par les bras de son frère. Des moissonneurs commençaient à arriver de tous les côtés. Saurion pria intérieurement que ses dieux lui viennent en aide. C’était la fin.
« Modifié: 16 mars 2013 à 19:20:30 par NoctisIke »
Fan fictions écrites: After Mass Effect

Tome 1 (Terminée)

Tome 2 (Terminée)

Tome 3 (Terminée)
 

Re : Mass Effect 3: Les pieds sur Terre
« Réponse #14 le: 08 février 2013 à 11:20:55 »
 

sebastien

  • Légion des Damnés de Cerberus
  • Courtier de l'ombre
  • Terroriste Butarien
  • *****
  • 533
    Messages
  • Réputation : 19/11
    • Voir le profil
BRAVO pour le passage ou l'on se bat sur terre a la fin du jeux, en montant l'echelle du parking infester de brute.
Ou l'on arrive dans le batiments