Bienvenue, Invité. Merci de vous connecter ou de vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session


Extranet - Le 24/11/2021 : Amazon est sur le point d’adapter Mass Effect en série TV
Mass Effect - Continuation

Auteur (Lu 2372 fois)

Mass Effect - Continuation
« le: 04 décembre 2018 à 19:55:02 »
 

Sillage

  • Scientifique Galarien
  • *****
  • 85
    Messages
  • Réputation : 6/0
    • Voir le profil
    Bonjour à tous,

    Voici une histoire qui pourrait être un ME4 !
    Ce 1er chapitre est cours mais je tenterai d'être régulier dans mes publications ...... bonne lecture!
   
Spoiler
  Les moissonneurs : Les moissonneurs étaient une ancienne race de machines synthétiquo-organiques apparaissant tous les 50000 ans environ pour éradiquer toutes les espèces technologiquement évoluées de la galaxie. Les cycles ont perduré pendant une période estimée de 500 millions à 1 milliard d'années. Lors du derniers cycle, le commandant Shepard rassembla toutes les races de la Voie Lactée pour vaincre cette menace définitivement.  Cette victoire marque le début du nouveau calendrier galactique.
Dictionnaire historique de l'université galactique. Intro Ref 2235541. archives complémentaires disponibles


          Espace Asari, an 700

    Le vaisseau de l'amirauté Asari encaissa le 1er tire dès qu'il sortit du vol SLM. L'attaque fut rapide et précise. Huit minutes suffirent aux pirates pour prendre possession des commandes et civils comme militaires furent enchaînés ou enfermés. Seuls deux modules de survies prirent la fuite.
      « Bravo à tous. Maintenez les groupé pour l'instant. A-t-on trouvé les comptes-rendus ?
      – Rien pour l'instant mais tout n'a pas encore été transféré dans notre I.V. »
      Le capitaine Nina Shepard descendit dans les soutes pour voir les prisonniers. Elle venait de prendre la décision la plus radicale de sa vie, attaquer un vaisseau gouvernemental de sa propre espèce et ainsi se retrouver sur la liste noire de la Citadelle. Elle connaissait les règles et sa tête était déjà mise à prix mais le kidnapping d'un conseillé ferait la une et la placerait en haut de la liste. Impossible d'y échapper mais c'était prévu.
       Les hommes se mirent au garde à vous quand Shepard rentra dans la soute et le silence se fit chez les prisonniers. Nina s'approcha des cellules, observant toutes les têtes, aucune de connu, la plupart des asaris, les autres des humains.
       « Vous êtes la honte des asaris, pire encore, de votre mè........ »
      Celle qui venait de parler n'eut pas le temps de finir sa phrase. Les pouvoirs biotique de Nina la claquèrent contre la paroi de sa cellule, étouffant dans un cri muet.
      « Y a-t-il une autre personne qui souhaite parler au nom de ma mère ? »
      Nina lâcha son emprise sur l'asari qui tomba lourdement au sol. 
      « Maintenant que j'ai votre attention, j'ai besoin d'un renseignement. Où est parti l'autre vaisseau de l'amirauté ? »
      Une question inutile mais les prisonniers n'avaient pas besoin de le savoir. Nina Shepard savait où était le vaisseau en question mais elle savait aussi que les renseignements qu'elle cherchait se trouvaient bien dans l'I.V  du croiseur qu'elle venait d'attaquer. Brouiller les pistes, c'était ce que sa grand-mère lui avait appris.
      « Aucune réponse ?
      – Nous savons tous que vous ne tuez pas gratuitement ….... vous ne torturez pas non plus. Pourquoi devrions-nous vous répondre et mettre ainsi le vaisseau de l'amirauté en danger ? »
      Nina laissa passer quelques secondes avant de répondre. Ce qu'elle dira sera rapporté, elle le savait donc autant faire passer le message.
      « Un danger menace la galaxie. Une vieille menace revient et …..
      – On sait ce que vous croyez mais c'est faux. Il n'y a plus de Moissonneurs. Vos alertes n'ont d'autres effets que de vous faire passer pour une folle. Je vous en pris, si ce n'est pour votre mère, retrouvez la raison au moins pour la mémoire de votre grand-père.
      – Qui vous dit que ce sont les Moissonneurs ?»
      Le capitaine Shepard sorti de la soute, laissant les prisonniers dans leurs illusions. Elle se demandait comment avait fait son grand-père pour s'imposer et réunir toute la galaxie. Elle connaissait son histoire mieux que personne, en dehors de Liara bien sur, mais la menace actuelle était tout autant destructrice que les plus vieux ennemis de la galaxie, les Moissonneurs ou les Gardiens, comme disaient certains. Son grand-père avait tout fait pour alerter la galaxie mais ce n'est que quand l'invasion débuta que les gens s'inquiétèrent. Et avant que les races conciliennes et les autres ne se réunissent la moitié de la population de la galaxie avait péri.
      « Capitaine, nous avons toutes les données de l'I.V mais il nous faudra un peu de temps pour sortir les infos dont on a besoin.
      – Très bien. Cap sur la base Delta. Mettez tous les prisonniers dans les modules et récupérez le vaisseau. Mais avant de bouger, n'oubliez pas de débrancher tous les traceurs.

 
         
        Orbite basse de Tuchanka, vaisseau de la police Krogan

        Urnot Winterg gardait les yeux fixés sur sa zone de surveillance. Rien à signaler pour l'instant. Ses écrans affichaient le Sénat Krogan et ses alentours sur deux cent kms. La tension était palpable dans tous les services, les menaces terroristes étaient à nouveau à l'ordre du jour mais personne n'était sur de leur provenance, intérieur ou extérieur ou les deux.
         Ce n'était pas une première, l'Empire Krogan était le plus étendu de la galaxie. Le génofage guérit pendant la dernière grande guerre avait multiplié la population telle qu'elle avait conquit plusieurs dizaines de monde. De ce fait, les krogans furent les plus rapide à s'étendre. Tout n'avait pas été simple, loin de là, mais Urnot Wrex avait réussi à poser les bases solides d'un système encore en place aujourd'hui, 700 ans plus tard. Et ni la grande guerre civile qui débuta en 154 et qui dura près d'un siècle, ni le coup d'état des conservateurs qui eut lieu 150 ans plus tard ne réussirent à briser l'Empire Krogans.
         Le grand écran de la salle de contrôle montra la scène de la commémoration de la victoire contre les moissonneurs. La caméra fit un travelling sur le décor de l'arrière scène, représentant toutes les races ayant participé à cette lutte pour la survie avec Wrex le Grand en premier plan au coté du commandant Shepard. Changement de plan avec l'entrée d'Urnot Grunt, grand administrateur des mondes krogans, suivi de sa favorite Urnot Mordyne et du gouvernement. La foule, triée sur le volet, s'enflamma dans des hourras gutturaux propres aux krogans et amplifiés par les ingénieurs du son.
         Winterg nota une perturbation dans les données. Deux de ses écrans s'éteignirent puis se rallumèrent, des grésillements apparaissaient sur certaines zones.
         « Chef, j'ai quelques soucis de mon coté avec les données.
         – Rien d'important sous-fifre Winterg, c'est du à une perturbation du soleil.
         – Je l'ai aussi sur mes écrans chef mais ce n' …...
         – Silence officier, tout est revenu à la normal, n'allait pas chercher des problèmes là où il n'y en a pas. »
         Imbécile pensa Winterg, cela fait un moment que j'ai compensé les capteurs de la zone en fonction de cette vague magnétique. Je sais que ça vient d'ailleurs même si je ne sais pas d'où pour l'instant.
         Le discours de Grunt commença :
         «  Mes chers concitoyens, nous fêtons en ce jour les 700 ans de la nouvelle ère galactique ( nouveaux cris de la foule ). Sept jours de fêtes nous attendent. Mais avant que nous commencions les festivités, nous avons un devoir de mémoire ….... une mémoire que nous partageons avec les autres races de la galaxie. Aujourd'hui, partout dans la galaxie, humains, asaris, turiens, volus, anaris, drells, elcors, quariens, rachnis … qui j'oublie ? ( rire de la foule ) ha oui, galariens et Vortchas commémorent aussi ce jour…. Vous savez tous que je ne suis pas doué pour les discours, je laisse donc la place à Urnot Mordyne, Ambassadrice à la Citadelle. ( hourras de la foule) ….. »
         Winter n'écoutait que d'une oreille l'écran principal. Les grésillements de sa zone de surveillance revenaient régulièrement. Tous les krogans affectés au sol envoyaient leurs rapports en continue et rien n'indiquait qu'il y avait un danger quelconque mais Winter n'était pas tranquille, son instinct lui disait le contraire. Il brancha son omnitech et mis en mémoire toutes les données des vingt dernières minutes.
         «  ….... continuerons à avoir un contrôle des naissances. C'est nécessaire pour notre propre survie. Malgré le système mis en place nous permettant d'éduquer nos enfants grâce à nos écoles et nos universités, nous risquons l'implosion par le besoin d'exprimer notre force brute dans nos relations. Il ne s'agit pas de renier ce qui fait de nous des Krogans, la race la plus puissante de la galaxie ( hourra de la foule ), mais de canaliser nos êtres pour la continuité de notre empire ….
         – Chef, le secteur 3 et 4 ne répondent plus.
         – C'est encore ces soucis de connexion, rien de grave.
         – Chef, j'insiste, il y a quelque chose d'anorm.... »
        L'avant du vaisseau explosa mettant au sol toute la police à bord.
         « Rapport tout le monde, manœuvre d'évasion …... Winterg ?
         – Aucun élément sur la source du tir chef mais …. si, regardez chef, il s'agit de 3 petits vaisseaux en rang sérré, ils reviennent à la charge. Il y a des attaques aussi sur Tuchanka. »
        L'écran était parasité mais la fumée présente ne faisait aucun doute sur ce qui se passait au sol, eux aussi subissaient des tirs. Winter vérifia que son omnitech enregistrait les infos. Mais qui dans la galaxie pouvait avoir un tel culot d'attaquer ? Et un tel jour ? Le vaisseau subit encore deux tirs précis, l'un sur les moteurs arrières, l'autre sur les transmissions. Plus aucun écran ne donnait d'infos et l'ordre d'évacuation fut donner par le chef. Winterg s'exécuta comme le reste du personnel, le chef sur ses talons.
        « Officier Urnot, prenez mon omnitech, vous le transmettrez à nos supérieurs.
        – Que faites vous chef ?
        – Je ne pourrais vivre avec cette honte ….... vous aviez raison. Je ferai exploser le vaisseau au prochain passage des ennemis, je ne mourrai pas sans envoyer nos ennemis en enfer …..... allez, vite, prenez une capsule de survie. »
         Winterg courut vers les modules mais une explosion bloqua l'accès au sas et un trou dans la carlingue l'aspira au dehors. Dans sa chute il sentit le vaisseau exploser. L'onde de choc l'éloigna des zones de conflit, vers les montagnes du nord. Il ne dut sa survie qu'à ses boosters et une bonne dose de chance.

« Modifié: 23 janvier 2019 à 11:10:27 par Sillage »
 

Re : Mass Effect - Continuation
« Réponse #1 le: 27 décembre 2018 à 23:46:29 »
 

Jafr

  • Ingénieur Quarien
  • **
  • 205
    Messages
  • Réputation : 6/9
    • Voir le profil
Yo!

Je ne crois pas me souvenir avoir déjà lu une fanfiction se déroulant plusieurs siècles dans le futur post-ME... Ça change et c'est bienvenu! Je suis plutôt curieux de lire la suite...

p.s: si tu veux je peux également formuler quelques critiques constructive sur la forme, si tu cherches à perfectionner ton style d'écriture. N'hésites pas!
 

Re : Mass Effect - Continuation
« Réponse #2 le: 08 janvier 2019 à 11:41:06 »
 

Sillage

  • Scientifique Galarien
  • *****
  • 85
    Messages
  • Réputation : 6/0
    • Voir le profil
Yo Jafr, yo à tous

Merci pour ton message et mes excuses à tous pour tarder à mettre la suite ..... une suite qui est en cours d'écriture ! si, si !

Je n'ai pas l'habitude d'écrire, je suis plus lent que prévu !  Et bien sur, mon manque de pratique s'en ressent ( donc je ne sais pas si j'ai un style haha ! ). Mais j'ai passé du temps à penser la trame, à écrire des fiches sur mes personnages, à mettre au point un nouveau codex.

Je suis ouvert à toutes critiques, constructives ou non !
 

Re : Mass Effect - Continuation
« Réponse #3 le: 22 janvier 2019 à 01:50:41 »
 

Sillage

  • Scientifique Galarien
  • *****
  • 85
    Messages
  • Réputation : 6/0
    • Voir le profil
Bonjour à tous,

   J'ai fait quelques ajustements dans le 1er chapitre.
   L'hyperespace s'est transformé en sorti SLM, Winter en Winterg, ainsi que les dates des conflits krogans.
   Merci à Jafr pour le rappel du vol SLM  ;)  ( entre autres ! )


   Et maintenant la suite de l'histoire, bonne lecture à tous


Spoiler
    La synthèse :  la synthèse est le résultat de l'arme appelée Creuset utilisée lors de la guerre contre les moissonneurs. Son utilisation fit naître un nouvel ADN au sein du vivant, un ADN en partie organique et en partie synthétique et de proportion différente suivant les espèces. Les particularités propre à chaque espèces restent identiques de l'époque d'avant la synthèse, que ce soit au niveau de l'intelligence ou des capacités physiques. Concernant la longévité, elle s'est vu doublé pour toutes les espèces, qu'elles soient animales, végétales ou microbiennes.
Dictionnaire historique de l'université galactique. Intro Ref 1030001. archives complémentaires disponibles


   Université IDA, planète Icibe dans le système Shetlan :

   Un sentiment de vide. Flag n'avait pas d'autres mots pour décrire ce qu'il ressentait en cet instant.
   Son rêve ne l'avait jamais mené aussi loin dans sa mémoire. Comme à chaque séance, il avait plongé dans la structure interne de son esprit, observateur de ses pensées qui se matérialisaient sous formes géométriques dans un premier temps, puis de manière plus abstraites à mesure qu'il descendait au plus profond de son être. Mais pour la première fois, il avait passé un cap. Plus aucune image, plus aucune « porte » qu'il aurait pu franchir pour accéder à des ersatz de mémoire. C'était un vide, mais pas un néant. Il sentait qu'il y avait quelques chose ici.
   Flag resta dans l'attente craignant que sa pensée consciente ne le déconnecte de son rêve. Il devait rester observateur.
   Un échos. Lointain et très faible. Le son se répéta plusieurs fois, de plus en plus fort, comme s'il se rapprochait. Puis une voix.       
  « Flag »
   Mon nom ? On m'appelle. Mais qui ou quoi ? C'est bien une voix, celle d'une femme, et qui connaît mon nom !
  « Flag, concentre toi, écoute ma voix. Tu dois aller sur Parnack, la planète mère des yaghs. Tu dois rencontrer le chamane.
   – Les yaghs ? Et qui êtes-vous ? Comment êtes vous rentré dans mon esprit ?
   – C'est toi qui est aux portes de mon esprit. Tu as fait beaucoup de progrès mais tu ne pourras aller plus loin sans te renforcer. Tu dois partir. »
   La connexion s'était rompu, le rêve prit fin. 
   Flag ouvrit les yeux. Il était secoué par son coloc, Lavere, un jeune yagh de 25 ans, intello. Avec ses deux cornes et sa masse aussi imposante que celle d'un krogan, les caricatures qui circulaient dans le campus le représentait sous les traits d'un diable aux yeux bridés et à la stature d'un troglodyte trisomique, fluctuant entre un air débile ou bestiale.
   « Lève toi le gris ! ». Lavere le secoua encore.
   « C'est bon Lave, j'me lève … lâche moi la grappe une min.
   – Flag, cette journée va changer ta vie. Toi qui t'intéresse aux geths, tu ne vas pas être déçu. »
   Flag se grattait la tête et l'entrejambe en même temps. Il lui fallait toujours un moment pour se reconnecter au présent après une séance de rêve.
   « Un truc aurait été capté depuis une autre galaxie. L'info a été filtré par les Blacknews. Et tu sais comme ils sont fiables. »
   Laver ouvrit les canaux sur la chaîne pirate des blacknews, l'info tournait en boucle «  ... d'après un rapport des geths  des ondes mentales, des ondes extra-galactiques ont été captées et enregistrées. Leur origine n'est pas encore connu mais l'excitation ici est palpable …. »
   Flag s'assit sur le rebord de son lit. « Ils disent s'il y a un rapport avec l'attaque sur Tuchanka ?
   – Les geths ont juste confirmé la nature des ondes intergalactiques enregistrées.
   – Drôle de coïncidence, tu ne trouves pas ?
   – De quoi tu parles exactement ?
   – Mais de l'attaque sur les krogans ! Tu sais que personne n'engagerait une guerre ouverte contre l'armée la plus puissante de la galaxie. Et pour quelle raison d'ailleurs. Et dans le même temps on choppe des signes de vie extra galactiques ? Y'a forcément un lien. »
   Lavere regarda avec attention de ses 4 paires d'yeux son ami. Cette particularité unique chez les espèces évoluées de la Voie Lactée lui permettait de déceler le moindre signe chez ses contemporains. Il était pour ainsi dire presque impossible de tricher ou de mentir devant un yagh, raison pour laquelle ils étaient peu appréciés par la plupart des espèces. Personne n'aime avoir en face de soi quelqu'un capable de lire en vous comme dans un livre, principalement les humains. Mais Flag n'était pas totalement humain, il était un « gris », un descendant directe d'Ida, une ancienne IA devenue en partie organique après la synthèse il y a 700 ans.
   « Je vois qu'il y a quelque chose qui te tracasse Flag et que tu as un truc à me demander mais avant que tu poses ta question tu dois savoir que tu es resté plus 20 heures dans ton rêve. Il s'est passé beaucoup de chose. ». Lavere baissa le son des news.
   Flag connaissait le yagh depuis quatre ans déjà. Quatre années à partager les même lieux de vie sur le campus, les même cours, les même profs et parfois aussi les même asaris, la seule espèce à pouvoir s'unir à toutes les autres. Mais c'est de faire face ensemble aux quelques racistes et autres imbéciles de l'université qui a cimenté leur amitié plus encore que tout le reste. Il avait rarement vu Lavere aussi sérieux et grave.
   « Je t'écoute Lave, que s'est-il passé ?
   – Quand tu t'es mis en rêve après l'attaque sur Tuchanka, toutes les armées de la galaxie se sont mis en alerte maximal. Ça, tu le savais déjà. Mais ce que tu as raté, c'est l'explosion de Nuevé, le soleil du système galarien dans le bras extérieur, là où ils ont leur fabrique de lunes. Tout le système y est passé. Quinze milliards de galariens sont morts plus un milliards pour les autres espèces. »
   Flag devint plus pâle encore que d'habitude. Il repensa à la voix, aller voir le chamane. Y avait-il un rapport ?
   « C'est donc des attaques extra-galactiques ?
   – C'est ce que certains pensent ici sur le campus mais la citadelle ne le dit pas, ne dit rien en fait sauf de condamner les blacknews. Ils incitent les gens à se méfier de leur infos et rappellent qu'ils sont hors-la-loi.
   – Et les krogans, aucune infos de leur côté ?
   – Aucun corps parmi les débris récupérés. Ce sont des attaques robotisées mais aucune IA. Les vaisseaux utilisés par l'ennemi n'avaient pas de pilotes. Pas moyen de connaître l'origine des attaques. Les krogans n'ont pas donnés plus d'infos, par contre ils ont fermés leurs frontières. Ils ont prévenus qu'ils tireraient à vu sur tout les bâtiments étranger à leur empire. »
   Flag se leva, les jambes flageolantes. Il vit par la fenêtre de sa chambre que le campus était à moitié déserté et que le spatioport, visible à deux clics, était plus actif encore que les périodes de rentrée universitaire. Il n'avait pas besoin que Lavere lui précise que le rectorat renvoyait tous les étudiant chez eux.
   « A ton avis Lave, pourquoi ces ennemis n'ont pas fait sauté le soleil de Tuchanka ? S'ils ont les moyens techniques d'une telle attaque, pourquoi seulement des vaisseaux ?
   – Ils n'ont peut-être pas pu. Le système galarien était en dehors de la galaxie. Pas de beaucoup puisqu'il s'agit d'un bras d'une ancienne galaxie naine qui fini de se faire manger par la voie lactée. Cela a commencé il y a plus d'un milliard d'années et le bras restant sera entièrement intégré dans cent millions d'années environ. Mais même si ce bras est clairement rattaché à la galaxie, il ne fait pas partie officiellement du territoire galactique. Ils étaient peut-être plus facile d'accès. Ou alors …
   – … ou alors il y a plusieurs ennemis ou les galariens étaient directement visés.
   – oui, c'est aussi une possibilité. »
   Les deux amis gardèrent un moment le silence, plongés dans leurs pensées. Flag avait du mal à faire le tri. Des ondes mentales, un soleil qui explose, des attaques sur les krogans, des vaisseaux sans pilotes ni IA que personne n'avait encore jamais vu, sans compter cette voix dans son rêve.
   Son regard fit le tour de sa chambre, un lit en vrac, un omnitech vieux modèle mais amélioré par ses soins, quelques vieux livres en papiers rangés sur une étagère bancale, de l'Histoire pour la plupart, des fringues éparpillés et un écran mural, propriété du campus. Son sac serait vite fait. Lavere, qui l'observait du coin de ses yeux, choisit ce moment pour lui poser la question.
   « Alors, qu'est ce que je peux faire pour toi ? »
   Flag sourit tout en mettant quelques vêtement dans un sac. C'était si facile de communiquer avec Lavere, surtout pour Flag qui n'aimait pas tricher.
   « Je dois aller sur Parnack, rencontrer le chamane.
   – Le chamane, rien que ça ! Tu sais que les demandes pour le rencontrer sont rarement satisfaites même pour les yaghs ? Faudrait déjà qu'on te laisse poser un pied sur la planète, alors le rencontrer. Et puis d'où te vient cette idée ?
   – De mon dernier rêve. Une voie. Flag regarda son ami. Une voie féminine.
   – Tu veux dire que tu as pu communiquer durant un rêve ? Comment est-ce possible ? Tu as des gênes de rachni ou quoi ?
   – Je pense que c'est elle qui m'a contacté, pas l'inverse mais peu importe. Ça aussi, ce n'est pas un hasard, pas avec ce qu'il se passe en ce moment. Je ne sais pas si c'est une reine rachni ou autre chose mais je dois comprendre. Alors Lave, t'es d'accord pour me faire visiter ton monde ? »
    Avant que Lave ne réponde, Flag fut attiré par les images de l'écran mural. Il monta le son. C'était la citadelle. « ...notre équipe nous envoie ces images en directe. La citadelle est attaquée par une flotte de petits vaisseaux. Apparemment, ce sont les même que ceux aperçus sur Tuchanka. La citadelle referme en ce moment ses bras pendant que les canons intérieurs et extérieurs visent les vaiss... »
    L'écran ne montrait plus que des parasites. Flag tenta d'autres chaînes mais tout était brouillé. Il installa son omnitech autour de son avant-bras et chercha les fréquences de l'armée. Rien.
   « On doit bouger rapidement Lave. Y'a plus de com, on ne reçoit plus rien, la planète est isolée. Si il y a une attaque en cours, ça va bientôt nous tomber dessus.
   – Ok, c'est parti. Mon vaisseau n'est pas loin mais j'espère qu'on pourra atteindre le relais, sinon on va mettre des mois en vole SLM pour atteindre notre destination. Et on aura crevé de faim avant de toute façon !»
« Modifié: 23 janvier 2019 à 11:13:26 par Sillage »
 

Re : Mass Effect - Continuation
« Réponse #4 le: 27 janvier 2019 à 01:08:31 »
 

Sillage

  • Scientifique Galarien
  • *****
  • 85
    Messages
  • Réputation : 6/0
    • Voir le profil
Yo à tous
Voici la suite de mon ME4, Continuation
J'ai pris un grand plaisir à l'écrire, j'espère que vous aurez un même plaisir à le lire  \=D
Toutes critiques sont les bienvenues. Si vous notez des incohérences, faites le moi savoir, merci !
A dimanche prochain pour le prochain chapitre .....


Spoiler
Les moissonneurs mirent une trentaine d'années à réparer les relais cosmodésiques de la galaxie. Ils aidèrent aussi à la remise en état de la Citadelle. Mais ils observaient aussi les différentes espèces et entendirent leurs inquiétudes quant aux conséquences de la synthèse. Quand ils virent le chaos grandissant partout dans la galaxie et particulièrement chez les humains, ils décidèrent de déplacer la Citadelle en un autre lieu que la Terre. Ils choisirent la nébuleuse du Doigt de Dieu, un nom donné par les humains eux-même 3 siècles plus tôt. Quand la question leur fut poser du pourquoi de ce lieu, ils répondirent que cela leur avait été suggéré. Suite de quoi les moissonneurs disparurent et nul ne les revit depuis.
Dictionnaire historique de l'université galactique. Intro Ref 1230941. archives complémentaires disponibles



     En route vers la Base Delta

     Nina Shepard  exigea de ne pas être dérangée jusqu'à ce que les données de l'iv soient décodées. La douche chaude lui fit du bien mais ne la détendit pas totalement. Une bonne séance de sexe, voilà ce qui lui fallait. Son dernier amant, un krogan nommé Grim, qu'elle embarqua sur Oméga3, avait eu le malheur de tomber amoureux. Les krogans n'étaient plus ce qu'ils étaient pensa-t-elle avec un léger soupire ! Depuis qu'ils avaient un véritable empire avec des écoles et des universités, des ingénieurs, des scientifiques et même des artistes, les krogans s'étaient ramollis, les fréquentables en tout cas.
     Une fois séchée et habillée, Nina alluma les écrans branchés sur ansible. C'était des news de Tessia … donc, là aussi se dit-elle. Des images de fumées denses sur de vastes zones sur différents points de la planète impliquaient de nombreuses attaques, petites mais multiples, façon guérilla. Au final, toutes les planètes mères de chaque espèce avaient été touchées. Mais les news officielles restaient prudentes et ne dévoilaient aucune informations importantes, comme d'habitude.
     La désinformation était devenu une normalité. Les gouvernements avaient du faire face à pas mal de mécontents après la synthèse. Si la fin de la guerre contre les moissonneurs avait été une bénédiction pour la galaxie sur le long terme, la crainte de se voir transformer en geth ou en machine plus abominable encore avait créé des dissensions au seins de chaque peuple. L'obscurantisme que chaque civilisation avait connu à un moment ou à un autre de son histoire avait refait surface et avait bridé l'intelligence des gouvernants. La science devint le mal à surveiller, parfois même à éradiquer, au profit de religions étroites d'esprits, poussant les gens à la crainte de tout savoir, de toutes nouvelles découvertes. L'endoctrinement des religions avait remplacé celle des moissonneurs. Et les humains avaient été les pires.


    Nina se remplit une pinte d'une bière pression que son équipage avait trouvé dans un cargo humain. On peut penser ce qu'on veut de ces petits dictateurs se dit-elle mais ils savent brasser de la bière.
    L'intercom s'alluma accompagné de son bip familier.
    « Capitaine, nous avons une transmission d'urgence de la matriarche T'soni, en directe de la citadelle.
    – Transfère l'appel dans ma cabine Chti. »
    Nina appréhendait cet entretien. L'attaque sur le vaisseau de l'amirauté était une faute que sa grand-mère, la grande matriarche, la maître à penser de la citadelle, la diplomate la plus respectée de la galaxie aura du mal à accepter. C'était un accord tacite entre elles depuis des lustres comme disent les humains. Liara T'soni la laisser faire ses petites affaires, ses petits casses, ses petits trafics tant qu'elle ne se mêlait pas de politiques ni n'attaquer de transports d'officiels. Or, c'était bien à cause de l'hypocrisie de la politique de la citadelle que Nina avait choisie le chemin de la piraterie, seul voie qui lui donnait une impression de liberté. Une liberté d'agir contre les intérêts de cette minorité arrogante, de ceux qui abusaient d'un pouvoir acquis au détriment du plus grand nombre. Il ne s'agissait pas uniquement d'exploitation financière mais bien de manipulation de masse.
    La silhouette de la matriarche apparu dans l'espace des transmissions.
    « Bonjour Nina. Comment vas-tu depuis ton petit raide ? As-tu décrypter les infos que tu as volées ?
    – Qu'est-ce que tu veux mère-grand ?
    – Ne m'appelle pas comme ça !
    – Grande manipulatrice ? Politicarde sans scrupules ? Tripoteuse d'informat….
    – Stop Nina s'exclama Liara avec une pointe de colère. Ce n'est pas le moment pour tes éternels jugements. Je suis à la Citadelle et on subit une attaque en ce moment même. »
    L'image virtuelle de la matriarche grésilla et s'éteignit quelques secondes confirmant les dire de T'soni. La connexion revint par intermittence sans pouvoir se stabiliser.
   « Chti, tu peux fixer l'image ?
   – Difficile Capitaine, le problème vient de la Citadelle… deux secondes …. non, l'image est perdu mais nous avons le son. »
   Nina appela sa grand-mère plusieurs fois avant que celle-ci ne réponde : « ...na, tu m'entends ? Nina ?
   – Oui Liara, je t'entends.
   – La clef de cryptage est la même que celle qu'utilisait ta mère. Cela te donnera des coordonnées, pas celle que tu cherchais mais tu dois y aller. »
   Nina entendait des explosions en arrière plan, lointaines comme si c'était la coque de la station qui accusait les coups. Malgré les ressentiments qu'elle éprouvait pour sa grand-mère, elle sentit une pointe d'inquiétude montée en elle. Mais la pirate qu'elle était se reprit vite, Liara n'était pas facile à vaincre.
   « Nina, écoute moi bien et ne me coupe pas. La connexion peut s'arrêter d'un moment à l'autre. Les ennemis qui ont attaqué toutes les planètes mères de la galaxie viennent d'une autre galaxie. Nous les connaissons sous le nom de Slimoc. Pour l'instant ce ne sont que des vaisseaux sans pilotes, une avant garde avant la vraie invasion, du moins c'est ce que je pense. Ils ne cherchent pas à faire de victimes mais à déstabiliser le pouvoir galactique et à séparer les peuples, à les isoler.
   – J'avais donc raison. Ce danger nous menace depuis des dizaines d'années et tu n…
   – Tu me feras un procès plus tard si tu veux répondit Liara d'un ton qui ne laissait place à aucune discussion. Nina, nous ne savons pratiquement rien si ce n'est que leurs vaisseaux sont intraçables. Aucun de nos capteurs ne les voit arriver. Nous ne savons même pas s'ils utilisent les relais. Nous n'avons aucune données pour évaluer leur nombre. Par contre, on sait qu'ils ont tué un moissonneur.
   – Quoi ? Tu veux dire que les Gardiens sont revenus !? Mais cela fait plus de six siècles que personne n'en a croisé.
   – Personne ne sait où ils étaient et on ne le sait toujours pas. Peut-être que certains sont morts ou partit de la Voie Lactée ou alors qu'ils se cachent. Toujours est-il qu'on a eu un contact avec un moissonneur nommé Karzara, que c'est lui qui a trouvé celui tué par les slimocs. Et quand je dis « on », je parle des geths, ce sont eux qui nous ont transmis l'info. »
   Nina voulu répondre mais les explosions se rapprochaient, couvrant la voix de Liara.
   « … épète, la ..ation est ferm.., les bras se ... pliés ... été infiltré. Ni ... sur mes écrans … nication s'arrêtent. ...ention à toi … ien …nologie. Je te rec ….. »
    Plus rien, la com était coupé.

   Nina finit sa chope de bière d'une traite et sortit de sa cabine d'un pas vif. Son vaisseau, le Basilico, était une frégate rapide et magnable de trois cents mètres de long qu'elle utilisait uniquement pour l'abordage. De conception turio-asari, son fuselage était classique et rien, de l'extérieur, ne laissait suggérer de son matériel d'appontage, de gros tubes souples et creux à la pointe en diamant de synthèse qui étaient tirés au canon pour percer la coque ennemi. Nina longeait la coursive de la machinerie des tubes pour rejoindre la tête de prou, la tête dans les épaules et le dos rond. Tout l'intérieur du vaisseau avait été remodelé dans ce seul usage. Il n'y avait pas plus de place pour l'équipage dans cette carlingue que dans un vieux sous-marin humain.
   Arrivée dans le poste de commandement, Nina sentit les regards de ses amis. Ils étaient cinq et avaient tous leur propre histoire mais un même but les animait, une même volonté, la vérité. Certains dirait que toute vérité est relative mais ils n'étaient pas là pour philosopher, pas en cet instant, pas quand leur capitaine dégageait une telle aura. Ils étaient le noyau dur, les lieutenants, experts dans leur domaine respectifs et des combattants aguerris.
   Ils attendaient, observant le bleue plus intense qu'à l'accoutumé la peau de l'asari. L'histoire raconte que leur peau était uniforme avant la synthèse, d'une couleur constante. Aujourd'hui, c'était devenu une forme de communication, les fluctuations dépendant de l'état d'esprit de la personne. Celles qui avaient un contrôle sur leurs émotions pouvaient en jouer mais Nina ne trichait pas avec ses « hommes » et encore moins avec ses amis, ils le savaient.
    « Gabyss, tiens, c'est la clef. » Nina tendit une feuille à sa spécialiste en décryptage, une galarienne issu d'une des plus grande lignée de Sur'kech, la planète mère de son espèce. Elle était  recherchée morte ou vive par le GSI, le groupement spécial d'intervention, pour avoir détruit un centre d'incubation. Douze milles œufs de différentes familles furent détruits ce jour là, dont les siens, ainsi que le personnel, cent vingt-trois personnes au totale. Seule Nina connaissait les détails de l'histoire de Gabyss. Et pour l'avoir sauvée d'une mort certaine tant physiquement que moralement, la loyauté envers son capitaine était absolu.
   « Chti, on en est où ? ».
   Le timonier, un jeune humain de quarante trois ans, fit pivoter son fauteuil de pilote et regarda ses écrans. « Trois minutes avant le prochain relais, donc 2 heures environ pour atteindre la base. Je sors du vol SLM capitaine.
   « Ok tout le monde. Vous avez entendu ma discussion avec mère-grand » dit-elle avec un sourire à peine forcée. La tension se dissipa un peu et Nina retrouva sa couleur habituelle, un bleu claire et uniforme.
   « Gabyss ?
   – Encore quelques secondes. Les coordonnées sont …. dans le secteur Carina, pas loin de la Citadelle.
   – Je connais bien le secteur, il faudra être prudent ajouta Markus, le turien de l'équipe. La concentration des poussières cosmiques est énorme là bas, ça s'infiltre dans tous les moteurs et les radiations risquent de bugger nos instruments de bords. On ne peut en tout cas pas y aller avec le Basilico.
   – Pourquoi la matriarche nous envoie dans ce coin pourris ? demanda Alba, une ancienne probatrice.
   – J'ai une petite idée sur la question répondit Nina, et si mon intuition est bonne, ce sera une bonne surprise. Spirit, une remarque ou une idée à formuler ?
   Le dernier compagnon du groupe était un geth, une IA d'avant la fusion qui fut condamné pour vole de connaissance sur Rannoch, sa planète d'origine. Depuis la fusion, il était en partie organique
   – Vous êtes belle chef ! répondit le geth en remuant deux de ses plaques frontales mimant un haussement de sourcil.
   – Merci Spirit, ton sens du propos est toujours le bienvenue dit-elle avec un grand sourire.
   – Capitaine, nous arrivons au relais mais on dirait bien que quelque chose arrive. »

   Chti mis le mode d'écran virtuel permettant une vision de 250° sur ce qui se passait dehors. Le groupe observait le relais cosmodésique, les deux disques internes tournoyaient à une vitesse soutenu, c'était proche.
   Une flotte entière de petits vaisseaux fit son apparition, plusieurs dizaines à vu d'oeil.
   « Vite Chti, manœuvre d'évasion.
   – Trop tard capitaine, ils nous ont vu et sont déjà en trajectoire d'interception. »
   Nina appuya sur la commande d'alarme « Tout le monde à son poste, attaque imminente, ceci n'est pas un exercice, je répète, attaque imminente »
   Les quarante galactiques qui formaient le gros de l'équipage se mirent en branle, chacun à leur poste. Ils étaient rodé et prêt à en découdre. L'ennemi attaqua directe. En formation de deux ou trois, les vaisseaux tournoyaient tels des insectes autour de la frégate en tirant des salves d'énergie. Leur puissance n'était pas énorme mais constante, frappant le Basilico sous tous les angles.
   « Capitaine, à ce rythme les boucliers ne vont pas tenir longtemps mais le pire est qu'on ne les voit pas au radar, nos défenses automatiques sont inefficaces et nos gars tirent dans le vide.
   – Bordel Chti, perce leur défense, sinon on ne pourra pas faire de saut.
   – Impossible, ils sont trop nombreux. »
   Nina n'avait jamais été confronté à une telle situation. Que faire ? Chti avait raison, ils étaient trop nombreux et trop bien organisé pour tenter une percée. Le moindre accro en passage SLM pulvériserait la frégate.
   Le Basilico encaissait le coups, les tôles rugissaient sous les vibrations des attaques répétées.
   « Spirit ?
   – C'est fait capitaine, j'ai transféré toute l'énergie possible aux boucliers mais nous n'avons gagné que quelques minutes, deux tout au plus.
   – Où est Markus, ne me dis pas qu …
   – Si capitaine, il fait une sortie avec deux autres pilotes répondit Gabyss. Ils sont déjà dehors avec les tridents.
   – Vakarian, qu'est ce que tu fous ?
   – Pas le choix et vous le savez. On vous ouvre la voie et vous passez.
   – J'envoie des missiles en soutien Markus.
   – Merci Spirit. »
   Nina vit que le geth s'était directement branché au système de tir. Si la fusion avait fait des geths des individus à part entière avec une personnalité propre à chaque unité, ils étaient toujours en majorité synthétique. Seul leur muscles des bras et des jambes ainsi que leur cerveau étaient composés d'un ADN en partie organique et seulement à 30 %. Spirit avait sortit un petit câble au niveau de son abdomen pour se relier aux ordinateurs de bord.
  « Ok Markus, quand tu veux.
   – … rit, … perds … xion.
   – Merde s'écria Nina, c'est comme sur la Citadelle, les coms vont être HS. Spirit, tu dois faire ça à l'ancienne, dès que tu le vois passer, tu tires et tu guides les missiles à vu.
   – Bouclier à 22 %, précisa Chti »
   Nina vit passer deux tridents, le troisième avait du être abattu rapidement par l'ennemi. Markus évita plusieurs tirs et du s'éloigner de son but pour éviter la catastrophe. Il tira à son tour après un volte face rapide et détruisit un vaisseau ennemi. L'autre pilote eut moins de chance dans ses tirs mais l'attention. Markus en profita pour menacer à nouveau le barrage devant la frégate. Spirit choisit ce moment pour tirer les missiles, trente au totale.
    Plusieurs vaisseaux se jetèrent dessus, le barrage n'avait pas bougé. Markus était à nouveau attaqué et esquiva encore mais s'éloigna encore de sa trajectoire. Les missiles continuaient sur leur lancé, rapide mais ne déviaient plus de leur route.
   « Je n'ai plus de connexion avec les missiles capitaine.
   – Je vois ça Spirit, je m'y attendait mais fallait le tenter » dit-elle sans décrocher du regard le combat infernal que menait le turien. Son binôme explosa sous les tirs intenses de l'ennemi.
   Nina regardait, impuissante, les derniers instants de son ami, Markus Vakarian, le mouton noir de sa propre famille, renié et exilé de sa terre natale pour avoir tué un diplomate humain en visite sur Palaven. Les humains avaient mis une pression énorme pour s'occuper eux-même de son cas d'où la non condamnation à mort du gouvernement turien, d'où l'exil.
   Le trident de Markus accusa un tir, puis deux. Puis explosa. Les larmes coulaient sur le visage de Nina mais la couleur de sa peau indiquait autant de tristesse que de colère. La frégate essuya encore des tirs et une explosion secoua la carlingue comme jamais. Le bouclier avait cédé.
   « Attends nous Vakarian, on sera bientôt avec toi.
   – Capitaine, les anneaux du relais se remettent en mouvement. »

   Une forme énorme apparu cachant la presque totalité du relais et s'avançait rapidement en direction du combat. Un flux d'énergie puissant sortit de cette masse sombre et imposante et détruisit en un tir tout le front qui avait empêché le Basilico de fuir.
    Les vaisseaux ennemis se désintéressèrent de la frégate qui ne pouvait de toute façon plus bouger et attaquèrent avec autant de vigueur leur nouveau ennemi. Mais le rapport n'était plus le même d'autant que ce dernier venait de lâcher des centaines de petits modules ayant une puissance de feu équivalente aux vaisseaux extra-galactiques.
    Nina n'en croyait pas ses yeux. Elles se les essuya plusieurs fois du revers de la main pour être sur de bien voir.
   « Ne me dites pas que c'est…..
   – Si capitaine, c'est un moissonneur répondit Spirit.
   – Ou un Gardien comme disent ceux qui n'ont pas connu le grand génocide » rajouta Alba.
    Nina regardait ce vaisseau long de plus de deux kms glisser vers elle et son équipage. Dire cette chose, ce vaisseau était vivant, conscient. Le Gardien ralentit sa course en passant au dessus de la frégate fragilisée par la dernière explosion et l'enserra dans ses tentacules ventraux.
    Le combat prenait fin. Nina observa la danse des modules du Gardien qui éliminèrent jusqu'au dernier les vaisseaux ennemis. La bataille était fini.
    Un message apparut sur les écrans de la salle de contrôle. Ils étaient invités à monter à bord de l'entité providentiel.

« Modifié: 27 janvier 2019 à 11:42:33 par Sillage »
 

Re : Mass Effect - Continuation
« Réponse #5 le: 13 février 2019 à 02:38:42 »
 

Sillage

  • Scientifique Galarien
  • *****
  • 85
    Messages
  • Réputation : 6/0
    • Voir le profil
Salut à tous,
   
   Oui, je sais, on n'est pas dimanche prochain  ::) 
   Ceux qui écrivent savent que les personnages prennent vie malgré nous et n'en font parfois qu'à leur tête .... non mais j'te jure ! J'ai bien tenté de ne pas me laisser faire mais c'était pas facile sur ce coup  X_o 
   Bonne lecture

Spoiler
   
Journaliste :  Qu'entendez-vous par rêve Mme Moreau ?
     Ida Moreau :  C'est une forme de méditation qui permet de lire dans sa mémoire génétique.
      J :  Mais c'est ce que font déjà nos scientifiques, non ?
    I.M :  Non, la science décode des informations de nature physiologique. Ainsi, on sait quels gênes vous donnent la couleur de vos yeux, de votre peau, la structure de votre physionomie. Par corrélation, on peut repérer les maladies ou les dysfonctionnements divers.
      J :  Et que permet le rêve
    I.M :  Durant un rêve, l'information peut prendre la forme d'images, de sons, de visions, d'odeurs mais aussi des sentiments ou émotions.
       J :  Parlez-vous d'une mémoire parfaite comme celle des drells ?
    I.M :  On peut faire cette comparaison si on se limite à sa propre vie. Mais la synthèse permet d'accéder à une mémoire remontant à plusieurs générations.
Archive Citadelle, Extrait du dernier interview donné par Mme Ida Moreau.  Ref 2255687, archives complémentaires disponibles



     Citadelle, nébuleuse du Doigt de Dieu

   Liara T'soni sortit de son bureau, déterminé et en colère. Malgré ses 810 années d'existence et une certaine sagesse – à défaut d'une sagesse certaine – les discussions avec Nina lui mettaient les neurones en ébullition. Tout échange finissait par un rapport de force, quand ça ne commençait pas de cette façon. Sa petite-fille lui reprochait la mort de sa mère, Déicia, la rendant responsable des événements qui avait causé sa perte. C'était il y a plus de 150 ans et Nina n'arrivait toujours pas à faire la paix avec ce drame. Ne se rendait-elle pas compte de sa souffrance à elle, de ce qu'impliquait la mort de son enfant ? Liara mis un terme à ses pensées avant que la douleur ne la submerge à nouveau. Ce n'était pas le moment, elle devait rester dans le présent, pas le passé, dans l'action, pas dans l'émotivité.
   Liara traversa le couloir qui la séparait du séjour, une grande pièce où elle recevait avec tout le confort nécessaire ses invités, ses officiels comme elle les appelait, des diplomates pour la plupart. Elle avait pris possession d'un appartement sur trois étages dans le quartier présidentiel, en face des ambassades, un lieu parfait pour son statut de matriarche asari. Ses appareils de communication étaient ce qu'il se faisait de mieux dans la galaxie, ce qui lui permettait d'être « présente » aussi bien  dans les bureaux des ambassades que dans l'amphi d'une université de Tessia à donner des cours. Malgré cela, les coms étaient hors services.
    « Les filles, nous devons aller à la Tour du Présidium » dit-elle à son commando d'élite. Red, Blue et Green, les trois asaris qui faisaient office de garde du corps dans tous ses déplacements se dirigèrent vers l'entrée. Red, la plus jeune, sortit son arme de poing et actionna la commande d'ouverture. La porte ne s'ouvrit pas. Elle recommença une deuxième fois avant de regarder vers Liara et fit juste un signe négatif de la tête.
    Un bruit de décompression de sas alerta le groupe qui se retourna les armes pointées vers le mur du fond. Un pan entier de la cloison se détacha et coulissa sur le coté, renversant une table et une statue d'art krogan au passage. Un veilleur en sortie, fit deux mètres et se mit sur le coté laissant le passage ouvert accessible.
   « C'est peut-être un piège Matriarche, dit Blue
   – Non, je ne crois pas. On dirait plutôt une invitation. »
   Comme pour confirmer l'intuition de Liara, une sphère creuse et transparente muni d'un siège apparut derrière ce nouvel accès. Le veilleur pivota d'un quart de tour et regarda Liara dans les yeux un instant puis repris sa position initiale et attendit.
   « Bien, je vais y aller » dit Liara. Elle ne sentait aucun danger. L'attitude du veilleur était pour le moins étrange, leur rôle se limitant habituellement à l'entretien de la Citadelle. Ils n'interagissaient jamais avec les autres espèces et personne ne savait combien il en existait ni où ils étaient clonés. La station de 47 kms de long avait encore ses secrets.
   Blue devança son mentor et rentra dans la bulle. La guerrière asari s'assit et la sphère s'avança. Une deuxième bulle glissa à sa suite attendant le prochain passager. Liara monta et s'assit à son tour. Même opération pour Red et Green. Les 4 sphères se mirent en mouvement, flottant à quelques centimètres au dessus d'un unique rail et gagnèrent en vitesse. Aucune commande de pilotage. Liara doutait que les veilleurs contrôlaient ces engins. Mais il n'y avait qu'eux pour avoir construit ces lignes de transports. Les veilleurs les utilisaient-ils ?
   Le transport ne dura pas longtemps, tout juste quelques minutes. Les sphères s'arrêtèrent à l'entrée d'une place ronde, centrale en apparence. Un champs de force limitait l'accès à cet espace et seule la sphère de Liara traversa le fin rideau.
   Une immense baie vitrée donnait sur une vue panoramique de la nébuleuse du Doigt de Dieu. Liara se souvenait de ce lieu. Elle n'y était jamais venu mais les photos prisent par les humains juste après l'utilisation du creuset étaient claires malgré les dégâts. Elle devait se trouver en dessous de la tour du présidium. C'est ici que le corps de l'amiral Anderson fut retrouvé. Le commandant Shepard avait tout bonnement disparu. Très peu de temps après la synthèse les moissonneurs et les veilleurs s'attelèrent à la reconstruction de la Citadelle mais, apparemment, ils prirent soin de sceller totalement cette espace, personne n'aurait pu tomber sur cet endroit, même par hasard.
     
    Liara sortie de la sphère et se dirigea vers une console près de la baie. Sur l'écran était représentée une main. Hésitante, elle y posa la sienne doucement. Après quelques secondes et comme pour confirmer son identité, la lumière s'atténua. Un panneau de protection extérieur glissa le long de la vitre et condamna la vue sur l'espace.
   « Bonjour Liara »
   L'asari se retourna vivement, sur la défensive, le corps enveloppé d'énergie biotique, prête au combat. Au centre de la pièce une forme humaine était là, immobile, transparente comme une glace d'eau très claire.
   « Qu'êtes-vous ?
   – Je suis Shepard, en partie du moins. Une représentation de son esprit, de son essence.
   – Le commandant Shepard est mort, vous ne pouvez pas être lui.
   – Mort, oui … en tant qu'entité biologique, en tant qu'humain. Mais ma conscience, elle, a survécu et s'est incarné dans un espace vacant.
   – Je ne comprends pas.
   – Il existait une IA sur la Citadelle, celle créée par les léviathans. Elle était le catalyseur et contrôlait les moissonneurs. Elle disparu quand eu lieu la synthèse libérant ainsi une place, un espace, pour une autre conscience. J'y ai pris place sans même m'en apercevoir, un effet secondaire du creuset sûrement.
   – Je croyais que c'était la Citadelle le catalyseur !?
   – Non, la Citadelle n'est que le corps du catalyseur, si je peux prendre cette image.
   – Donc vous êtes le nouveau catalyseur ?
   – Oui, on peut le voir de cette façon. Les relais cosmodésiques ont besoin d'un catalyseur pour se coordonner, même si un simple ordinateur pourrait suffire. »
   Liara fit quelques pas, le regard baissé, les pensées confuses. Des larmes coulaient sur ses joues mais elle-même n'aurait pu dire si elles étaient dues à cette curieuse retrouvaille de son ancien amour, son premier amour, ou à une colère plus sourde de savoir qu'il était là depuis le début et qu'il ne se manifestait que maintenant.
   « Pourquoi n'apparais-tu que maintenant ? Est-ce que tu sais qu'on avait une fille et qu'elle est morte ? Où étais-tu quand j'aurai eu besoin de toi ?
   – Je suis désolé pour Déicia. J'ai vu ta souffrance mais je ne pouvais rien faire.
   – Est-ce que tu ressens encore une quelconque émotion de toute façon ? Je ne sais toujours pas ce que tu es. »
   Le sol devint transparent laissant apparaître un réseau dense de filaments au diamètres variés. Liara observa un moment ces lignes rougeâtres irrégulières qui exploitaient toute la surface visible, le sol, les murs, le plafond, c'était partout.
   « C'est ce que je suis Liara. 
   – On dirait un réseau neuronal. C'est la technologie des moissonneurs, n'est-ce pas ? Jusqu'où ?
   – Partout dans la station, plus ou moins concentré suivant les lieux. Et pour anticiper tes prochaines questions, oui, c'est la technologie des moissonneurs et non, je n'utilise pas d'être vivant pour mon propre développement. J'utilise des bactéries, j'en récupère l'essence vitale pour me développer et m'étendre à travers la station. Et non, je n'ai pas d'émotions au sens où tu l'entends mais je ressens beaucoup de choses.
   – Les moissonneurs, hein !? Ce rouge que je vois sous le sol et dans les murs leur ressemble. Qui me dit que tu n'es pas en train de m'endoctriner ?
   – Regarde sous tes pieds. Tu préfères le bleu ? Ou le vert ? Le jaune peut-être ! J'ai une petite préférence pour le rouge, ça ressort bien avec le gris du métal !… Pour ce qui est de l'endoctrinement, je n'ai pas ce pouvoir.
   – Pourquoi maintenant Shepard ?
   – Parce que la galaxie est en grand danger.
   – Tu sais très bien ce que je veux dire. Tu aurais pu te manifester plus tôt, me dire que tu étais vivant, même sous cette forme.
   – Par choix Liara. Où plutôt pour rester maître de mes propres choix. Et aussi pour une question de survie.
   – Ce qui veut dire ?
   – Que j'ai fait le choix de rester observateur de toute évolution dans la galaxie. Si je t'avais fait part de mon existence, tu n'aurais pu t'empêcher de m'utiliser comme instrument d'information. Je me trompe ? »

   Du sol redevenu opaque sortit un fauteuil, une table basse et un veilleur. Liara regardait la bestiole à 8 pattes préparer …. du thé ?! Je rêve, se dit-elle, un veilleur majordome. Est-ce Shepard qui le commande ? Peu importe, c'est complètement dément, fantasmagorique. La remarque de Shepard prouve qu'il sait beaucoup de chose concernant ses activités de courtière de l'ombre, un rôle qu'elle n'a jamais lâché. Est-ce qu'il m'espionne à chaque instant ? Est-ce que son rôle d'observateur se limite à la citadelle ? Non, il vient de dire qu'il observait la galaxie, mais comment, de quelle manière ? Tant de questions et il ne m'a toujours pas dit ce que je fais ici, dans cette pièce secrète.
   Liara s'assit dans le fauteuil, plia les jambes et accepta la tasse que le veilleur lui tendait. Du thé blanc, son préféré, et parfaitement infusé. Sauf que c'était une bon verre gnôle dont elle avait envie tout de suite et pas … une bouteille et un verre sortaient de la table basse.
   « Tu lis dans mes pensées ? s'inquiéta Liara.
   – Non. Mais comme je te le disais plus tôt, je ressens beaucoup de chose. »
   L'avatar de Shepard changea d'apparence, devint plus humain, moins transparent. Un individu qui rentrerait à l'instant dans la pièce aurait pu le croire de chair et d'os, si ce n'est qu'il lévitait en position du lotus à un mètre du sol, le dos droit et les mains posées sur les genoux.
   « Tu médites ou tu te prends pour un bouddha ? demanda Liara d'un ton un peu moqueur.
   – Regarde cette carte, répondit Shepard sans relever le sarcasme.»
   Au dessus de la table apparu la carte de la Voie Lactée en 3D parsemée de points rouges et bleus. Il y en avait des centaines de chaque.
   « En rouge ce sont les relais cosmodésiques principaux et secondaires, ceux que les moissonneurs ont installé au cours des derniers millions d'années. Les bleus sont plus récents.
   – Et qui les a construits ? Nos ennemis ?
   – Non, moi, ou plus précisément une armée de petits robots. Ces relais sont plus petits mais bien plus puissants. Ils ont aussi un mode de camouflage et peuvent se déplacer grâce à des moteurs SLM.
   – Cela fait de toi le plus grand criminel de la galaxie, répondit Liara avec un grand sourire. Je n'arrive pas à croire que tout ça soit passé inaperçu. Les matériaux, la fabrication, mais comment ?
   – Je te rappelle qu'il y a 400 milliards d'étoiles dans la galaxie et presque autant de systèmes planétaires. Ce ne sont pas les ressources qui manquent ! Une planète dite faible en ressources n'est qu'un point de vue sur une rentabilité nécessaire pour les entreprises, et cela ne me concerne pas.
   – Pourquoi tu me montres tout ça ? Est-ce que ça va nous servir contre nos ennemis ?
   – Je l'espère mais pas pour l'instant. Je te montre juste que je ne suis pas resté inactif pendant sept siècles, que je ne me suis pas contenté d'observer.»
   La Voie Lactée en 3D rapetissa pour montrer une vue d'ensemble plus large. Liara vit apparaître quelques galaxies naines proche de nous. Une dizaine seulement était représentée sur les 213 connues au dernier recensement mais une seule était en surbrillance, le Grand Nuage de Magellan, ainsi l'appelait les humains.
   « Nos ennemis viendraient de là ? demanda Liara en pointant du doigt le nuage.
   – Tout juste, et j'en ai même la preuve. Mais toutes celles que tu vois ici sont occupées par différentes espèces et … »
   L'avatar de Shepard leva une main, l'image de la galaxie disparu. Il regarda son amie droit dans les yeux, « Une nouvelle attaque, l'ennemi sera sur nous dans quatre min, nous reprendrons la discussion plus tard. »
« Modifié: 13 février 2019 à 02:40:29 par Sillage »
 

Re : Mass Effect - Continuation
« Réponse #6 le: 04 mars 2019 à 23:21:06 »
 

Jafr

  • Ingénieur Quarien
  • **
  • 205
    Messages
  • Réputation : 6/9
    • Voir le profil
Belle continuation :)

Je te referais ptet une message privée pour une critique plus poussée quand j'aurais le temps. ;)
 

Re : Mass Effect - Continuation
« Réponse #7 le: 17 mars 2019 à 03:25:39 »
 

Sillage

  • Scientifique Galarien
  • *****
  • 85
    Messages
  • Réputation : 6/0
    • Voir le profil
Merci Jafr  ^-^
La suite est en cours - si, si, c'est vrai !
Si je devais faire une auto-critique, je pourrais dire que je pars un peu dans tous les sens .... en fait, non ( et oui ) !! il y a plusieurs fils d'histoire, plusieurs personnages et donc plusieurs point de vue narratif. C'est comme ça ! Pour l'instant c'est construit plus comme un roman feuilleton que comme une nouvelle ..... d'ailleurs, j'indiquerais par la suite "épisode 1", "2", etc.
à bientôt